Saphir Taïder avec l’Impact de Montréal

« 1, 2, 3… Viva Algérie ! ». Un refrain bien connu, qu’on pourrait entendre quelques fois cette saison au Stade Saputo.

Confirmé par France Football puis par L’Équipe, on peut désormais affirmer que le milieu de terrain algérien Saphir Taider s’est entendu avec l’Impact de Montréal.

Dès la confirmation du retour inévitable de Dzemaili en Europe, le nom de Saphir Taider a commencé à circuler. L’algérien n’avait plus sa place depuis quelques temps dans l’effectif Bologne, et une nouvelle aventure est ce qui pourrait lui permettre d’offrir un nouveau souffle à sa carrière.

Nouveau souffle, peut-être, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut s’attendre à accueillir un joueur en perte de moyens, ou qui n’a pas ce qu’il faut pour jouer au haut niveau. Taider était le deuxième plus haut salarié de Bologne avec un salaire de 900 000 euros, et le retour de Dzemaili (et son gros salaire) en Série A mettait de la pression sur le club italien pour libérer de l’argent, un point à garder en tête lorsque vous entendrez que « Bologne s’est débarrassé de Taider ». En MLS, Saphir Taider sera joueur désigné et gagnera 1,5 M$ par saison.

Saphir Taider a déjà été lié à l’Impact par plusieurs rumeurs en 2015. Les partisans étaient alors surexcités et espéraient que l’algérien choisisse Montréal, mais les réactions sont assez différentes aujourd’hui. Pour une raison qui m’échappe, plusieurs semblent sceptiques devant l’arrivée de Taider. Parce qu’il n’a pas réussi à s’imposer avec l’Inter Milan ou avec Bologne? À mon sens, le profil de Saphir Taider fera le plus grand bien au milieu de terrain de l’Impact de Montréal.

Formé à Grenoble en France, Saphir Taider passe rapidement en Italie avec Bologne en 2011, où il poursuit son développement et intègre la première équipe dès 2012, à 20 ans. Voué à un bel avenir, Inter Milan fait son acquisition en 2013 où Walter Mazzarri en fait un de ses hommes de confiance et lui offre 26 matchs. Taider perd ensuite tranquillement sa place en équipe première et il est prêté par l’Inter en 2014 et 2015, d’abord à Southampton en Angleterre puis à Sassuolo, toujours en Série A. N’arrivant toujours pas à intégrer l’alignement partant des milanais, Taider est de retour à Bologne en 2016. Une saison de 4 buts en 25 matchs fait bonne impression l’an dernier mais une blessure le tient loin de l’effectif au début 2017 et il n’arrive plus à réintégrer le groupe de Donadoni depuis, ce qui pousse son transfert actuel vers Montréal et la MLS.

Vrai milieu central, Saphir Taider est un joueur bien différent de Blerim Dzemaili. Beaucoup moins offensif, il adore le jeu de passe courte, est excellent en couverture défensive et aime s’asseoir sur le ballon pour conserver la possession. Assez frêle à 5 pieds 9, Taider n’est pas reconnu pour son jeu aérien, mais il a une bonne frappe de loin, ce qui est peut-être ce qui le rapproche le plus de Dzemaili. Certains l’ont d’ailleurs plutôt comparé à Darlington Nagbe, en MLS. Un travaillant qui est efficace et solide défensivement tout en étant capable d’un coup de génie offensif de temps à autres.

J’ai discuté sur twitter avec un partisan invétéré de la sélection algérienne, où Taider est titulaire plus souvent qu’autrement depuis 2013. Il m’a décrit un joueur avec un gros volume de jeu, qui peut courir à pleine vitesse durant 90 minutes et qui adore orienter et contrôler le jeu. La question est surtout de savoir s’il veut réellement s’investir dans le projet de l’Impact de Montréal ou si c’est avant tout le salaire et la durée du contrat qui l’attire ici. On m’a mentionné qu’il pouvait être l’un des meilleurs de son pays, mais qu’il pouvait ensuite disparaître complètement et jouer en « fainéant » lors de certains matchs au fin fond de l’Afrique dans des conditions plus difficiles.

Si Taider a choisi Montréal, j’ose croire que le projet de Rémi Garde l’a convaincu et qu’il vient ici avec l’idée d’être un joueur dominant et important. Si c’est le cas, il pourrait être une grande surprise pour les montréalais, surtout considérant le scepticisme avec lequel son transfert est accueilli par certains. En vrai #8, il devrait être le remplaçant de la légende Patrice Bernier en milieu de terrain, et une bonne entente avec Samuel Piette pourrait faire de l’Impact une équipe difficile à affronter et difficile à passer en milieu de terrain. Ce serait une bonne nouvelle, considérant les difficultés défensives de l’équipe depuis quelques saisons.

À 25 ans, sa progression n’est pas nécessairement terminée, et qui sait si son côté offensif ne pourrait pas se développer et ressortir encore plus en MLS. Il a offert quelques bijoux en Série A, et s’il ne remplacera probablement pas les 7 buts de Dzemaili l’année dernière, il pourrait faire profiter ses coéquipiers de plusieurs passes décisives.

Et cerise sur le gâteau, non seulement Taider porte le prénom d’une pierre précieuse en « Saphir », mais il est également né le 29 février 1992, incidemment lors d’une année bissextile. Ça vaut ce que ça vaut, c’est-à-dire absolument rien, mais peut-être sera-t’il porteur de chance pour l’Impact de Montréal?

DANS L’ABRI
– Vendredi aura lieu le Superdraft de la MLS, où l’Impact détient les 4ème et 7ème choix au total. Je demeure convaincu que Montréal cherchera à échanger un de ses choix, soit pour mettre la main sur une place internationale ainsi qu’un peu d’argent GAM/TAM, soit pour obtenir un vétéran de la MLS qui pourrait les aider dès cette saison, à la Lee Nguyen ou Justin Meram.

Il reste que chaque saison, un ou deux joueurs « MLS ready » se cachent dans le fameux draft, le plus récent étant Julian Gressel, repêché 8ème par Atlanta l’an dernier et recrue de l’année en MLS. Est-ce que l’Impact trouvera la perle rare? Nicolas Martineau a préparé un excellent guide pour le repêchage et les 10 joueurs susceptibles de partir dans les premiers. À lire!

– Avec les acquisitions de Taider et Diallo qui sont toujours officieuses mais pratiquement officielles, et en y ajoutant Michael Petrasso qui n’est toujours pas confirmé, voici plus ou moins ce à quoi ressemble l’effectif montréalais. Ça s’améliore, mais il reste du travail, surtout au poste du fameux #10 et en défense. Est-ce que Ballou pourrait obtenir un essai en 10 avec Rémi Garde? À suivre…
– Pour ceux qui en doutent encore, d’autres sources qui se recoupent. Zakaria Diallo est à l’étape d’obtenir son visa pour jouer à Montréal, sa venue sera ensuite confirmée.

– Un événement à ne pas manquer, organisé comme toujours de main de maître par le bon Alex Kénol. N’attendez pas et procurez-vous vos billets !

Commentez, partagez, et suivez-moi sur Twitter et Facebook.

Si vous avez des informations ou voulez simplement m’offrir du feedback, vous pouvez également m’écrire par courriel au jgendrontardif@gmail.com.

ALLONS!

 

PLUS DE NOUVELLES