QUI FERA LES SÉRIES DANS L’OUEST?

Allons-y sans fioritures. Top 8 dans l’Ouest suivi d’une brève analyse des « enfants pauvres ».

1. Canucks de Vancouver : Après avoir perdu la finale de la Coupe Stanley, les Canucks ont perdu Christian Ehrhoff sur le marché des agents libres cet été. Les Bieksa, Edler, Hamhuis, Ballard, ainsi que le jeune Tanev devront en donner plus à Alain Vigneault, mais ils en sont bien capables. À l’attaque quelques employés de soutien sont partis, mais d’autres étaient déjà arrivés pour prendre leur place : Higgins et Lapierre, auxquels ont rajoutera le vétéran Marco Sturm. Cody Hodgson, sur qui on ne fonde plus vraiment de grands espoirs à l’offensive, pourrait également ajouter de la profondeur aux Épaulards. Les Canucks demeureront somme toute une puissance dans l’Ouest, mais on ne voit pas comment ils pourraient être meilleurs que l’an dernier en saison et encore moins comment ils pourraient être meilleurs en séries. Quoique, à ce dernier sujet, Roberto Luongo pourrait peut-être nous fournir ses idées…

Roberto Luongo réussira-t-il là où il a échoué?
Photo : http://alexpicard.com

2. Sharks de San Jose : Les Sharks ont remplacé des bons joueurs par d’autres bons joueurs. Ils seront un peu plus rapides avec Havlat et Burns. On a donc fait plus que brasser la soupe; on a modifié des éléments importants de la recette de requins. Todd McLellan en sera déjà à sa 3e saison à San Jose et son équipe s’est rendue en finale de conférence lors de ses deux premières. Les Sharks ont encore énormément d’offensive brute, mais ça se gâte un peu sur les 3e et 4e trios à comparer aux Canucks qui ont beaucoup plus de profondeur. Avec l’arrivée de Burns, la défensive sera plus mobile et complète. Il faut s’attendre à une autre très belle saison des Sharks et une autre aventure intéressante en séries. La Coupe? Ça va prendre des acquisitions importantes cet hiver pour m’en convaincre, mais je ne déteste pas leurs chances.

3. Red Wing de Detroit : Vieillissants, mais encore assez bon pour remporter les honneurs dans la division Centrale? C’est ce que nous croyons. Les Red Wings, ne sont pas tellement forts à l’aile (surtout quand Zetterberg joue au centre), ils ont aussi perdu des plumes en défensive avec le départ de Rafalski, mais ils ont de la profondeur encore partout, et ils savent encore jouer au hockey ces vieillissantes « Ailes rouges ». Jimmy Howard n’aura cependant encore convaincu personne dans les filets en séries le printemps dernier. C’est entre autres pour cela que Ken Holland n’aurait pas détesté mettre la main sur le vétéran Vokoun cet été. En cette année du champ du cygne pour Lidstrom (à moins d’une grosse surprise) et de départ pour Rafalski, Niklas Kronwall, le nouveau venu Ian White et peut-être bien le jeune espoir de 22 ans Brendan Smith devront faire leur part offensivement et montrer qu’il y aura encore une solide base pour les années à venir à Detroit.

4. Blackhawks de Chicago : Les Hawks pourrait tout aussi bien terminer devant les Wings dans leur division, la lutte sera extrêmement serrée entre ces deux grands rivaux. Le talent est toujours là à Chicago, mais on assistera cette saison au retour de la robustesse et peut-être à un plus grand désir de vaincre que l’an dernier. Pour un, le pas toujours très sérieux Patrick Kane a affirmé qu’il voulait passer au prochain niveau et devenir un des meilleurs joueurs de la LNH. Et quand il dit ça je ne pense pas qu’il veut dire être dans les 20 meilleurs; il vise probablement le top 5. À maintenant 23 ans, il en serait bien capable, surtout avec Toews comme joueur de centre. En défensive, on nous promet qu’on ne fera plus jouer Duncan Keith aussi souvent, surtout en DN avec la venue de Montador et O’Donnell. Les statistiques offensives de Keith ne s’en porteront que mieux, lui qui pourra se remettre à jouer avec plus de vitesse.

5. Kings de Los Angeles : Avec un peu de chance et quelques surprises, ici et là, les Kings pourraient peut-être donner du fil à retordre aux Sharks pour le titre dans la division Pacifique. Mike Richards est certainement une grosse amélioration comparativement à Jarret Stoll comme centre #2. Ils ont cependant trois points interrogations à l’aile : Penner, Gagné et Williams. Combien de parties joueront-ils et combien de points pourront-ils produire? La défensive est solide mais Jack Johnson devra faire mieux que son lamentable et inexplicable -21 de l’an dernier. Doughty devrait pour sa part revenir parmi l’élite à sa position. Dans les filets, les Kings peuvent compter sur un des bons tandems de la ligue avec Quick et Bernier. Si l’offre est bonne, soyez cependant assurés que Dean Lombardi n’hésiterait pas à se départir d’un des deux (probablement Bernier) pour améliorer sa profondeur à l’avant ou en défense.

6. Ducks d’Anaheim : Les Ducks peuvent compter sur le meilleur trio de toute la LNH : Bobby Ryan, Ryan Getzlaf et Corey «Scrorey» Perry. Disons qu’avec ça, tu peux te permettre d’avoir un peu moins de profondeur dans ton alignement. Mais, on le sait, peu importe qui joue sur ton premier trio, le manque de profondeur finit toujours par t’affecter dans la LNH, autant en saison qu’en séries. Koivu, Blake et Cogliano ne sont pas des supers 4e, 5e et 6e attaquants, des gars de 35 à 45 pts… En défensive, on s’est repris un peu depuis les départs de Niedermeyer et Pronger. Les Duck comptent maintenant sur l’excellent vétéran Visnovsky (68 pts, +18,  l’an dernier) et sur deux bons jeunes en Fowler et Sbisa. Ces deux derniers devront cependant améliorer leur jeu en défensive rapidement, s’ils ne veulent pas coûter des matchs à leur équipe. Ils ont cumulé un glacial -36, l’an dernier! Beauchemin et Lydman apportent pour leur part une certaine stabilité. Particulièrement Lydman qui a terminé la campagne avec un impressionnant +32  l’an dernier. Le retour en forme de Jonas Hiller, un des bons de sa profession, ne fera pas de tort non plus pour cette équipe dont plusieurs joueurs ont connu des ratés en défensive l’an dernier. Les gros canons doivent demeurer en santé à Anaheim, sinon ils peuvent oublier les séries.

7. Prédateurs de Nashville : Tant et aussi longtemps que les Predators pourront compter sur Weber, Suter et Rinne, aussi bien dire trois joueurs concessions ou presque, les bruyants partisans de Nashville auront du hockey au printemps. Toujours en défensive –y a-t-il autre choses à Nashville?- On devrait normalement assister à l’entrée en matière du jeune Ryan Ellis, bien connu de ceux qui suivent le CMJ du temps des Fêtes. Ellis a enregistré 100 points en 58 matchs à sa dernière saison junior à Windsor l’an dernier. Des sources disent, qu’il devrait avoir du temps de glace en AN…   Il serait également temps pour les Preds que Collin Wilson, leur seul jeune attaquant vraiment prometteur dans l’alignement (si on ne compte pas Sergei Kostitsyn là-dedans) livre une grosse saison. On ne pourra pas compter éternellement sur des Legwand et des Fisher dans les rôles offensifs de pointe. Parlant de rôle offensif, Niclas Bergfors saura-t-il relancer sa carrière comme Sergei la fait sous la tutelle de Barry Trotz? Si oui, croyez-le ou non, les Preds auront un semblant de profondeur en attaque. Le départ de Joel Ward leur fera cependant mal, il jouait 17 bonnes minutes par match l’an passé et on a vu son importance en séries.

8. Blues de St-Louis : L’échange qui a conduit Erik Johnson et un premier choix au Colorado en retour de Chris Stewart et Kevin Shattenkirk a vite rapporté des dividendes à St-Louis l’an dernier et devrait continuer de bien faire paraître Doug Armstrong cette saison. Même si David Perron n’est pas encore près d’un retour, les Blues miseront sur une belle offensive diversifiée cette saison avec les Backes, Stewart, Berglund, MacDonald, Steen, Oshie et D’Agostini (et oui) à l’avant plan. Lagenbrunner et Arnott viendront pour leur part offrir un très bon support et une expérience inestimable dans des rôles plus secondaires. La défensive est jeune, talentueuse et solide dans les deux sens. Mais à ce chapitre, des saisons complètes de Jackman et Polak aideraient grandement, car on ne peut quand même pas encore trop en demander aux jeunes Pietrangelo et Shattenkirk malgré tout leur talent. Dans les buts, Halak peut dormir tranquille, à moins que le jeune Jake Allen viennent brouiller les cartes. On ne s’attend pas à grand-chose de Ben Bisho et Brian Elliot. Avec tous ses jeunes talents qui arrivent à maturité, les Blues pourraient être très dangereux dans un avenir rapproché, surtout si Perron revient en pleine forme. Puis, Tarasenko, peut-être le meilleur de tous, ainsi que Jaden Schwartz, pas piqué des vers lui non plus, ne sont même pas encore là…

Les autres….

Pour le reste, les Blue Jackets pourraient surprendre si Steve Mason joue comme il en est capable. Ils n’ont vraiment pas une vilaine offensive, ni une mauvaise défensive.

Les Flames, comme c’est leur habitude depuis quelques années, devraient être dans le coup pour une bonne partie de la saison, mais une vilaine blessure et quelques déceptions et on oublie cela. Comment peuvent-ils année après année nous faire croire que Mickael Backlund est un centre numéro en puissance? Est-il seulement aussi bon que Lars Eller? Rien n’est moins sûr.

Le Hockey News place l’Avalanche au 9e rang, personnellement je n’y crois pas un seul instant. Duchene et Statsny ont beau être talentueux, dans l’immédiat, il n’y a plus beaucoup de valeurs sûres à l’attaque ni en défensive au Colorado. Erik Johnson devra absolument relancer sa carrière et débloquer, il avait été ordinaire à son arrivée de St-Louis l’an dernier. La deuxième pire équipe de la LNH en 2010-2011 (68 pts), ne fera pas beaucoup de progrès cette saison et ce n’est certainement pas Semyon Varlamov, acquis à gros prix, qui va y changer grand-chose. Congédier rapidement Joe Sacco ne serait pas une mauvaise idée.

Le même Hockeys News prédit une dégringolade en règle des Stars (13e rang) qui ont manqué les séries par deux petits points l’an dernier (95 pts). C’est fort possible, le départ de Richards laisse un vide que Ribeiro, Benn et les autres ne pourront combler. Que dire d’autre?

Autre dégringolade en règle prédit par THN, les Coyotes (14e rang), Celle-là on la comprend beaucoup moins. On veut bien croire que Bryzgalov était important aux succès des Coyotes, mais de là à dire que les Coyotes vont passer de 99 pts et une 6e place au 14e rang, y’a toujours ben des maudites ‘émites. Turris, Boedker et Ekman-Larsson devraient normalement faire des bonds importants dans leur développement cette saison, tout comme Hanzal, qui n’a que 24 ans. Ne serait-ce que pour cela et leur excellent coach, Dave Tippett, les Yotes ne verront pas le sous-sol de l’Ouest cette saison. En fait, ils devraient plutôt vendre chèrement leur peau et il ne faudrait pas se surprendre de les voir encore avantageusement dans le coup dans la dernière semaine de la saison. Mike Smith devra cependant être bon et en santé.

Le Wild aura un peu plus d’offensive cette saison, mais la défensive fait dure en pas pour rire. Puis, Heatley n’est plus exactement ce qu’on pourrait appeler un joueur concession, j’ose imaginer que Chuck Fletcher est au courant. Ils ne seront pas très loin de la cave.

Terminons en beauté avec les Oilers que THN place encore derniers. Pire équipe de la LNH l’an dernier, les Oilers ont rajouté un autre joueur concession au dernier repêchage en la personne de Ryan Nugent-Hopkins en juin dernier. Jumelé à Taylor Hall, Magnus Paajarvi et Jordan Eberle, ça va commencer à faire des flammèches bientôt et comme ils sont dans le « Oil Country, ça devrait bien finir par exploser! Mais ce ne sera pas encore cette saison pour cette excitante équipe. Cependant, on aime beaucoup les additions de Bélanger, Eager et le retour de l’enfant prodigue, Ryan Smyth.  Ne serait que pour cela, un bon très important est à prévoir au classement. La défensive et les gardiens de buts doivent cependant vite devenir les priorités de Steve Tambellini. Échanger Hemsky et Gagner aiderait à régler rapidement une partie du problème.

PLUS DE NOUVELLES