Un ancien choix de 3e ronde du Canadien raconte l’enfer de son quotidien

Connor Crisp a fait le saut dans la OHL à 16 ans. L’attaquant de 6’2 et 220 livres originaire de l’Ontario a porté les couleurs des Otters d’Erie durant trois ans, avant d’être échangé aux Wolves de Sudbury.

En juin 2013, Crisp a été repêché en 3e ronde par le Canadien.

Il a passé un peu plus d’un an à Hamliton…

Même chose à St.John’s…

Avant d’être rétrogradé dans la ECHL, où il a disputé les saisons 2016-17 et 2017-18.

Crisp a ensuite pris sa retraite du hockey professionnel, notamment en raison des nombreux coups à la tête qu’il a reçus durant sa carrière.

Il a toujours été un dur. Pas un goon, mais un joueur qui jouait physique… qui n’avait pas peur des contacts.


(Crédit: HockeyDB)

Mais voilà que depuis près d’un an, Crisp ne jouait plus au hockey et vit avec des maux de tête au quotidien.

Selon le docteur Bennet Omalu, qui a notamment inspiré le film Concussion – Will Smith l’incarnait dans le film sur la NFL -, c’est fichu pour Crisp. Il n’a que 24 ans et il ne s’en remettra pas. C’est un fait.  Il y a eu des dommages. Le seuil a été franchi. Au moins, son état pourrait se stabiliser, mais elle ne s’améliorera pas.

Crisp dit que sa vie n’est plus la même. Il échangerait n’importe quoi dans sa vie afin de pouvoir se réveiller sans maux de tête. Il dit aussi souffrir d’anxiété et de vision trouble… Et ce, avant même qu’il décide d’accrocher ses patins.

Il a peur d’être atteint de CTE, une maladie neurodégénérative.

La docteur Tartaglia mène une étude auprès d’une centaine d’anciens joueurs de hockey et de football. Elle tente de trouver un moyen de diagnostiquer la maladie avant la mort du patient.

Il est toujours triste de voir d’anciens sportifs être aux prises avec des problèmes de santé majeurs. D’autant plus que la plupart de ces athlètes n’ont pas fait fortune au cours de leur « carrière »

Il y a matière à se demander si Connor Crisp aurait accroché ses patins à un si jeune âge s’il avait atteint la LNH (et non la ECHL). Pour chaque Sidney Crosby ou Jesperi Kotkaniemi, il y a des centaines de Connor Crisp…

Qui souffriront malheureusement en silence, avec peu d’argent et presque aucun soutien/reconnaissance.

Le reportage complet de Diane Sauvé sur ces commotions sera diffusé samedi à 11h00 sur les ondes de Radio-Canada. #Podium

Vous pouvez en apprendre encore un peu plus ici.

À noter que Crisp avait signé un contrat de trois ans avec le Canadien. Il l’a honoré jusqu’à la fin.

En rafale

– Il est temps de pointer les gens responsables du power play chez le Canadien. [TSN]

– David Schlemko n’a pas nécessairement la semaine à laquelle il s’attendait…

– Rocco Grimaldi est revenu à la blague sur la mise en échec de Shea Weber à son endroit.

– Ils sont cools (et conçus à partie de plastique récupéré dans les océans).

PLUS DE NOUVELLES