Sans Nico Hischier, Taylor Hall ne serait pas le même

Ceux qui suivent le rythme de la LHJMQ ont eu la chance de contempler un joueur du nom de Nico Hischier. Le Suisse a réussi à cumuler 86 points, dont 38 buts, en 57 rencontres lors de sa seule année au sein du circuit Courteau. Pas mal pour son entrée en scène en Amérique, lui qui a joué 15 joutes dans la ligue élite (Suisse-A) avant de débarquer ici, au Québec.

Tout juste avant cette campagne-ci, il a été sélectionné le premier au total lors de l’encan 2017 par les Devils du New Jersey. Avant que les Devils le recrutent, André Tourigny, à ce moment entraîneur des Mooseheads, ne s’est pas gêné pour citer qu’il était le joueur le plus complet qu’il avait dirigé au sein de cette ligue junior. Tout un compliment d’un homme qui a entraîné des gars comme Nathan MacKinnon et Nikita Kucherov.

Dès le lancement du spectacle, en octobre 2017, il a démontré son étoffe et sa maturité à son nouveau groupe (les Devils). Son coéquipier, Taylor Hall, qui a évolué avec lui pendant la saison entière ne s’est pas gêné lui non plus afin d’encenser GRANDEMENT le jeune homme.

Il a eu 50 points à seulement 18 ans alors que nous avons joué contre la première ligne adverse tous les soirs. Je suis fier d’être son coéquipier et de jouer sur une ligne avec lui. – Hall

Pour Hall, le jeune attaquant de 18 ans a changé la dynamique de l’équipe, ce qui permet aux Devils de ne plus avoir la même identité qu’auparavant. Cette équipe est beaucoup plus électrique que jadis… Concernant son trophée Hart, il souligne en grande pompe que Hischier a été le plus grand contributeur. Selon Hall, si Hischier jouait dans un gros marché, sa popularité serait certes plus élevée et il aurait reçu plus de votes au scrutin de trophée Calder.

En rafale

– Un contrat de deux saisons pour Dillon Heatherington.

– Des enfants très gâtés par le Canadien de Montréal.

– Mais qui d’autre pour ouvrir le bal?

PLUS DE NOUVELLES