Top 10 : Carlson et Hedman en lutte pour le titre de meilleur défenseur

L’année 2018 touche déjà à sa fin. On a eu le droit à du hockey excitant à la pelle, mais il est désormais temps de faire le bilan.

Cette fois-ci, je me suis intéressé aux meilleurs défenseurs du circuit Bettman, et après analyse, voici les 10 arrières qui ont le plus attiré mon intention cette année.

En route pour le Top 10 des meilleurs défenseurs de l’année 2018 !

10. Keith Yandle, Panthers de la Floride. 

Est-il étonnant qu’il se retrouve dans ce classement ? Pas vraiment ! Keith Yandle a fait la pluie et le beau temps du côté de Sunrise. Il est quatrième chez les arrières pour le nombre de points (66 points en 79 matchs), alors qu’il a une moyenne de temps de jeu de 23 minutes 28 secondes.

En plus, Yandle est une force sur l’avantage numérique, lui qui a récolté 32 points à 5 contre 4 en 2018.

C’est donc une très belle année pour ce défenseur extrêmement sous-estimé.

9. John Klingberg, Stars de Dallas.

On ne se le cachera pas : même si l’arrivée de Miro Heiskanen a été rafraîchissante en défense du côté de Dallas, cette dernière n’est certainement pas la meilleure de la ligue.

C’est ici que la présence de John Klingberg fait énormément de bien. Avant sa blessure, le #3 des Stars a récolté 14 points en 19 matchs. Si on fait le total sur l’année au complet, l’athlète de 6 pieds 2 pouces a ajouté 47 points à sa fiche en 61 parties, ce qui le place au 11e rang pour le nombre de points par match (0.77) dans la LNH.

8. Seth Jones, Blue Jackets de Columbus. 

Seth Jones a tout simplement été extraordinaire pour les Blue Jackets, cette année. Il a été blessé en début de saison, mais malgré cela, l’ancien des Prédateurs a récolté 54 points 67 matchs sur la totalité de l’année.

Il est premier pour le nombre de buts gagnants (5) parmi tous les défenseurs du circuit. Avec un temps de jeu de 25 minutes et 25 secondes – 7e dans la LNH -, Jones s’est imposé comme l’un des arrières les plus dominants de la ligue.

7. Erik Karlsson, Sénateurs d’Ottawa et Sharks de San Jose. 

2018 n’a pas été l’année la plus facile de la carrière d’Erik Karlsson. Nonobstant les histoires « hors-glace », l’ancien capitaine des Sénateurs a tout de même réussit à maintenir le cap. Même s’il connaît un peu de difficultés depuis son arrivée à San Jose, le #65 est le cinquième meilleur pointeur chez les défenseurs depuis le 1er janvier, avec 63 points en 76 matchs.

Utilisé à foison (25 minutes 55 secondes en moyenne), Karlsson a encore éclaboussé la ligue par son talent. La blessure qu’il l’a fait passer sous le bistouri au lendemain des séries de 2017 l’a ralenti, mais Karlsson est encore l’un des meilleurs défenseurs de la LNH, à l’heure où l’on se parle.

6. Morgan Rielly, Maple Leafs de Toronto.

Que dire de son début de saison tout simplement époustouflant ? Rielly est le défenseur qui a récolté le plus de points depuis le début de la saison, avec 44 points en 37 matchs. Sur l’année entière, Rielly est le 3e meilleur pointeur de la LNH, grâce à ses 68 points en 73 matchs.

Son différentiel de +26 est le meilleur du circuit Bettman.

Une nomination au trophée Norris est plus que probable dans son cas. On attendait son éclosion depuis plusieurs saisons, et c’est désormais chose faite !

Il ne manque plus qu’à lui trouver un partenaire digne de ce nom et les Leafs seront en voiture, comme dirait l’autre.

5. Roman Josi, Prédateurs de Nashville. 

Ça commence à être sérieux.

Le capitaine des Prédateurs est un homme à tout faire : rien ne lui fait peur. Il peut marquer, transporter la rondelle d’un bout à l’autre de la patinoire, et casser des jeux.

C’est simple : Josi est dans le top 10 de la LNH chez les défenseurs pour le nombre de points (8e – 58 points), le nombre de présences par match (9e – 28.7), et le nombre de buts sur l’avantage numérique (9e – 5 buts), entre autres.

Bref, un homme à tout faire, je vous ai dit !

4. Drew Doughty, Kings de Los Angeles. 

Je vous vois venir : les Kings connaissent effectivement une très mauvaise saison.

Ceci étant dit, Drew Doughty continue d’être excellent. Il a été le défenseur le plus utilisé dans la Ligua Nationale (26 minutes 44 secondes de moyenne de temps de glace) en 2018. Qui plus est, il a amassé 51 points en 80 matchs.

À l’image de Josi, Doughty est aussi un défenseur polyvalent qui peut s’impliquer dans les deux zones. Le #8 est l’un des meilleurs défenseurs de la LNH, et il l’a encore prouvé en 2018.

3. Brent Burns, Sharks de San Jose. 

Est-il le meilleur défenseur offensif de la ligue ?

En tout cas, Burns est le meilleur pointeur chez les défenseurs en 2018 grâce à ses 77 points en 84 matchs. Il est également premier pour le nombre d’aides (67) et quatrième pour le nombre de points (28) sur l’avantage numérique.

Tout aussi solide défensivement, Burns a encore montré de quel bois il se chauffait.

2. Victor Hedman, Lightning de Tampa Bay. 

Le tout récent gagnant du trophée Norris a connu une superbe année. Outre le titre de meilleur défenseur de la ligue qu’il a reçu, Hedman a continué sur sa lancée cette saison. Évidemment, sa blessure l’a empêché de grimper au classement des pointeurs, mais il a tout de même maintenu une moyenne de points par match de 0.77, ce qui le place au 10e rang dans la ligue.

Victor Hedman est dans une classe à part et il a un rôle prépondérant à jouer dans les succès de son équipe. Outre les chiffres, c’est son impact au sein de sa brigade défensive qui est énorme, aussi bonne soit-elle.

Sur l’année 2018, Hedman a amassé 54 points en 69 matchs, tout en affichant un différentiel +19.

Bref, il a été excellent.

1. John Carlson, Capitals de Washington. 

C’est mon choix pour l’obtention du trophée Norris. Il a eu un rôle incroyable à jouer dans la conquête de la coupe Stanley des Capitals de Washington.

Durant les séries éliminatoires, Carlson a amassé 20 points en 24 matchs. Sur l’année 2018, le #74 a enregistré 72 points en 76 matchs, maintenant la meilleure moyenne de points (0.95) par match chez les défenseurs dans toute la ligue.

Il est également premier pour le nombre de points (35) sur l’avantage numérique, et deuxième pour la moyenne d’aides (0.74) par rencontre.

Carlson est utilisé dans toutes les situations de jeu, et son différentiel de +22 montre qu’il a amplement bien rempli sa tâche.

PLUS DE NOUVELLES