31 en 31 : Rasmus Dahlin, le roi incontesté de la cuvée 2018

Tout le mois de mai, DansLesCoulisses effectue le décompte des 31 meilleurs espoirs en vue du prochain repêchage de la LNH.

À tout seigneur, tout honneur! Voici le numéro 1 de notre 31 en 31. Rien de trop surprenant, je dois l’avouer, mais le repêchage 2018 ne nous donne pas vraiment l’occasion de voir une belle lutte entre 2 ou 3 espoirs afin de devenir le premier joueur appelé sur la scène. Les Sabres l’aimeront celui-là, puisqu’en gagnant la loterie, on sait fort bien déjà qu’ils accueilleront le jeune défenseur suédois à bras ouvert. Toutes les équipes veulent un Dahlin, mais les Sabres en ont davantage besoin que bien des équipes.

Ayant évolué cette saison pour Frolunda dans la ligue élite de Suède où il fut un rouage très important à la ligne bleue, il a également fait écarquiller les yeux des recruteurs lors du mondial junior où il aura aidé son pays à gagner la médaille d’argent grâce à un jeu complet et une récolte offensive de six points. Il a également goûté à l’expérience olympique en Corée du Sud en février dernier, n’obtenant cependant pas le temps de jeu espéré. Un futur Erik Karlsson? Ou plutôt un Victor Hedman? Un mélange des deux, avec un brin du légendaire Nicklas Lidstrom, si on se fie à Roger Ronnberg, l’entraîneur de Dahlin en Suède qui le connait mieux que quiconque l’ayant vu jouer soir après soir depuis plusieurs saisons.

Offensivement parlant

Note : A+

Plusieurs bons défenseurs offensifs font partie de cette cuvée et Dahlin ne fait évidemment pas exception. Sa mobilité pour un gars de sa grosseur est impressionnante et il s’en sert à merveille pour contrôler le disque gracieusement. Sa première passe est précise et efficace, puisque sa vision est l’une de ses principales forces. Il sait bien protéger la rondelle en zone défensive pour lui permettre de relancer l’attaque en deux temps trois mouvements. Sans être nécessairement flamboyant dans cet aspect de son jeu, Dahlin sait tout bien faire. Il adore appuyer l’attaque tout en calculant de façon précise les risques qu’il prend pour ne pas mettre son équipe dans le pétrin. Il possède relativement un bon tir, mais il y a toujours place à amélioration. Or, ses skills ne laissent personne indifférent… wow!

Défensivement parlant

Note : A

C’est dans cette facette du jeu que Dahlin semble être quelque peu sous-estimé. On reconnait largement ses prouesses dans la zone ennemie en contribuant fréquemment à l’attaque et en engendrant sa part de point, mais il est tout aussi excellent dans son propre territoire. Son bon positionnement, son bâton actif et son gabarit l’aide à bien défendre et à neutraliser les joueurs adverses. Il n’hésite pas à se sacrifier afin de bloquer des tirs et est un rouage important de son équipe à court d’un homme. Dahlin est le genre de joueur pouvant évoluer à toutes les sauces présentement et il saura très bien transposer sa polyvalence dans la LNH.

Physiquement parlant

Note : B+

Les mensurations du futur premier choix sont de 6 pieds et 2 pouces ainsi que 183 livres. Sans être présentement une armoire à glace, il continuera de grandir et de prendre du poids pour offrir une carrure plus qu’imposante. Il n’est certes pas un spécialiste du jeu physique, mais cela ne lui fait pas peur non plus. Il ne se gêne pas, à l’occasion, pour rudoyer ses adverses afin de balayer le devant de son filet ou pour récupérer la rondelle dans sa zone. Il ne frappe pas pour rien, seulement lorsque la situation lui permet d’obtenir un avantage sur l’opposant. Par contre, plusieurs analystes aimeraient le voir utiliser plus souvent son gabarit pour s’imposer face à ses opposants.

Athlétiquement parlant

Note : A

Avoir un gabarit comme celui de Dahlin et patiner de façon aussi élégante est très impressionnant. Ses mains pour un défenseur de son physique m’épatent match après match. Le Suédois est le genre de défenseur qu’on ne voit pas à chaque repêchage, c’est-à-dire un arrière qui peut bloquer un tir, battre son opposant en 1 contre 1 grâce à sa vitesse ou bien dans le coin de la patinoire avec sa combativité et finalement, inscrire le but gagnant du match en tir de barrage avec une superbe feinte.

Quand le verra-t-on dans la LNH?

Poser la question c’est y répondre! L’an prochain, bien sûr! Les Sabres ont un besoin criant en défense et de toute façon, peu importe la situation de l’équipe qui le sélectionnera, il est plus que prêt pour la grande ligue. Il n’a plus rien à apprendre avec les jeunes de son âge dans les divers tournois mondiaux ou encore avec les hommes dans son pays natal. Il sera dans la LNH dès l’automne prochain et aura un impact immédiat.

Le plafond et le plancher?

Il sera un premier défenseur, sans aucun doute. Un arrière de sa trempe mène la brigade défensive de son équipe en évoluant dans toutes les situations de jeu. S’il évolue avec un arrière plus offensif, il mettra davantage l’accent sur son jeu défensif, et vice versa. Plusieurs experts aimeraient le voir jouer avec un autre défenseur qui est axé sur la défense afin de permettre à Dahlin de participer davantage à l’offensive de son équipe, puisque ce dernier ne prendra pas inutilement de risque en zone adverse, de manière à être victime de revirements. Le plancher? Un défenseur de premier plan! Il n’y en a pas de plancher pour celui-là. Il sera un premier défenseur d’une manière ou d’une autre et advenant un développement moins solide que prévu, il saura tout simplement moins marquer l’histoire.

Potentiellement Tricolore?

C’est beau rêver! On y a cru jusqu’au second entracte du match entre les Sharks et les Knights, mais en vain. À défaut d’avoir échappé McDavid en 2015, les Sabres ont finalement obtenu le tout premier choix. Ils ne l’échangeront pas. Le CH devra faire son deuil! Quelqu’un pense différemment de moi là-dessus?

PLUS DE NOUVELLES