betgrw

Bob Hartley passe Josh Anderson et Michael Pezzetta dans le tordeur

Après que le Canadien se soit fait rincer 5-2 contre les Bruins au Centre Bell le samedi 18 novembre, Martin St-Louis était frustré de la performance de ses joueurs.

Il n’a pas hésité avant de qualifier son club de « soft » (mou) parce que les gars n’ont pas donné l’effort souhaité par l’entraîneur-chef du Canadien. 

Depuis qu’Arber Xhekaj est blessé, on remarque que l’élément de robustesse n’est plus là chez le CH. Ceux qui sont reconnus comme étant de bons joueurs d’énergie qui peuvent jouer physique [insérez ici le nom de Michael Pezzetta et celui de Josh Anderson] ne sont pas impliqués physiquement.

Bob Hartley s’est vidé le cœur, lors d’un segment sur les ondes de BPM Sports : à quoi servent Pezzetta et Anderson, s’ils ne frappent pas l’adversaire?

Est-ce qu’il y a juste Xhekaj qui brasse dans ce club-là? […] Anderson ne touche pas de mouche puis Pezzetta essaie de jouer au hockey (quand ce n’est pas cela qu’on lui demande). – Bob Hartley

C’est encore plus dérangeant dans le cas de Josh Anderson, parce qu’il n’a presque aucun impact sur la patinoire selon les statistiques avancées. D’ailleurs, Bob aimerait le voir travailler sur son positionnement sur la patinoire, à la place de pratiquer ses lancers avant un entraînement :

Dans une équipe de hockey, tous les joueurs ont un rôle différent.

Le rôle de Michael Pezzetta et celui de Josh Anderson est de trouver une façon de déranger l’adversaire, soir après soir. 

Et dans le cas de Pezzetta, je n’insinue pas le fait qu’il doit faire les gros yeux sur le banc des pénalités pour faire peur à l’autre équipe. Il doit utiliser son physique pour frapper les joueurs adverses.

Mais comme l’explique Bob Hartley dans sa chronique, ces deux gars-là doivent en donner plus.

L’ancien entraîneur de la LNH veut voir Pezzetta arrêter de penser à jouer en finesse et parce que l’attaquant doit se concentrer sur ce qu’il fait le mieux sur la patinoire. Et Anderson doit se rendre utile d’une façon ou d’une autre… Et c’est en frappant l’adversaire que ça va se faire.

Sans quoi, ils sont un peu inutiles dans la formation de Martin St-Louis. Du moins, c’est ce qu’on comprend des paroles de Bob Hartley.

Le Canadien, pourtant, est installé au 4e rang de la LNH pour les mises en échec depuis le début de la saison (avec 402).

Seuls le Lightning (409), les Ducks (416) et les Canucks (420) devancent le CH à ce chapitre. 

Arber Xhekaj devrait revenir au jeu sous peu et d’ici là, il sera intéressant de voir si un ou des joueurs vont se lever pour ramener le fameux élément de robustesse dans la formation de Martin St-Louis.

Et qui sait. Peut-être que le retour de WiFi va motiver ses coéquipiers à frapper l’adversaire davantage…

PLUS DE NOUVELLES