William Karlsson, l’ancre d’un des meilleurs trios de la LNH

Si on vous demande de nommer un trio de calibre élite qui évolue dans la Ligue nationale, vous aurez naturellement tendance à nommer les trios populaires de Patrice Bergeron, Sidney Crosby, Evgeni Malkin, Patrice Bergeron, Steven Stamkos, Nikita Kucherov, Ryan Johansen ou encore même Jamie Benn/John Tavares. C’est normal.

Une unité offensive qui ne reçoit pas tout le mérite qu’elle se doit, par contre, est certainement celle de William Karlsson.

Et c’est lui, le point d’ancrage de ce premier trio. Le talent, les mains, le tir, la vitesse, même les talents défensifs : le jeune suédois a TOUT.

Qui aurait pensé, au début de la campagne, qu’on parlerait en mai du trio formé par William Karlsson, Reilly Smith et Jonathan Marchessault comme l’un des meilleurs du circuit Bettman?

Je serais surpris qu’une seule personne ait imaginée un scénario du genre : des circonstances folles ont mené à cet aboutissement.

George McPhee doit en être fier. Ses deux transactions avec les Blue Jackets et les Panthers avaient été critiquées, à l’époque du repêchage d’expansion. Il en ressort aujourd’hui ayant l’air d’un génie, alors que son premier trio s’est formé autour des joueurs acquis dans cette entente.

Les Blue Jackets et les Panthers, eux, doivent assurément regretter la décision.

Le résultat? Les Golden Knights se battent présentement pour une place en finale de l’Ouest, et de la façon que le match #6 se déroule, ce sera chose faite. Avant ce même match, le premier trio des Knights avait amassé 29 points en 9 matchs. C’est considérable.

D’autant plus que les trois joueurs viennent de loin. On a tendance à minimiser l’exploit, mais l’an dernier, Karlsson était un joueur de quatrième trio, Reilly Smith était un cas désespéré aux yeux de la direction des Panthers et on a jugé que Marchessault était un bon prix à payer pour se DÉBARRASSER de Smith.

Ridicule, quand même. Ces trois joueurs-là avaient quelque chose à prouver et se retrouvent maintenant à deux doigts d’une finale de l’Ouest, sur l’une des meilleures unités offensives de la meilleure ligue au monde.

Ça mérite des félicitations.

En Rafale

– Les défunts Thrashers…

– Une élimination qui fait mal, après qu’on ait pensé avoir trouvé la combinaison parfaite.

– Sans pitié.

 

PLUS DE NOUVELLES