Qu’est-ce qui cloche dans le développement de Michael McCarron?

Les mauvaises langues répliqueront probablement à ce titre que Michael McCarron n’a jamais possédé de grandes qualités d’hockeyeur. C’est faux…

Le colosse avait démontré son intelligence, son contrôle de rondelle ainsi que sa vision lors de sa première campagne au sein des IceCaps de Saint John’s. Depuis, les années passent et la production offensive régresse, malgré un temps d’utilisation raisonnable.

L’organisation du Canadien semble commencer à perdre espoir en son potentiel. McCarron ne tire pas beaucoup, n’obtient pas vraiment d’occasions de marquer puis n’alimente plus ses coéquipiers.

Pour sa défense, il faut avouer qu’évoluer avec des coéquipiers plus talentueux lui permettrait probablement d’engraisser sa fiche offensive…

Yannick Veilleux est l’ailier avec qui le centre a passé la majorité de son temps, depuis le début de la campagne. On parle ici d’un joueur à cheval entre la Ligue américaine et la Ligue de la cote est…

Depuis son éclosion dans la Ligue junior de l’Ontario, McCarron connait ses meilleurs moments lorsqu’il est jumelé à des attaquants aptes à transporter le disque jusqu’en zone offensive. Au sein du Rocket, il n’y a que Nikita Scherbak qui excelle dans ce domaine…

Lorsque l’Américain est le meilleur de son unité en transport de rondelle, il peine à créer de l’attaque, trop lent pour se créer des angles de tirs face aux défenseurs adverses. Logiquement, on aimerait lui demander de faire appel à sa force physique pour se frayer un chemin jusqu’à l’enclave, mais ce n’est décidément pas dans sa nature…

Puisqu’il ne semble pas s’épanouir au centre, Mitch Brown estime qu’un passage à l’aile pourrait s’avérer la meilleure chose pour lui. En misant sur des coéquipiers aptes à transporter le disque, McCarron pourrait se rendre dans les zones payantes et nuire aux équipes adverses dans l’enclave. Cela pourrait-il lui permettre d’améliorer son rendement au point de se mériter une place au sein du CH la saison prochaine?

Il le faudra bien, car s’il n’y parvient pas, il devra être soumis au ballotage. Le Canadien sait très bien que malgré de timides performances, un gaillard de ce gabarit pourrait intéresser d’autres formations.

Est-ce la peur de perdre ses services sans rien obtenir en retour qui pousse le Canadien à inscrire son nom sur le marché? Selon The Fourth Period, le nom de McCarron s’y retrouve depuis un bon moment…

Indirectement, le système de ballotage actuel nuit au développement des espoirs de la LNH. Ne croyez-vous pas que l’idéal pour l’avenir de Jacob De La Rose serait d’évoluer au sein du Rocket de Laval, où il obtiendrait l’opportunité d’améliorer ses habiletés offensives?

Michael McCarron pourrait arriver à maturité à l’âge de 25 ans. Le Canadien sera-t-il assez courageux pour attendre son éclosion jusqu’à ce moment?

En Rafale

– Une blessure à Gudbranson qui affectera sa valeur sur le marché?

– C’est débile!

– Un gros défi pour Puljujarvi depuis ses débuts…

– Le futur semble plus beau que le passé à Edmonton.

PLUS DE NOUVELLES