C’est (vraiment) le bordel dans la MLB

Au cours des derniers jours et des dernières semaines, nous en avons appris plus sur le plan de retour au jeu des différents sports.

Le hockey? Vous le savez, chers lecteurs.

La MLS? Dès le 8 juillet, à Orlando.

La NBA? Ça sent très bon pour un retour en Floride au cours des prochaines semaines.

Le football? La LCF pourrait ne pas revenir, mais la NFL va très bien, elle qui n’a pas été touchée encore en raison de son calendrier automnal.

Même au sein des autres sports qui intéressent les Québécois, ça va assez bien en général.

Et puis, il y a la MLB.

Voici la version courte de ce qui est à retenir dans les négociations :

Et voici la version longue.

Depuis le début de la grosse crise qui affecte le monde du baseball, il y a deux mentalités différentes qui s’opposent. Pourquoi? Parce que lors de la signature d’un accord de retour au jeu, signé en mars dernier, il était prévu que les joueurs soient payés au prorata des matchs joués. Mais puisque personne n’avait prévu qu’il pourrait ne pas y avoir de partisans dans les estrades, il y a une clause qui mentionnait que si les partisans ne pouvaient pas être présents, il fallait renégocier « de bonne foi ».

Spoiler alert : les négociations n’ont pas été de bonne foi.

D’un côté, il y a les joueurs. Ces derniers veulent faire respecter l’entente et obtenir leur salaire au prorata. Ils veulent jouer le plus de matchs réguliers possible, compte tenu du fait qu’ils ne sont pas payés en séries.

De l’autre, il y a les proprios. Ces derniers ne veulent pas jouer à huis clos tout en payant les gars au prorata parce qu’ils perdraient en moyenne 640 000$ par match. Ils veulent plutôt une courte saison et de longues séries (passer de 10 à 16 équipes) puisque c’est là que le contrat de télévision est payant.

Depuis des mois, les proprios veulent instaurer le partage des revenus que toutes les autres ligues ont, mais que les joueurs de la MLB refusent depuis 1994.

Bref, tout le monde part de loin.

Ceci dit, l’espoir d’avoir une saison était bien vivant puisque le commissaire peut imposer une saison de 50 matchs au prorata. Voilà pourquoi, depuis une semaine, tout le monde parle d’un retour au jeu le 10 juillet prochain ; après tout, c’est que le commissaire Rob Manfred avait annoncé.

Depuis, les joueurs lançaient des offres ridicules et les proprios aussi. Les joueurs, en sachant qu’ils allaient simplement se faire imposer une saison de 50 matchs, ont dit au cours de la fin de semaine qu’ils allaient arrêter de négocier. « Dites-nous quand et où [se rapporter], « ont-ils déclaré, laissant toute la place aux proprios.

Mais voilà qu’aujourd’hui, Manfred a annoncé qu’il ne croyait plus à 100 % à un retour. Mettait-il de la pression sur l’Association des joueurs publiquement? Oui.

La raison? Une clause de l’entente de mars stipule que les proprios doivent imposer une saison avec le plus de matchs possible. Comme 50 matchs, ce n’est pas le plus possible, les joueurs vont poursuivre la ligue si elle impose ses matchs. Et si elle impose une plus longue saison régulière, les proprios perdront de l’argent.

Les joueurs ont depuis répliqué, affirmant que ce n’est pas vrai.

Déjà ce matin, nos amis de Passion MLB rapportaient qu’il fallait se méfier d’une grève en 2022 puisque les tensions entre les deux groupes partent de loin. Avec un contrat de travail qui viendra à échéance en décembre 2021, la nouvelle convention collective sera plus difficile à négocier que jamais pour une entreprise qui a fait plus de 10 milliards de dollars de profit en 2019.

Surtout quand on sait que bien des joueurs testent positifs à la COVID-19, question de rendre la situation encore plus difficile.

Il faut s’attendre à ce qu’il y ait une saison 2020, mais il faut aussi s’attendre à ce que les derniers mois aient laissé des marques profondes chez les joueurs, qui trouvent la situation ridicule.

PLUS DE NOUVELLES