Scott Gomez peut-il rebondir?

En ce lundi matin d’élections, Ken Platenpouich vous propose un éditorial sur Scott Gomez et la possibilité (ou non) qu’il rebondisse la saison prochaine. Bonne lecture!

Gomez peut-il rebondir?
On aimerait tous lui dire « Bye Scott, see you next year in Hamilton or elsewhere ».

Certains, presque sérieux, voudraient même l’offrir accompagné d’un choix de première en retour de RIEN pour être sûr de s’en débarrasser!

Mais ça n’arrivera pas. Pourquoi?

Deux raisons.

 

Parce que le CH ne pourra pas l’échanger.

Et parce que le CH pensera qu’il pourra rebondir après une mauvaise saison, la pire de sa carrière. C’est le pari que Gauthier et Cie feront.

Carey Price a rebondi après une année difficile et malgré toute la pression qui était sur ses épaules.

Mais le meilleur exemple récent à Montréal est sans doute celui d’Alex Kovalev.

En 2007-2008, après une année misérable de 47 points en 73 matchs accompagnée d’un frigorifique -19, l’Artiste était revenu avec une saison magique de 35 buts, 84 points, +18.

Tout cela à l’âge vénérable de 35 ans.

On ne dit pas que Gomez connaîtra une saison de 84 points l’an prochain.

On ne dit pas qu’il terminera à +18 et qu’il sera le Dieu du stade comme Kovy a su le redevenir.

On ne dit pas qu’il sera dominant.

Mais, s’il arrive au camp au meilleur de sa forme, on ne voit pas pourquoi à 32 ans, il ne pourrait pas rebondir et livrer une saison acceptable de 50-60 points, tout en étant fiable défensivement.

Car voyez-vous, Gomez ne traîne pas exactement la réputation de se défoncer à l’ouvrage durant l’été, ni durant les premiers mois de la saison. C’était sa façon de se garder des forces pour les séries et la forme revient toujours d’elle-même, pensait-il jusqu’à cette année.

Mais, ceux qui ont passé le cap de la trentaine le savent trop bien; la forme revient moins vite et il faut travailler plus fort pour la garder.

Prenez Martin St-Louis, bourreau de travail qui refuse de ralentir et qui a 34 et 35 ans vient de connaître des campagnes de 94 et 99 points.

Prenez Rod Brind’Amour, qui après une saison de 38 pts avant le lock-out à 33 ans est revenu à 35 et 36 ans avec des campagnes de 70 et 82 points suivi de deux saison de 51 points à 37 et 38!

Que dire de Shanahan qui s’est montré utile jusqu’à 39 ans.

On ne parlera même pas de Teemu Selanne.

Le secret est souvent pour ces joueurs de perdre quelques livres et de demeuré en forme en s’entraînant très sérieusement.

C’est entre autres ce qu’à fait Daniel Brière l’été dernier.

Pour Gomez cela pourrait faire toute la différence. Transporter la rondelle avec rapidité est son pain et son beurre et pour continuer à faire cela, il faut, en vieillissant, perdre quelques kilos et être plus fit pour conserver la même explosion.

Remarquez que le « Gomer », pourrait aussi changer ses stratégies en prenant de l’âge comme on su le faire bien des grands joueurs. Ça ne ferait certainement pas de tort côté créativité.

S’il ne revient pas le joueur offensif dynamique et fiable qu’il a déjà été, Jacques Martin pourrait aussi le transformer en centre de 3e trio et lui donner moins de responsabilités offensives.

Mais pour cela, il faudra vraiment que Desharnais ou Eller, ou les deux, démontrent clairement qu’ils peuvent produire sur une base plus régulière que Gomez.

Tiens, c’est peut-être de cette façon que l’on motivera Gomez, en lui faisant sentir que le poste de 2e centre est ouvert à qui veut bien le prendre à l’automne.

Le traitement de faveur sera terminé l’an prochain. Gomez n’aura plus d’excuses très longtemps.

Car si Molson ne voudra pas payer une année à 7,5 M$ dans le beurre en faisant jouer Gomez à Hamilton en 2011-2012 ou encore qu’il ne voudra pas racheter les trois années encore à son contrat, tous les scénarios s’ouvriront pour les deux dernières années de son entente, alors que son salaire baissera respectivement à 5,5 et 4,5 M$.

Voilà une autre grande motivation pour le « Gomer » l’an prochain, assurer son poste dans la LNH pour les deux dernières années de son contrat.

C’est long un voyage en autobus de 10 heures, surtout quand t’en fais deux en deux jours…

PLUS DE NOUVELLES