Toronto en finale, et favori | Piatti in, Taïder out

« Se faire Concacaf’ed » est devenu une expression consacrée en Amérique lorsqu’il est question de la Ligue des Champions de la CONCACAF. L’expression fait référence à des décisions toujours discutables des arbitres en faveur des équipes mexicaine, à des conditions de jeu et de vie toujours difficiles pour les équipes MLS sur la route, aux multiples « bagarres » dans les tunnels à la mi-temps, aux cartons distribués à gauche et à droite et j’en passe…

L’Impact en a souvent été victime par le passé, rappelez -vous le no-call sur Dominic Oduro en finale en 2015 qui aurait pu totalement changé la physionomie de cette finale si Americà avait obtenu le rouge qui leur était mérité. Sans même parler des avertissements un peu trop sévères servis à Evan Bush qui avaient obligés l’Impact à signer Kristian Nicht, un gardien sorti de nulle part, pour jouer la finale…

Le Toronto FC passe en finale, et tentera de réussir là où l’Impact a échoué en 2015.

Hier, à l’aube du match-retour de la demi-finale entre Toronto et Americà au mythique stade Azteca, plusieurs montréalais se réjouissaient à l’avance de voir les ennemis torontois se faire servir ce même type de médecine. Même en avance 3-1, tout demeurait possible pour un Americà qui comptait profiter de son terrain à domicile pour mettre une forte pression sur Toronto et les forcer à défendre durant 90 minutes. On avait aussi parlé de certaines altercations dans le tunnel à Toronto, et il fallait s’attendre à une animosité et une émotion particulière sur le terrain.

Mais force est de se rendre à l’évidence, ils sont bons, ces torontois. Sans se prononcer sur toute cette histoire de « meilleure équipe de l’histoire de la MLS », ils sont devenus seulement la deuxième équipe MLS à arracher un match nul à Club Americà au Azteca, derrière vous-savez-qui. Le but rapide de Jonathan Osorio, même s’il était très chanceux, a semblé couper l’herbe sous le pied des mexicains qui ne sont jamais réellement parvenu à installer leur domination dans le match. Alex Bono a été forcé à quelques arrêts difficiles, notamment sur une tête plongeante, mais reste que Club Americà ne méritait tout simplement pas de remporter ce match.

Soit Club Americà n’avait pas réellement envie de remporter ce match, soit Toronto est plus dominant qu’on ne le croit. Les dangers sur Bono sont venus de quelques centres dangereux, mais sinon l’attaque mexicaine se sera contentée de chercher à obtenir des penaltys à droite à gauche, sans être capable d’obtenir les faveurs de l’arbitre avant la dernière minute du match.

D’ailleurs, anticipant certaines décisions discutables, la CONCACAF a fait venir des arbitres de l’Ouzbékistan pour arbitrer ce match avec une totale partialité, ce qui a réellement été le cas. On en oubliait presque qu’on était en CONCACAF tellement l’arbitre a été intransigeant et juste. Tellement qu’on aurait pu dire qu’il était pro-torontois…

Le Toronto FC est donc en finale, où il affrontera Chivas qui a réussi à se défaire très, très difficilement des Red Bulls. Après avoir vaincu Tigres et Club Americà, disons qu’on voit mal comment Toronto pourrait s’écraser face à un Chivas de beaucoup inférieur aux deux autres équipes. Vainqueur 1-0 sur deux matchs face aux Red Bulls, Chivas s’est contenté de défendre lors du match retour au New-Jersey et s’est vu complètement dominé par Wright-Philipps et sa bande avec 20 tirs contre seulement 1. Un peu plus de chance et d’opportunisme et on aurait pu voir une finale totalement MLS…

Toronto devra peut-être se débrouiller sans Jozy Altidore, lui qui s’est blessé dès la 6ème minute et qui a du sortir du match. Si la blessure est sérieuse, c’est peut-être l’endroit de son alignement où Greg Vanney manque le plus de profondeur. Tossaint Ricketts est plein de bonnes intentions, mais il semblait un peu perdu sur le terrain hier et sa non-action très chanceuse sur le but d’Osorio le démontre parfaitement.

D’ailleurs, le but d’Osorio était le premier but marqué au Azteca par un canadien depuis 1993 alors qu’Alex Bunbury avait marqué contre la Martinique en Gold Cup.

D’ailleurs, tant qu’à chercher du positif…

Choinière blessé, Mancosu de retour
Premier entraînement sur gazon naturel pour les montréalais ce matin alors que Matteo Mancosu et Nacho Piatti ont réintégré l’équipe et devraient être en mesure de participer au match du week-end à New-York face aux Red Bulls.

L’Impact a toutefois annoncé que David Choinière a subi une blessure à la cheville et devra rater de 5 à 6 mois d’activité, un dur coup pour le jeune québécois. Shamit Shome devrait donc demeurer à Montréal et ne pas retourner à Ottawa, du moins pour le moment. En ce sens, qui aura la lourde tâche de remplacer Saphir Taïder au milieu montréalais samedi prochain, l’algérien étant sous le coup d’une suspension?

Louis-Béland Goyette n’a pas mal fait durant ses quelques minutes de jeu cette saison, mais n’y aurait-il pas un certain danger à aligner Louis et Krolicki côte à côte au milieu de terrain? Un manque d’expérience pourrait faire mal face aux Wright-Philipps et Tyler Adams de ce monde, même s’ils seront probablement encore un peu marqué par leur dure défaite d’hier soir en demi-finale…

Ce serait peut-être le bon moment pour revenir au 4-3-3, et donner plus de latitude offensive au nouveau venu Alejandro Silva.

DANS L’ABRI
– 
La Ligue des Champions se poursuivait également en Europe hier, alors que l’AS Roma a causé toute une surprise en évincant le puissant FC Barcelone en quart de finale. Vainqueur 4-1 au match aller, le Barça avait 98% de passer en demi avant le début du match selon les spécialistes. Quel retournement de situation.

– De son côté, Liverpool a résisté aux assauts de Manchester City et est devenu la première équipe a vaincre trois fois durant la même saison une équipe entraînée par Pep Guardiola. Mohamed Salah a poursuivi sa saison de rêve en marquant le but qui a coupé les jambes des Citizens et un but refusé à City a fait pas mal jaser…

Le but semble bon aux premiers abords, mais on oublie que la règle du hors-jeu ne s’applique pas réellement au dernier joueur mais bien à l’avant-dernier, considérant que le gardien reste plus souvent qu’autrement sur sa ligne. La sortie de Karius met donc Leroy Sané hors-jeu, mais la controverse demeure alors que le ballon revient vers Sané en déviant sur James Milner et non via une passe de Gabriel Jesus… Malgré tout, Liverpool méritait amplement de sortir victorieux.

– Après Zlatan avec le Galaxy, Super Mario avec DC United?

Commentez, partagez et suivez-moi sur Facebook et Twitter!

ALLONS!

PLUS DE NOUVELLES