Valse des auditions: Daniel Carr verra-t-il de l’action? | Le « scouting report »

De coutume, les blessures sont synonymes de mauvaise nouvelle pour le Canadien ou toute autre organisation sportive, mais les adeptes de la pensée positive marquent un point en soulignant qu’elles offrent une rare chance à l’état-major de tester sa relève avant qu’il ne soit trop tard.

Après que Brendan Gallagher, Torrey Mitchell et Alexander Semin soient tombés au combat, Marc Bergevin a entamé la valse des auditions. Pas moins de quatre attaquants des IceCaps ont été rappelés au cours des deux dernières semaines: Sven Andrighetto, George « Bud Holloway », Christian Thomas et Daniel Carr. Si l’essai d’Holloway au sein du quatrième trio ne s’est pas avéré concluant, Andrighetto, lui, polit sa confiance et doit tranquillement commencer à croire que ses habiletés appartiennent à la LNH. Qui sait, s’il continue dans cette veine, Bergevin pourra conserver ses actifs et demeurer sage la journée du 29 février.

Rappelons que Therrien est allé jusqu’à utiliser Torrey Mitchell afin de trouver la solution à l’aile droite de son deuxième trio. N’eût été sa blessure, le Tricolore aurait-il eu le réflexe de rappeler Andrighetto pour prêter main-forte à Galchenyuk et Eller? On ne peut être certain, mais disons que le destin (ou le hasard, c’est comme vous voulez) fait bien les choses.

Elliotte Friedman a partagé une information intéressante à ce sujet, cet été.

Un directeur général a souligné que Daniel Carr et Sven Andrighetto seraient admissibles au ballotage en 2016-2017. Le Canadien doit bientôt savoir s’ils peuvent jouer dans la LNH.

Au cours des prochains jours, le personnel de l’équipe sera à même de découvrir si le prince suisse est de taille pour combler un rôle offensif dans le circuit Bettman. Pour l’instant, il ne donne d’autres choix à ses dirigeants que d’allonger le test, mais ils savent aussi très bien que le hockey est une question de séquences heureuses et de léthargies. À long terme, ces choses finissent par tendre vers l’équilibre. On en aura alors le coeur net…

Maintenant, on peut se demander si le CH ne veut pas également évaluer ce dont Daniel Carr est capable dans la LNH. Lors du dernier entrainement, Carr effectuait des rotations à la gauche de Brian Flynn. Bournival se trouvait alors à droite, ce qui ne correspond pas à sa position naturelle. Carr semble donc être le remplaçant désigné à Paul Byron, si celui-ci devait sortir de l’alignement. Bournival n’a pas joué depuis le 13 mars 2015 et un séjour de conditionnement avec les IceCaps ne serait pas à écarter.

Il n’a jamais été repêché et il fait plutôt figure de négligé dans le prometteur bassin d’espoirs de la Flanelle, mais Bergevin nous a laissé entendre plusieurs fois qu’il était mal avisé de compter Carr pour battu. Son style n’est en rien spectaculaire, mais sa technique est à point et somme toute agréable à l’oeil pour ceux qui vouent une attention spéciale aux détails. Le recordman d’Union College mise sur trois qualités précieuses: la fougue, le sens du jeu et le flair offensif.

À l’habitude, Carr rôde dans le milieu de l’enclave et ne commet pas d’erreurs lorsqu’un coéquipier parvient à le repérer. La vitesse de sa détente est probablement aussi impressionnante que la précision ou la vélocité de son tir. Il se distingue aussi par son aisance à tirer du revers. Sa vision du jeu est sous-estimée, alors qu’il effectue la plupart du temps le bon jeu avec la rondelle, en plus de livrer de bonnes passes soulevées. S’il a un défaut notable, c’est son coup de patin moyen qui ne l’a jusque là pas trop affecté dans la Ligue américaine. La cadence de la LNH est une autre histoire…

Un autre chapitre du Tarasenk-« show »…

Le bon vieux Pavel Datstyuk n’est pas éternel. Vladimir Tarasenko est celui qui héritera vraisemblablement de la couronne de joueur le plus spectaculaire du circuit.

Samedi dernier était un autre chapitre du « Tarasenk-show ». Cette séquence du russe se moquant des joueurs des Blue Jackets comme un larron en foire a de quoi vous faire tomber de votre siège.

Je dirige votre attention vers la manoeuvre subtile qu’il effectue aux dépens du numéro 11 Matt Calvert lorsqu’il est en protection de rondelle sur son revers. Tarasenko feint d’attaquer le flanc, tourne brusquement ses hanches, gagne du momentum sur les pointes et prend un angle serré pour se défaire de son couvreur. Ce geste est d’une grande acuité technique et une de ses marques de commerce.

Cam Atkinson des Jackets et Jeff Skinner des Hurricanes sont eux aussi capables de ce petit tour de magie. Atkinson l’a notamment réalisé lors de cette échappée face aux Red Wings l’an dernier. Notez que le minuscule attaquant a réussi la manoeuvre face au gros Nicklas Kronwall. Voilà une preuve que les capacités d’évasion sont parfois supérieures à la force brute lorsqu’on sait manipuler intelligemment le défenseur adverse.

En rafale
– Le fils de Ray (qui n’est pas Landon) a commis une bourde!

– Un petit joueur talentueux de la trempe de Conor Garland représente un cauchemar pour les dépisteurs! LIEN

– L’ancien espoir des Thrashers d’Atlanta, Alexandre Bourret, raconte sa descente aux enfers. LIEN

– Martin Reway déborde de confiance… et c’est de très bon augure! Reste à voir si son attitude lui nuira…

EN RAPPEL: Fucale rappelé. Tokarski pourra se délier les jambes en attendant qu’on fasse appel à lui pour seconder Condon. C’est du moins la version officielle…

– J’aime bien les jambières du jeune Sparks!

J’aime moins la crise de Cam Ward, par contre!

– James Harden n’a pas vraiment le coeur à l’ouvrage…

– Beaucoup de recruteurs sont présents au match des Leafs ce soir.

Qu’est-ce que ça veut dire? Rien. La plupart du temps, les voyages sont planifiés d’avance…

–  La LNH parait très mal dans ces échanges de courriel révélés par TSN… LIEN

– Dave Stubbs s’est entretenu avec madame Béliveau.

– Les statistiques de Condon sont rassurantes. Encore faut-il qu’il les maintienne pendant une longue période d’action, cela dit!

– Un stade de baseball près du métro Atwater? LIEN

– Voyez ce qu’attend le Canadien cette semaine:

J’ai bien hâte de voir comment Emelin va se comporter sans Petry à sa droite. Le CH a besoin de lui.

 

PLUS DE NOUVELLES