Quand David Desharnais a plus de points que Jonathan Drouin

Comme si les nouvelles n’étaient pas déjà assez déprimantes, à Montréal, Stu Cowan a pointé quelque chose d’assez surprenant.

L’ancien du Canadien David Desharnais a inscrit plus de points que Jonathan Drouin, cette saison, avec une récolte de 19 points en 36 matchs.

Le #92 en a 18 en deux matchs de moins, lui.

Néanmoins, sans vouloir mettre en doute le travail impeccable de Drouin dans une chaise qui ne lui appartient pas, il est très inquiétant de voir le Québécois produire davantage que des joueurs de premier et deuxième trio du Canadien.

Desharnais, qui a pris le chemin d’Edmonton en retour de Brandon Davidson, l’année dernière, brille sur le troisième trio des Rangers de New York. Ce dernier avait paraphé une entente d’un million de dollars, cet été, alors que les Oilers ont décidé de ne pas retenir ses services.

Si l’on compare sa production à celle des joueurs réguliers du Tricolore, on est surpris de voir que son rythme de production est identique à celui de Drouin, Pacioretty, Danault, Gallagher et Galchenyuk. Avec un temps de jeu limité.

Pendant ce temps, Brandon Davidson n’a disputé que 23 matchs avant d’être soumis au ballotage par le Canadien.

Comme je l’ai dit, personne ne s’ennuie de David Desharnais, mais il demeure frustrant de voir un ancien du Tricolore avoir du succès sous d’autres cieux.

Oui, Desharnais est mieux entouré à New York. Je suis conscient. Les statistiques présentées ne sont qu’à titre de comparaison sur le plan individuel, même s’ils peuvent être influencées par leurs coéquipiers. 

Des prédictions hilarantes

Je ne peux pas passer sous silence ce texte de Richard Labbé, qui prédit avec humour ce qui se passera en 2018.

Voici mes passages préférés.

13 mai : Flairant le gros coup médiatique, les dirigeants de l’Impact font signer un contrat à l’ex-joueur du Canadien Brandon Davidson, qui tentera de devenir le premier défenseur de l’histoire à être mauvais dans deux sports différents.

29 mai : Les fameux Ice Capades s’installent au Centre Bell pour une série de spectacles qui s’échelonne sur deux semaines. L’évènement est un succès aux guichets, les Montréalais n’en revenant pas de voir de la glace au Centre Bell à cette période de l’année.

1er juillet : Ouverture du marché des joueurs autonomes de la LNH. Pour faire le plein de caractère, le Canadien annonce qu’il a convaincu Chris Neil de sortir de sa retraite. « Des gagnants, t’en as jamais assez », explique le directeur général Marc Bergevin.

14 septembre : Tournoi de golf du Canadien à Laval-sur-le-Lac. Confiant, le directeur général Marc Bergevin affirme en entrevue que son équipe est bien meilleure que le Canadien des années 70.

2 décembre : Carey Price n’a pas gagné à ses quatre derniers matchs, et selon la rumeur qui circule en ville, le gardien du Canadien aurait du mal avec sa mitaine. Via son compte Instagram, la mitaine fait savoir que ce n’est pas vrai.

5 décembre : Marc Bergevin tient un point de presse, et il en profite pour dire à quel point il est actif en coulisses. « L’affaire, c’est que c’est difficile de faire des échanges, clame-t-il. Encore l’autre jour, j’ai voulu passer Al Montoya en retour de John Tavares, pis ça n’a pas marché. Ce n’est pas comme si je n’essayais pas. »

15 décembre : Lors d’un match intense au Centre Bell, Brendan Gallagher reçoit quatre coups de bâton successifs sur les mains et doit être hospitalisé d’urgence quand trois de ses doigts sont broyés sous l’impact. La direction du Canadien fait savoir qu’il s’agit d’une blessure mineure.

Allez lire ça dans son entièreté. Il y a quelques autres bijoux.

En Rafale

– Chris Terry a mené la AHL chez les buts et les points, en 2017.

https://twitter.com/TheAHL/status/947952499117445121

– Beaucoup de support pour Patrick Eaves.

– Où est Mr. Coupe Molson?

 

 

PLUS DE NOUVELLES