Alexis Lafrenière, parmi les trois favoris au trophée Conn-Smythe chez les Rangers

Les Rangers de Jeff Gorton Chris Drury ont remporté 10 de leurs 14 matchs éliminatoires disputés jusqu’ici en 2024. Ils sont parvenus à aller chercher un match sur deux en Floride même s’ils ont été dominés 37 -23 et 40 -23 au chapitre des tirs au but lors de ces deux rencontres-là si bien que ce matin, la série entre les Blue Shirts et les Panthers est égale 2 à 2.

Oui, les partisans des Rangers peuvent dire merci à Matt Rempe… mais ils doivent surtout remercier Igor Shesterkin (10-4, 2,37 et .925), Vincent Trocheck (19 points en 14 parties) et Alexis Lafrenière (13 points en 14 matchs). Sans eux, les Rangers auraient manqué de gaz.

Si les Rangers en viennent à éliminer les Panthers – deux des trois matchs à disputer le seront à New York -, Shesterkin, Trocheck et Lafrenière seront les trois candidats au trophée Conn-Smythe du côté des New-Yorkais. Et si ceux-ci parviennent à remporter la Coupe, l’un de ces trois gars-là risque de soulever deux trophées, et non pas seulement un.

OK, les odds de Lafrenière seront plus basses que ceux de Shesterkin et Trocheck, mais simplement de mentionner son nom dans cette conversation est un exploit en soi. Surtout quand Artemi Panarin, Mika Zibanejad, Chris Kreider et Adam Fox jouent dans ton club et qu’un site de paris en ligne comme Mise-o-Jeu les place toujours devant toi !

Le premier choix au total en 2020 a récolté sept buts et six mentions d’aide en 14 matchs de séries. Il avait au préalable complété la saison régulière avec 28 buts et 29 passes en 82 rencontres.

Depuis qu’il est dans le show, il est passé de 21 points à 31, puis à 39, et à 57. #Progression

Cette semaine en Floride, il a clairement été le meilleur attaquant des siens, inscrivant deux buts (dont un véritable bijou) dimanche, puis un autre hier soir.

Dire qu’il y a moins d’un an, plusieurs personnes, autant à New York qu’au Québec, qualifiaient (déjà) Lafrenière de bust/flop. Même Larry Brooks trouvait que Lafrenière n’avait même pas l’air d’un NHLer en octobre dernier…

Lafrenière n’a que 22 ans. Il ne faut pas tirer de conclusion hâtive quant au succès ou non d’un espoir repêché en première ronde alors qu’il n’a que 19 ou 20 ans. On ne le répétera jamais assez : il faut être patient avec les espoirs de haut niveau.

Il y a un an, on parlait déjà d’échanger deux attaquants décevants l’un contre l’autre dans les médias québécois : Slafkovsky vs Lafrenière. Aujourd’hui, on parle de deux espoirs qui viennent de prendre un énorme step dans leur carrière respective et la discussion d’il y a un an ne tient juste plus. #Patience

Qui sait, peut-être que Juraj Slafkovsky sera le Alexis Lafrenière du printemps 2025 ou 2026 ?

À noter que Lafrenière écoule actuellement la première année de son contrat pont de deux ans (salaire annuel moyen de 2,325 millions $). Il forme tout un trio aux côtés de Panarin et de Trocheck. S’il continue comme ça, il va faire sauter la banque dans à peine plus d’un an.

Parce que sans Lafrenière et Shesterkin, les Rangers seraient peut-être déjà en vacances ce matin, balayés par des Panthers en mission.

La série entre les Rangers et les Panthers se poursuivra demain soir au Madison Square Garden. Est-ce que Lafrenière inscrira un but dans un troisième match consécutif ?

Et s’il poursuit sur sa lancée, Lafrenière fera-t-il parties des réelles candidatures en vue du Tournoi des Quatre Nations, puis des Jeux Olympiques ?

En rafale

– Direction KHL pour l’ancien des Maple Leafs.

– Le CF Montréal tentera de retrouver le chemin de la victoire ce soir au Stade.

– Avis aux intéressé(e)s.

PLUS DE NOUVELLES