Quelles équipes n’ont pas su tirer leur épingle du jeu dans les transactions?

Le collègue Kevin Vallée a dressé un excellent portrait des équipes qui ont su tirer profit des dernières semaines pour améliorer leur sort via le marché des transactions. Voici maintenant celles qui méritent des prix citrons.

1. Red Wings de Detroit

Le retour obtenu pour Gustav Nyquist et Nick Jensen est correct, même si on peut se demander s’ils auraient pu rapporter davantage peu avant 15h, au moment critique. Ken Holland n’a pas trouvé preneur pour Jimmy Howard, le prix présumé était un choix de 1re ronde au repêchage, ce qui fut jugé trop élevé par ses pairs. Le DG de Detroit n’a pas pu aller à fond pour reconstruire son équipe, limité par les nombreuses clauses de non-échange qu’il a consenties au fil des saisons.

2. Wild du Minnesota

L’acquisition de Victor Rask, en retour de Nino Niederreiter, fait (très) mal paraître Paul Fenton en ce moment. Il a pu économiser un peu sur la masse salariale en troquant Charlie Coyle pour un jeune qui peut faire sa place, Ryan Donato. Le potentiel de Kevin Fiala est indéniable, mais son manque de constance fait rager, ce qui est tout le contraire de Mikael Granlund.

3. Oilers d’Edmonton

L’échange Cam Talbot a été correct, alors que Keith Gretzky, DG par intérim, a laissé aller un joueur qui ne serait pas demeuré de toute façon pour prendre une chance avec Anthony Stolarz, un gardien avec un certain potentiel. Toutefois, en pleine course aux séries et avec McDavid et Draisaitl dominants, on pensait voir Edmonton aller chercher des renforts pour pas cher, sans trop sacrifier le futur. Le dossier Jesse Puljujarvi sera maintenant la nouvelle saga à suivre en Alberta.

4. Ducks d’Anaheim

Parmi les joueurs autonomes sans compensation, il a pu se départir de Michael Del Zotto, mais il a toujours Ryan Miller dans son giron. La transaction impliquant Brandon Montour a généré un bon retour (Brendan Guhle et un 1er choix), mais vu tout le temps de jeu qu’il avait depuis le début de la saison, on aurait pu croire que les Ducks allaient bâtir autour de lui. Les gros contrats comme ceux de Corey Perry ou Ryan Kesler sont plus faciles à bouger durant l’été.

5. Flames de Calgary

Brad Treliving a essayé de danser, mais il n’a pas trouvé de partenaire pour attirer un gros poisson. L’équipe est très bonne et trône au sommet, mais elle n’a pas su suivre la cadence d’adversaires de division comme les Sharks et les Golden Knights. Leur tandem de gardiens va-t-il tenir le coup?

Mention (dés)honorable : Canucks

En rafale

– Plus tôt, en fin d’après-midi, moi et Jeff Drouin avons fait notre analyse de la date limite des transactions en direct sur Facebook, via notre podcast Dans le Carnet.

– Des fois, les meilleurs échanges sont ceux que l’on ne fait pas il semble. Je serais curieux de savoir tous les morceaux impliqués.

– Eric Staal ne voulait pas quitter le Minnesota, il est exaucé.

– C’est bien correct comme ça!

– Des bons mots pour Nic Petan.

– Dans la chronique judiciaire du jour…

PLUS DE NOUVELLES