Cayden Lindstrom : un espoir du calibre de Juraj Slafkovský en 2022, croit un dépisteur

Dans quelques semaines, on saura qui sera le choix du Canadien au cinquième rang du prochain repêchage. On se doute que Kent Hughes aimerait opter pour un attaquant, mais en ce moment, difficile de savoir qui sera disponible quand viendra son tour de parole.

Ivan Demidov semble être une option de plus en plus probable au cinquième rang, et derrière lui, Cayden Lindstrom, Tij Iginla, Beckett Sennecke et Berkly Catton sont tous des noms à surveiller.

Le cas de Lindstrom est particulièrement intéressant. L’attaquant est un colosse doté de grandes capacités athlétiques et d’atouts offensifs intéressants, mais les blessures l’ont embêté un peu cette saison.

Ce n’est pas idéal… bien qu’il ait été très bon quand il était en santé.

On parle donc d’un espoir dont le plafond semble assez élevé (mais dont le plancher est peut-être un peu plus bas)… et dans le plus récent papier de Kevin Dubé pour le Journal de Québec, un dépisteur (anonyme) a affirmé qu’il voit Lindstrom dans la même catégorie que le Juraj Slafkovský de 2022 (en tant qu’espoirs).

La question était de savoir où se situerait le Slaf de 2022 s’il était éligible lors de cet encan, et le recruteur l’a placé dans la catégorie de Lindstrom.

Ce qui est intéressant, c’est que le dépisteur en question ajoute par après qu’il placerait Slaf à quelque part entre la 6e et la 10e position de cet encan. On peut donc penser que selon la même logique, il ne voit pas Lindstrom comme l’un des cinq meilleurs espoirs de l’encan… et qu’il voit l’encan 2024 comme bien meilleur que celui de 2022.

Il faut comprendre que le dépisteur en question ne travaille pas nécessairement pour le Canadien. Par contre, si le CH voit lui aussi Lindstrom comme un espoir dans le moule de Slaf, pour lequel il a pris un énorme pari au premier rang (qui, jusqu’à maintenant, semble rapporter même s’il n’était pas le choix populaire à l’époque), on peut se demander s’il ne pourrait pas avoir Lindstrom dans sa mire au cinquième rang. Après tout, jusqu’à maintenant, le pari d’avoir opté pour le haut plafond de Slaf semble fonctionner…

Et ce faisant, on peut aussi se demander s’il n’oserait pas le prendre devant un espoir comme Ivan Demidov s’il devait être disponible, et ce, même s’il est le choix «populaire».

Notons d’ailleurs que dans ce même papier, les recruteurs sondés affirment que si le David Reinbacher de 2023 avait été un espoir dans cette cuvée, il serait parmi les meilleurs défenseurs de l’encan. Artyom Levshunov semble le devancer à l’unanimité, mais pour d’autres, il n’a pas grand chose à envier à Anton Silayev et à Sam Dickinson.

Pas mauvais comme évaluation, quand même.

En rafale

– Parlant de Slaf.

– Comment sauver les Oilers?

– Des noms à surveiller.

PLUS DE NOUVELLES