Bergevin devrait-il prendre un risque avec Evander Kane? | Toujours sans contrat | Les restants de table | En rafale

TOUJOURS SANS CONTRAT…

Au terme du premier week-end d’ouverture du marché des joueurs autonomes dans la LNH, on a eu droit à une multitude de signatures et à quelques intéressants mouvements de personnel. La frénésie entourant cette fascinante orgie de dépenses à coups de millions de dollars étant passée, les meilleurs éléments disponibles ont tous trouvé preneurs et il ne reste que des miettes à se mettre sous la dent. Les joueurs qui n’ont toujours pas de contrat sont soit sur le déclin ou soit affublés d’un énorme point d’interrogation au-dessus de leur tête.

Brandon Pirri

En fait, il reste trois joueurs relativement intéressants, les autres étant sujets à recevoir uniquement des invitations à des camps d’entraînement, là où ils auront à démontrer aux organisations ayant fait appel à leurs services, sur une base qui n’offre aucune garantie, qu’ils méritent de se faire offrir une contrat pour la saison qui vient.

Qui plus est, des trois joueurs de qualité encore disponibles sur le marché de l’autonomie sans compensation, un devrait s’entendre avec l’équipe où il jouait l’an dernier (et celle où il a passé la totalité de sa carrière) incessamment. Qui sont les trois meilleurs joueurs autonomes toujours en lice pour un contrat ?

Shane Doan, AD

Le vétéran ailier droit n’a toujours pas signé de contrat avec l’organisation qui en avait fait son tout premier choix au repêchage 1995 de la LNH (7e au total par les Jets de Winnipeg, qui sont devenus depuis les Coyotes de l’Arizona), mais on s’attend à ce qu’il parvienne à s’entendre avec les Coyotes pour terminer sa carrière en Arizona. Doan aura 40 ans en octobre, mais il vient de connaître sa meilleure saison offensive au niveau des buts (28) depuis la campagne 2008-09. En fait, Doan a connu, à 39 ans, sa troisième meilleure récolte de buts en carrière. S’il devait décider de quitter le soleil de l’Arizona, il y a fort à parier que plusieurs formations tâteraient son intérêt à déménager dans leur ville. Pour l’instant, tout indique qu’il signera un nouveau contrat avec les Coyotes.

Kris Russell, D

Les habitués des réflexions de Harrison Kingsley savent que Russell n’est pas parmi les favoris de votre humble serviteur. Défenseur gaucher de petit gabarit (5 pieds 10 pouces et 170 livres), Russell a connu une excellente saison en 2014-15 à Calgary, amassant 34 points (4-30-34) en 79 rencontres, la seule campagne de sa carrière où il a disputé plus de 73 matchs. Bloquant des tirs en quantité, Russell est en proie aux blessures. Depuis quelques jours, plusieurs rumeurs ont fait état que les Maple Leafs de Toronto, les Canadiens et Montréal et les Bruins de Boston avaient démontré de l’intérêt envers l’arrière de 29 ans. Le salaire lié à ces rumeurs a de quoi faire peur : de quatre à cinq millions de dollars $ annuellement pour cinq saisons. À trois millions $ pour deux ou trois ans, Russell est intéressant, à plus que cela, il deviendra rapidement un boulet.

Radim Vrbata, AD

Le vétéran ailier droit de 35 ans a connu une saison misérable en 2015-16, lui qui n’a récolté que 27 points (13 buts et 14 passes) en 63 rencontres avec les Canucks de Vancouver, en plus d’afficher un affreux différentiel de moins-30. Toutefois, lors des deux saisons précédentes, il a amassé 63 (20 buts) et 51 (31 buts) points et n’a raté que trois matchs. Vrbata pourrait assurément aider une équipe en quête d’offensive et qui a besoin de profondeur à droite au sein de son deuxième trio. À 6 pieds 1 pouce et 194 livres, Vrbata n’est pas le plus gros, mais son gabarit est tout de même taillé sur mesure pour la LNH. Plusieurs équipes n’ayant pas réussi à attirer de gros morceaux le 1er juillet risquent de passer un coup de fil à son agent d’ici les jours à venir. Marc Bergevin s’était intéressé à lui avant qu’il ne signe avec les Canucks il y a deux ans.

LES RESTANTS…

Sam Gagner, C

Pour la première fois depuis son arrivée dans la LNH en 2006-07, Gagner n’a pas su amasser sa moyenne d’une quarantaine de points par saison. Gagner n’a jamais pu jouer à la hauteur des attentes placées envers lui quand les Oilers l’ont sélectionné au sixième rang du repêchage 2007 de la LNH. Le droitier de 5 pieds 11 pouces et 202 livres pourrait toutefois venir prêter main forte à une formation ayant besoin d’un centre ou d’un ailier droit au sein de son troisième trio.

Jiri Hudler, C

Petit de taille (5 pieds 10 pouces et 183 livres), Hudler vient de connaître une saison ordinaire où il a marqué 16 buts et ajouté 30 passes en 72 rencontres (avec la Floride et Calgary). En 2014-15, il avait étonné en récoltant 76 points en 78 matchs, incluant un impressionnant total de 31 buts. Hudler pourrait occuper un poste au centre d’un deuxième trio chez une équipe de milieu de classement.

Kris Versteeg, AD

Versteeg a beaucoup voyagé au cours des dernières années, passant de Chicago à Toronto, puis à Philadelphie, en Floride, il est revenu à Chicago, il a joué en Caroline et enfin à Los Angeles, le tout en seulement sept campagnes. Ses meilleures années sont derrière lui, même s’il n’a eu que 30 ans cette saison. Il devrait obtenir une chance de se faire valoir lors d’un camp d’entraînement, si aucune équipe ne daigne lui offrir un contrat cet été.

Paul Gaustad, C

Paul Gaustad a longtemps été un plombier de luxe qui évoluait au sein d’un quatrième trio et qui amassait une dizaine de buts par an, en plus d’ajouter une quinzaine de points. Cette époque est maintenant révolue et le vétéran joueur de centre peine à franchir la barre des 10 points, lui qui a récolté 14 et 6 points en 73 et 63 matchs lors de ses deux dernières campagnes. Il est maître dans l’art de remporter les mises au jeu, étant l’un des meilleurs dans toute la LNH, et il est doté d’un très bon gabarit de 6 pieds 5 pouces et 227 livres. Le pivot gaucher devrait trouver preneur.

Brandon Pirri, C

À ses 110 dernières rencontres dans la LNH, Pirri a marqué 36 buts et amassé 17 passes pour 53 points. Le centre gaucher de 6 pieds et 183 livres a le compas dans l’œil, c’est évident. Toutefois, Pirri change souvent d’organisation pour un joueur capable de faire ce que si peu d’athlètes arrivent à accomplir sur une base régulière dans le circuit Bettman : marquer des buts. C’est le genre de joueur qui risque d’avoir à prouver qu’il mérite un contrat suite à une invitation à un camp d’entraînement.

Eric Gryba, D

Gryba n’est pas reconnu pour son offensive, mais comme sixième ou septième défenseur, il peut apporter une bonne dose de robustesse au sein d’une brigade défensive et il n’hésite pas à distribuer les mises en échec. Sans être un fin patineur, il peut accomplir un boulot honnête si on l’utilise avec parcimonie. Être droitier et jouer à la ligne bleue sont deux atouts pour être populaire auprès des directeurs généraux dans la LNH.

Le risque Evander Kane

Les Sabres de Buffalo tentent d’échanger le fougueux ailier Evander Kane, lui dont les frasques font les manchettes plus souvent qu’autrement. Est-ce que Marc Bergevin devrait placer un appel à Buffalo et prendre un risque comme il l’a fait avec Radulov ? À moins que ce dernier ne décide de se tenir loin de Kane en prônant les possibles distractions qu’il peut amener dans un vestiaire… Quel Marc Bergevin verra-t-on dans ce dossier ?

En rafale

– Les gagnants et les perdants jusqu’à maintenant…

– C’était le début du camp de perfectionnement des Canadiens de Montréal aujourd’hui.

– On a pu y voir à l’œuvre le plus récent premier choix de l’organisation, Mikhail Sergachev.

– Sergachev s’est montré humble devant les questions des journalistes.

– William Bitten, sélectionné au troisième tour par Montréal, s’est fait remarquer.

– Au cas où vous l’auriez manqué, l’ancien défenseur de l’organisation des Canadiens, Morgan Ellis, a paraphé un contrat à deux volets d’une saison avec les Blues de St. Louis.

– Darren Dietz a également trouvé preneur, mais à Washington.

– Mathias Brunet animera l’émission du matin au 91,9 FM à compter de demain et ce pour les sept prochaines semaines.

 

PLUS DE NOUVELLES