Sean Couturier a été très clair avec les Flyers en livrant son mécontentement

À la suite d’une saison de 96 points avec les Voltigeurs de Drummondville, Sean Couturier a fait le saut dans le show dès la saison suivante (2011-12). Dès son entrée avec les Flyers, je vous rappelle qu’il a été sélectionné au premier tour en 2011, il s’est imposé avec une récolte de 27 points en 77 parties. Toutefois, c’est son apport défensif qui a séduit la direction, donc à partir de ce moment, il est devenu l’un des meilleurs centres défensifs du circuit, en laissant un brin le côté offensif dans la garde-robe.

Mais… un moment donné, jouer le rôle de spécialiste du désavantage numérique et des mises en jeu n’était plus suffisant pour le numéro 14. Pour « stopper » cela, Couturier a fait part de son mécontentement à Ron Hextall. Il a lui-même souligné qu’il avait été assez patient. Sans brasser de caca, il a souligné à son entraîneur-chef et à Hextall qu’il croyait être capable de contribuer davantage pour le bien de l’équipe. Pour lui, c’était important d’enlever l’étiquette de « troisième centre défensif ».

Depuis son entrée dans la grande ligue, Couturier n’a jamais atteint les 40 points. Son plus haut total était de 39 points, alors que le maximum de buts qu’il a inscrit était de 15. Cette saison-ci, en 53 joutes, il a 27 buts et 51 points au compteur… Il est le troisième marqueur de son clan, puis il se retrouve au 20e rang du circuit.

Cout’s a également précisé qu’il est entré dans cette ligue à 18 ans et que ce rôle de joueur « défensif » lui convenait à cette époque… mais à la fin de la dernière saison, il sentait qu’il pouvait s’imposer d’une autre façon et jusqu’à présent, il le fait très bien. Mine de rien, il a pris le poste de premier centre, qui appartenait à Claude Giroux, et celui-ci a été muté à l’aile gauche. Peu importe, les deux roux sont réunis et ils performent à la hauteur des attentes… et même plus.

Le bon vieux Claude est redevenu le bon vieux Claude… et Couturier est en route vers un premier Selke.

En rafale

– Mine de rien, les Bruins s’installent comme de sérieux prétendants.

– Voici le nouveau capitaine de notre Canada.

Le Canada a d’ailleurs beaucoup de leaders, comme Marc Bergevin aime bien.

– Ses coéquipiers et les poolers ont hâte.

– Un échange sans aucun joueur, ça peut arriver… dans la MLS.

– La prise du petit paquet version 2018.

PLUS DE NOUVELLES