Une (grosse) congestion se forme chez le Rocket de Laval

On nous avait annoncé un beau spectacle, la saison dernière, chez le Rocket de Laval. Pourtant, c’est tout l’inverse qui s’est produit puisque le club-école du Tricolore a terminé dans les bas-fonds du classement de la AHL.

Il est vrai que la situation catastrophique chez le Canadien n’a certainement pas aidé la cause…

Ne voulant pas que ces mauvais résultats se reproduisent, Marc Bergevin a opéré des changements pour remettre l’équipe sur le droit chemin, en embauchant Joël Bouchard.

De plus, le DG du Canadien a signé 10 joueurs qui se rapporteront au Rocket de Laval afin d’amener de la profondeur, un aspect qui a fait défaut l’année dernière.

Sauf que cette profondeur pourrait lui jouer un très vilain tour…

Andrew Zadarnowski, de Habs Eyes On The Prize, a d’ailleurs pondu un excellent billet à ce sujet…

Le Canadien possède actuellement 59 contrats entre la LNH et la AHL. C’est beaucoup, surtout lorsqu’on sait qu’il n’y a que 23 joueurs qui peuvent rester avec le grand club durant la saison régulière.

En faisant le calcul, c’est presque 36 patineurs qui seront avec le Rocket de Laval.

Et c’est ici que les problèmes débutent…

Le Tricolore ne possède toujours pas de club affilié dans la ECHL, puisqu’il n’y a pas eu de renouvellement de filiale avec le Beast de Brampton.

Si cette conjoncture reste la même jusqu’à début octobre, le Rocket risquerait d’installer 10 joueurs sur la galerie de presse les soirs de matchs. Cette équipe filiale dans la ECHL devient donc importante, puisqu’elle permet de faire jouer ceux qui n’ont pas de temps de jeu dans la AHL.

Dans tous les cas, Marc Bergevin devra régler cette situation au plus vite…

En rafale

– Un gros challenge attend Stroll.

– Un peu de tennis au programme, aujourd’hui…

– Les Golden Knights connaîtront-ils une saison aussi fructueuse que la dernière ?

PLUS DE NOUVELLES