Simon Bourque étudie et joue maintenant à Concordia

Simon Bourque ne s’attendait probablement pas à retourner aux études en 2019. Sous contrat à Laval, où il avait disputé 46 matchs, le Québécois vivait malgré tout une expérience de vie dans l’organisation du Canadien.

Puis, pendant la saison morte, Marc Bergevin l’a envoyé à Winnipeg en retour de Steve Mason et Joel Armia. Les Jets ont finalement pris la décision de l’envoyer au ballottage dans le but de mettre fin à son contrat, au mois d’octobre dernier.

La dernière saison avait été difficile. Dans une entrevue avec Habs Eyes On the Prize, il explique qu’il était anxieux et dépressif en raison de son temps de jeu, surtout considérant le fait qu’il avait fait la demande d’être cédé dans la ECHL afin de jouer davantage. Jadis considéré comme un bon espoir à la ligne bleue, tout s’est écroulé.

En novembre, il avait signé un contrat dans la LNAH. Il y aura finalement joué pendant 10 matchs, amassant un total de 7 points.

Jouer dans cette ligue n’était toutefois pas le but de Bourque, qui jouait dans les rangs professionnels l’année auparavant. C’est pourquoi il a décidé, en 2019, de s’inscrire à l’Université de Concordia pour y étudier et jouer. L’ancien choix de sixième tour dans la LNH poursuit maintenant une maîtrise en gestion, en profitant aussi pour s’aligner avec les Stingers.

En 8 matchs, il compte 6 points à sa fiche. Disons que le fait d’avoir quitté les rangs professionnels doit être moins difficile lorsqu’on se retrouve dans une ligue où il est plus facile d’avoir un rôle important. C’est de cette façon que beaucoup de joueurs retrouvent le plaisir de jouer.

Et le jeune homme de 22 ans ne changerait en rien ce qui est arrivé cet été : c’était pour le mieux. Entre ses cinq cours de business et ses matchs avec les Stingers, il peut enfin se considérer heureux.

En rafale

– Sidney Crosby et la nouvelle génération se rencontrent.

– On n’aime jamais entendre ça.

– On dirait des Nascar sur la patinoire.

PLUS DE NOUVELLES