Selon un gardien de la LNH, il n’y a pas de « gay » dans la LNH

L’homosexualité dans un sport « macho », ou un sport « d’homme », comme l’indiquent certains, n’a pas encore sa place au sein du sport professionnel comme le hockey de la LNH. Les gars qui sont homosexuels le cachent toujours et c’est triste de demeurer aussi longtemps dans une garde-robe. On est bien en 2018, non? Comment un réseau professionnel peut-il être encore aussi arriéré? Un sujet certes délicat, où Anders Nilsson, l’un des deux gardiens des Canucks de Vancouver, a mis son grain de sel : « Il n’y a aucun gay dans la LNH. Il ne peut pas y en n’avoir non plus. »

Une phrase au départ « suédoise », qui est passée par Google Traduction. Continuons avec Google Translate puisque les propos viennent d’un texte en suédois.

Selon le cerbère d’origine suédoise, le hockey fait toujours preuve de discrimination au sujet de l’homosexualité. Toujours selon ses dires, un joueur gay ne peut pas atteindre le niveau de la Ligue nationale, puisque la pression envers eux devient trop puissante : « Je pense que si j’étais homosexuel, je ne jouerais jamais au hockey à cause de cette pression. La culture macho est insupportable dans notre sport! »

À noter que Nilsson a une femme ainsi que deux fils.

Si quelqu’un dit qu’il y a actuellement trois ou quatre hommes homosexuels dans chaque équipe de la LNH, je dois m’y opposer. C’est absurde! Ils ont fini beaucoup plus tôt quand ils étaient jeunes. Nous nous disputons constamment au sujet des sports d’équipe, y compris le hockey, qui a plein de sentiments d’appartenance. C’est vrai, mais si vous êtes différent, vous rencontrez des moments difficiles dans la cabine, alors vous ne vous amusez pas vraiment sur le terrain! – Nilsson

Le gars est toutefois un tantinet naïf… 

Il touche de bons points.

Au hockey, personne n’a et n’est encore sorti pour affirmer qu’il est homosexuel. Ce qui est très dommage, surtout qu’au niveau du baseball, du basketball et du football, des hommes ont osé le faire. Le hockey, c’est beaucoup trop archaïque… Cette ligue et surtout, les joueurs qui la remplissent devront comprendre que le calendrier est désormais fixé sur l’année 2018. On n’est plus en 1969, bâtard.

Le hockey doit se regarder attentivement devant un gros miroir.

En rafale

– Pour les chialeux et ceux qui doutent, Carey Price sera toujours très bien protégé.

– Pensez-vous que Jose Ramirez réussira un tel exploit?

– Ce gars-là est encore plus fou que moi.

– C’est cool comme titre, non?

PLUS DE NOUVELLES