Une deuxième équipe dans les environs de Toronto serait une option

L’annonce d’une éventuelle équipe d’expansion à Seattle devait être la dernière étape d’un processus de rétablissement d’équilibre entre les deux conférences… qui laisserait ensuite le champ libre à Québec, dans l’éventualité où une équipe serait forcée de déménager.

Un groupe d’investisseurs ontarien pourrait venir brouiller les cartes.

Le premier point de la chronique 31 Thoughts d’Elliotte Friedman en témoigne assez bien.

Après avoir analysé la course aux différents trophées qui seront remis à Las Vegas, en juin, Friedman sort une vieille histoire datant du processus d’expansion. Mais elle est TRÈS intéressante.

Un groupe d’investisseurs canadien aurait approché la Ligue nationale avec une question : considéreriez-vous une autre équipe dans la région de Toronto?

L’entreprise de construction Paletta International, basée à Burlington, qui a fait la une en décembre dernier pour un violent incendie ayant ravagé la moitié de leur édifice, aurait discuté de cette possibilité avec la ligue.

La famille gérant l’entreprise possède une terre à Burlington, situé à environ 1 heure et 20 minutes de Toronto (en banlieue de Hamilton), aimerait y construire un amphithéâtre afin d’accueillir une nouvelle équipe du circuit Bettman.

Le problème que j’aurai toujours avec la possibilité d’une équipe à Hamilton, Markham, Burlington ou même Mississauga… Est l’étude de marché.

Dans la région, tout le monde prend déjà pour les Maple Leafs, et certaines familles depuis des générations.

Qui voudrait aller voir une équipe à Burlington?

Surtout, la LNH risquerait-elle vraiment une émeute à Québec en accordant une troisième franchise à l’Ontario?

J’ai bien de la difficulté à y croire… Mais selon plusieurs sources, Friedman mentionne que des discussions sont toujours en cours entre la ligue et le clan Paletta.

Ce dernier décline toute entrevue, s’essayant avec la voie qu’a empruntée Mark Chipman avant d’acheter les Jets : ne dis rien qui pourrait choquer la LNH.

En Rafale

– Botterill s’adresse aux médias.

– Une situation à éviter.

– Il vient de loin!

PLUS DE NOUVELLES