Une médaillée d’or à Salt Lake City donne des conseils aux défenseurs du Canadien

La défensive du Canadien est affreuse, cette saison. Avec une moyenne de buts alloués de 3,09, l’arrière-garde du club se situe au 24e échelon de la LNH. Pire encore, le désavantage numérique est 25e dans le circuit Bettman avec une efficacité de 77,7%. Claude Julien ne semble pas trouver les solutions afin de mieux performer dans la zone défensive, surtout lorsque son meilleur défenseur est absent depuis déjà assez longtemps.

Danielle Sauvageau a eu énormément de succès durant sa carrière. Elle a mené l’équipe féminine canadienne à la médaille d’or durant les Jeux Olympiques de Salt Lake City en 2002. Dans une entrevue avec Réjean Tremblay, Sauvageau croit connaître les problèmes des défenseurs du CH

Et Claude Julien le sait aussi…

La prise de décision serait donc assez lente…

« C’est la prise de décision qui est trop lente à se prendre. Quand la rondelle se retrouve dans le coin, le joueur ne sait pas quoi faire pour une raison que j’ignore. La première étape serait de prendre la rondelle, ensuite d’être conscient qu’il va se faire frapper quand il va protéger le disque. À ce moment-là, il y a différentes options qu’il doit connaître. Refiler le disque à sa gauche à un ailier qui le couvre ou vers la droite à l’autre défenseur près du gardien. Mais si ces options ne sont pas claires dans sa tête ou si le système n’est pas maîtrisé parfaitement, ça peut tourner mal »

– Danielle Sauvageau

Sauvageau n’est donc pas la seule à le savoir, et je crois qu’on sait tous à quel point la défensive du Canadien est désorganisée. On n’a qu’à prendre l’exemple du match face aux Coyotes, alors que les arrières ont accordé énormément de deux contre un, en plus de laisser des joueurs adverses seuls dans l’enclave.

En rafale

– Peut-être pas…

– Encore une défaite pour le Rocket…

– Pourquoi pas ?

– Grosse soirée pour lui !

PLUS DE NOUVELLES