Un syndrome de fatigue chronique à la source des insuccès de Price

La transparence n’est certainement pas l’une des qualités du Canadien. Combien de fois a-t-on été extrêmement vague concernant la blessure d’un joueur? Combien de fois nous a-t-on caché/camouflé des choses?

Toutefois, aujourd’hui, on dirait bien qu’une partie des raisons qui ont rendus le dossier de Carey Price aussi fragile aurait été révélée au grand public.

Selon ce que rapporte TVA Sports, Price aurait souffert de fatigue chronique, au début de la saison, et ce serait une des raisons pour lesquelles il aurait eu bien de la difficulté, depuis le début de la saison.

Ça explique aussi le break qu’on lui a donné, il n’y a pas longtemps. Le sommeil est extrêmement important, chez les athlètes, et cette importance est amplifiée dès que le joueur en question atteint la trentaine. Il est normal d’avoir voulu le reposer, après tout.

La fatigue chronique peut être critique, pour un joueur de hockey.

Pourquoi?

Ce syndrome se caractérise par une fatigue extrême qui ne peut pas être soulagée par le sommeil. De plus, la situation peut être empirée, si les activités physiques se font trop fréquentes.

Je vous invite à lire sur le sujet, juste ici. Ce n’est pas banal.

Price a raconté qu’il ne comprenait pas trop pourquoi ça lui arrivait.

«J’étais toujours fatigué. Un gars qui mange bien et qui dort bien comme moi n’est pas supposé être fatigué comme je l’étais.»

Son conseiller en alimentation, dénommé Jean-François Gaudreau, s’est également entretenu à ce sujet. Ce dernier a précisé que Price avait des carences en vitamines D et B12, au moment de leur première consultation. Depuis, un nouveau plan alimentaire a été proposé au cerbère, qui a très vite regagné sa forme.

Ça fait beaucoup plus de sens, lorsqu’on y pense. Il y avait un clair manque d’énergie, chez Price, en début de saison. 

Rappelez-vous que l’an dernier, avant le congédiement de Michel Therrien, Price avait confié qu’il était tellement épuisé qu’il avait besoin de se reposer dans le bois, durant le bye-week. Peut-être souffrait-il aussi de fatigue chronique, sans le savoir, à ce moment-là? De telles fatigues physiques sont parfois signes précurseurs de dépression/burn-out. On doit se réjouir qu’il a été traité. Ça aurait pu dégénérer.

Malgré tout, il est possible que cette histoire affecte sa valeur marchande et que son contrat devienne un peu plus lourd… Si jamais Marc Bergevin décidait, même si ça demeure invraisemblable, de s’en départir.

Tout ça fait bien du sens… Mais d’entendre ça que quelques mois plus tard n’est pas rassurant. Une petite partie de moi continue de douter sur les réelles raisons de cette baisse de régime.

Pas que je le veuille… Mais le CH a agi, par le passé, d’une façon qui fait qu’on doute toujours, on dirait.

En Rafale

– Une très belle image !

– Michel Therrien sera sur les ondes de TVA Sports !

– C’est pas faux…

– Paul Byron ne déçoit pas au centre.

 

 

 

 

 

PLUS DE NOUVELLES