Wade Belak : Il n’y a pas de hasard ou de malchance

Bon matin à tous! Si vous avez des enfants, vous comprendrez peut-être la situation dans laquelle je me trouve ce matin.

Mes 2 enfants ont officiellement changé de groupe, à la garderie. Vive le 1er septembre!

Cependant, disons que ma plus vieille n’est pas très caméléon. Elle ne semble pas du tout apprécier ce changement si important dans sa (petite) vie.

Espérons que les mots d’encouragement et les câlins de papa seront venus à bout de ses angoisses…

WADE BELAK REND L’ÂME
Ça aura (re)commencé le 13 mai dernier, avec la mort de Derek Boogaard, causée par un mix d’alcool et de pilules anti-douleur.

Ça se sera poursuivi il y a à peine 2 semaines avec le (probable, au sens légal) suicide de Rick Ripien.

Voilà maintenant au tour de Wade Belak de s’enlever la vie, possiblement par pendaison, dans son condo torontois.

Photo : www.yongesttattoos.com

Un 3e homme fort qui perd la vie en moins de 4 mois, dans la LNH… Ce n’est certes pas le fruit du hasard ou de la malchance.

Je ne suis pas mathématicien ou statisticien, mais je suis persuadé qu’il y a une corrélation directe à faire entre tous ces décès, malheureusement.

D’autant plus que Chris Nilan est aux prises avec des épisodes dépressifs depuis sa retraite, que Bob Probert est décédé d’une crise cardiaque à l’âge de 40 ans et que John Kordic est mort après avoir consommé beaucoup de drogues…

Matamore dans la LNH… Un job risqué!

Plusieurs psychologues vous le diront, il n’y a rien de pire que d’être ignoré, psychologiquement. Pour un sans-abri, le fait d’être traité comme un moins que rien par la population est souvent pire que la faïm.

Belak venait d’annoncer sa retraite. Il avait été adulé pendant plusieurs années… Il carburait à ces petits moments où il est plus populaire que le Christ, essayant probablement de les revivre durant le reste de ses semaines!

Avec une carrière terminée et un flou flagrant devant lui, quant à son avenir, il a probablement ressenti un manque énorme… Un manque qu’il ne croyait pas être en mesure de combler.

Sa vie a toujours été organisée au quart de tour par des responsables des équipes pour qui il évoluait. Gros restaurants… Grosses chambres de môtel… Grosse vie, quoi!

Mais comme cela arrive souvent aux artistes, le down d’après trip est violent… Très violent!

Ajoutez à ce cocktail d’émotions les effets de nombreux traumatismes crâniens, de quelques commotions cérébrales et de médication probablement exagérée et mélangée à l’alcool. Vous obtenez malheureusement beaucoup plus qu’une petite allumette pour allumer un brasier… Vous avez déjà l’incendie!

Cette situation peut être comparé (à bien plus petite échelle) avec un jeune étudiant qui quitte l’école secondaire privée pour faire son entrée au CÉGEP public. Plusieurs échoueront cette transition.

Même chose pour les nouveaux retraités qui trouvent leur journée trop longues et ennuyeuses…

Chose certaine, la LNH doit se pencher sur ce dossier. Et pas dans 2 mois. Right f***ing now.

Espérons qu’on pensera un peu à l’épouse de Wade Belak, Jennifer, et à leurs 2 enfants, Alex et Andie, lorsqu’on étudiera la situation, dans les bureaux confortables de New York City

À l’instar des demandes de la part des joueurs de la NFL, il est impératif que la LNH et l’Association des Joueurs traitent mieux les anciens joueurs… Ceux qui ont mis fin à leur carrière.

Au cours des 15 dernières années, Belak aura porté les couleurs des Predators, des Panthers, des Maple Leafs, des Flames et de l’Avalanche. Belak a d’ailleurs entendu son nom à quelques reprises dans des rumeurs de transactions impliquant le Canadien.

Il s’est promené de la 4e ligne d’attaque à la 3e paire défensive à maintes reprises. À noter qu’il avait été le 1er choix des Nordiques, en 1994.

Il devait prendre part à la télé-série Battle of the Blades, cet automne, et travailler en tant que sideline reporter lors des matchs des Predators.

PLUS DE NOUVELLES