Ben Chiarot se dit (très) ouvert à l’idée de signer à Montréal en juillet

Ben Chiarot a finalement été échangé aux Panthers de la Floride. Autant l’Avalanche est favorite pour sortir de l’Ouest en séries, autant les Panthers et les Hurricanes risquent de se livrer une superbe bataille dans l’Est. À moins d’une surprise, bien sûr…

Au rythme où se concluent les transactions depuis quelques heures et avec toutes les rumeurs d’une date limite tranquille, les réseaux de télé qui partiront leur show spécial dès 6h00 lundi matin risquent de trouver le temps long…

Surtout à Montréal! #PetitsVendeurs

Je ne décortiquerai pas la transaction en long et en large. Mes collègues l’ont déjà (très bien) fait hier soir alors que j’étais au Stade olympique.

Mais je dois vous avouer que je n’ai nullement été surpris d’apprendre que le Canadien avait mis la main sur un choix de premier tour en 2023. Je vous l’ai déjà dit : Kent Hughes et la direction du Canadien préfèrent/préféraient ajouter des espoirs déjà repêchés et un choix de première ronde en 2023, plutôt que d’autres choix de premier tour en 2022. Le fait que les Panthers étaient hautement intéressés à Chiarot, mais qu’ils n’avaient plus leur choix de premier tour cette année, ne posait donc pas problème au CH.

Notons aussi le fait que le départ de Chiarot et l’arrivée d’un espoir sans contrat libère une place sous la limite des 50 contrats disponibles chez une formation de la LNH. Le Canadien en a 46 ce matin.

Plus tôt cette semaine, Martin Lemay avait un plaidoyer en faveur du retour de Ben Chiarot (à Montréal) à titre de joueur autonome cet été.

Lemay accepterait donc de dépenser de gros millions $ (autant réels que comptables) afin de rapatrier l’excellent vétéran à la ligne bleue.

D’un côté, je peux comprendre son raisonnement : Chiarot est au sommet de sa carrière actuellement, il joue de l’excellent hockey, il est un bon vétéran et il est apprécié de tous et chacun chez le Canadien.

Mais…

Il aura 31 ans en mai et en aura 33, 34 ou 35 lorsque le Canadien sortira de son processus de refonte.

De plus, donner deux places à gauche à Chiarot et Edmundson ralentirait la reconstruction puisque Romanov prendrait la troisième place (ou qu’un gaucher devrait être envoyé à droite). Quelle place resterait-il pour Guhle, Harris et peut-être Mailloux? Le CH a choisi Edmundson , et non Chiarot, pour de multiples raisons (notamment contractuelles)…

Une équipe en reconstruction dont la masse salariale est aussi volumineuse que celle du Canadien ne peut pas se permettre d’entrer dans un processus de surenchère avec Plekanec Chiarot en juillet.

Le scénario à Lemay est cool à la base, mais il ne s’applique pas très bien à la situation actuellement chez le CH et dans la LNH.

À noter qu’Eric Engels a demandé directement à Ben Chiarot si celui-ci était ouvert à l’idée de signer un nouveau contrat à Montréal en juillet.

À la question « Si le Canadien t’appelle cet été, répondras-tu à l’appel? », Chiarot a répondu ceci :

« Absolument! J’ai aimé mon temps à Montréal. Je n’ai que de bonnes choses à dire sur l’équipe et la ville […] Avec les hauts et les bas qui viennent avec un marché comme celui-ci, ça fit avec ma personnalité et j’aime ça. Je reviendrais assurément. » – Ben Chiarot

On sent que Chiarot est sincère… qu’il ne joue pas la cassette.

Mais pour les multiples raisons énumérées ci-dessus, les chances de le voir signer son prochain contrat avec le Canadien sont assez minces. Kent Hughes ne peut pas se permettre de geler plus ou moins cinq millions $ par saison sur un défenseur dans la trentaine. Déjà qu’il doit trouver une nouvelle équipe à Jeff Petry…

PLUS DE NOUVELLES