Sergei Bobrovsky laisserait tomber sa clause de non-échange pour pouvoir quitter Columbus

Sergei Bobrovsky a fait la une au cours des dernières heures. Il a été retiré de la rencontre des Blue Jackets après le 4e but du Lightning mardi soir (à Tampa)…

Et il a été « suspendu » par la direction de son équipe hier matin (en raison d’un écart aux valeurs de l’organisation). Bobrovsky n’a pas pris part au match d’hier soir (la 600e victoire en carrière de John Tortorella dans la LNH, un record pour un coach américain). C’est plutôt Joonas Korpisalo qui était devant le filet des Blue Jackets à Columbus, avec Jean-François Bérubé (rappelé d’urgence hier matin) pour le seconder.

Les Blue Jackets voleront vers Washington aujourd’hui, afin d’y affronter les Capitals demain soir. On s’attend à ce que Bobrovsky soit dans l’avion et que Bérubé soit retourné à son club de la Ligue américaine.

Depuis hier, plusieurs experts ont indiqué que ce nouvel incident entre Bobrovsky et les Blue Jacket venait presque confirmer le départ du gardien russe en juillet. Bobrovsky sera alors admissible à l’autonomie complète.

Pierre LeBrun a noté hier soir que la valeur de Bobrovsky n’avait pas baissé sur le marché, qu’il est encore l’un des cinq meilleurs gardiens de but de la LNH et qu’il fera assurément sauter la banque au cours des prochains mois.

Elliotte Friedman a quant à lui lancer une petite bombe ce matin sur les ondes de Sportsnet Toronto. L’été dernier, Bobrovsky n’avait pas l’intention de quitter Columbus. C’est du moins ce qu’il laissait filtrer…

Friedman a toutefois avoué ne pas avoir cru à 100 % à ce report. Bobrovsky ne s’est pas présenté à un meeting avec Jarmo Kekalainen l’été dernier en Europe…

Et ce qui s’est passé cette semaine démontre clairement que l’avenir de Bobrovsky n’est pas à Columbus.

Friedman a aussi rapporté que des choses dites durant les dernières séries éliminatoires n’ont toujours pas été digérées par le gardien russe. Je ne crois pas que Tortorella et Bobrovksy font bon ménage… Mais il faut comprendre que les vétérans de l’équipe en auraient aussi contre Bobrovsky.

Sergei Bobrovsky possède une clause de non-échange, mais rendu où il en est, il accepterait probablement d’être échangé à n’importe quelle autre formation de la LNH d’ici le trade deadline. Ce ne serait que pour quelques mois…

Pourquoi Bobrovsky disait-il qu’il ne voulait pas quitter Columbus l’été dernier? Soit il avait réellement l’intention de tenter une dernière fois de tout recoller, espérant que les Blue Jackets imiteraient les Capitals en rebondissant…

Soit il voulait simplement écouler la dernière année de son contrat avant de sacrer son camp de là-bas sans que l’équipe obtienne quoi que ce soit en retour.

Dans un cas comme dans l’autre, ça sent la fin pour Bobrovsky. Et ça commence à sentir fort.

Rappelons que Bobrovsky a remporté le trophée Vézina en 2013 et en 2017 et qu’aux dernières nouvelles, il souhaitait gagner au moins autant d’argent que Carey Price.

Et que selon Mathias Brunet, Kekalainen aurait suggéré à son gardien de but partant d’aller consulter un psychologue il y a deux ans, chose qui n’aurait pas plu au principal intéressé.

En rafale

– Petite transaction à venir dans la LNH?

– 55 ans, c’est long ça!

– Charlie Lindgren, qui a subi la défaite hier soir chez le Rocket, pourrait s’absenter à nouveau.

– Le mercato de l’Impact serait déjà terminé. Novillo et Urruti serviront à remplacer Silva, Fanni, Amarikwa, Mancosu et autres. L’Impact avait des lacunes à combler… Et il ne l’a pas fait (assez).

PLUS DE NOUVELLES