Tinordi peut être utile au CH… tout comme Barberio | La croisée des chemins de Kadri et Grigo

Le sablier se vide, mais Jarred Tinordi a encore une chance de se valoir.

Même si son contrat est à deux volets, il ne peut éviter le ballotage s’il est renvoyé dans les mineures. Un facteur qui influencera, d’une manière ou d’une autre, les décisions de la direction au terme du camp d’entrainement.

Le défenseur format géant reluque un poste à la gauche de la 3e paire de défense, mais ce ne sera pas de la tarte. C’est qu’avec Andrei Markov, Alexei Emelin et Nathan Beaulieu, il y a déjà un bon nombre de défenseurs bien en selle sur ce flanc. Et dans tout ça, il faudra un jour donner la chance à Beaulieu de déployer toutes grandes ses ailes sur le top-4. Puis, arrive Mark Barberio, qui pourrait complètement miner ses chances s’il est aussi solide qu’il l’a été à certains moments de la saison avec le Lightning.

Le Canadien devrait compter un total de sept défenseurs dans sa formation (6+ healthy scratch). Il y a donc un poste à offrir à Tinordi ou Barberio, mais encore faut-il qu’on ait l’intention de les faire jouer. On les voit mal pousser dans le dos de Tom Gilbert (ou Greg Pateryn), qui joue à la droite. Et on voudra malheureusement justifier le contrat de Emelin.

Jarred Tinordi peut aider le CH. Il est, avant toute chose, un excellent patineur pour un homme de sa carrure et, au cours des deux dernières années, on l’a vu transporter la rondelle avec efficacité en zone neutre. La plus grande critique à son endroit est son hésitation quand il doit effectuer la première passe dans son territoire. Le hic, c’est que Tinor’ ne peut remédier à cet aspect autrement qu’en étant mis au défi dans la LNH. Il n’a aucun problème à repérer ses attaquants dans la ligue américaine. C’est la vitesse du circuit Bettman qui tend à le rendre inconfortable. Le grand défenseur doit avoir du temps pour se synchroniser et prendre un bon pli. Un temps que Michel Therrien, qui veut naturellement gagner chaque match, n’est pas prêt à lui offrir s’il n’aime pas ce qu’il voit.

Il y a certes la dimension de robustesse qui peut jouer en sa faveur, mais la capacité à bouger la rondelle est beaucoup plus valorisée chez les défenseurs de la LNH de nos jours. L’important est de réussir à éloigner le jeu de son gardien afin de défendre le moins possible. Le reste est secondaire. Il n’y a pas si longtemps, un défenseur comme Tinordi aurait un poste presque assuré, mais les temps ont changé.

Kadri et Grigorenko…

Ce n’est pas une bonne idée de parier contre Nazem Kadri. Le jeune centre s’entraîne comme un col bleu et serait présentement dans sa meilleure forme physique.

Kadri a tout à prouver. Il est un 7e choix au total. Il a signé un contrat d’un an. Le départ (éventuel) de Tyler Bozak pourrait lui donner les rênes du 1er trio et on se demande jusqu’où Mike Babcock peut l’amener en travaillant étroitement avec lui. Il est temps pour lui d’exploiter tout son talent.

Pendant ce temps, Mikhail Grigorenko apporte des ajustements à son coup de patin dans une clinique de power-skating à Québec. On l’oublie, mais Grigo a connu une excellente saison dans la ligue américaine. Patrick Roy réussira-t-il à le faire sortir de sa coquille?

En rafale
– Le Canadien a-t-il fait une erreur en échangeant Brandon Prust? LIEN

Ça, c’est un exemple de mauvaise interprétation des statistiques avancées qui peut mener à des analyses erronées.

– Il y a congestion à la ligne bleue du CH: LIEN

– Si Bournival pouvait rebondir, le bottom-six du Canadien s’en porterait mieux. LIEN

– LeBron James et Jimmy Fallon essaient le « Faceketball »: LIEN

– Les Penguins entendent alléger les responsabilités médiatiques de Kessel, à Pittsburgh. LIEN

– Depuis le tout début, Marc Bergevin voit Daniel Carr dans sa soupe! LIEN

– Kevin Fiala voudra cimenter sa place dans la LNH l’an prochain: LIEN

– Reto Berra n’aura pas le droit à l’erreur au Colorado: LIEN

– On a préféré Jonathan Toews à Carey Price, aux ESPYs. LIEN

PLUS DE NOUVELLES