Price et Rinne : Peuvent-ils être comparés?

Je passe encore une fois la parole à Frank, notre spécialiste des gardiens de but! Frank, c’est à toi…

Les Predators de Nashville ont annoncé la signature à long terme de leur gardien de but Pekka Rinne. L’entente de 7 ans lui rapportera 49 millions de dollars. Rinne qui serait devenu joueur autonome sans compensation à la fin de la présente campagne verra donc son salaire passer de 4 à 7 millions par saison.

Sont-ils équivalents ?
Cette nouvelle devrait-elle réjouir Pierre Gauthier ? Je ne crois pas, car il devra négocier une nouvelle entente avec son gardien de but numéro 1 qui deviendra joueur autonome avec restriction à la fin de la présente campagne. Est-ce que le salaire de Rinne compte tenu de ses statistiques, pourrait donner des arguments favorables à l’agent de Price? Étant donné que le jeu des comparaisons est souvent utilisé lors des négociations de contrat dans le sport professionnel, on peut facilement penser que l’entente de Rinne sera la base pour celles de Price.

Voici les statistiques des 2 gardiens depuis leur début dans la LNH, gracieuseté de ESPN.com :

Semblable non ? Les 2 gardiens ont presque les mêmes statistiques réparties approximativement sur le même nombre de saisons. De plus, ils sont les fondations sur lesquelles leur équipe respective repose. Cependant, aucun des 2 gardiens n’a amené son équipe en terre promise. En ce qui a trait aux séries éliminatoires qui ne sont pas présentées ici, Price à plus de parties jouées que Rinne. Un point de plus à Price !

Le salaire de 7 millions de Rinne est-il trop élevé? Pas vraiment. Les salaires de : Henrik Lundqvist, Niklas Backstrom, Roberto Luongo, Ilya Bryzgalov, Cam Ward, Ryan Miller, Marc-André Fleury, Tim Thomas varient tous entre 5 et 7 millions de dollars par saison. Parmi ce nombre, 3 d’entre eux ont  cependant remporté la coupe Stanley. Donc, si 1+1=2, comment serait-il possible pour Price de signer une entente encore plus lucrative que celle de Rinne ? La réponse, son statut.

On a mentionné plus tôt que Price  aura le statut de joueur autonome avec compensation. Supposons que Pierre Gauthier n’arrive pas à s’entendre à long terme avec Price et lui offre un contrat d’une saison comme il l’a fait avec Andrei Kostitsyn cet été, le gardien de la sainte flanelle sera libre d’offrir ses services aux autres équipes à compter de l’été 2012. Une chose est sûre, si Gauthier veut garer Price pour une longue période, il devra acheter son autonomie complète. Normalement, on ajoute des années à l’entente ou on augmente le salaire. Il ne faut pas oublier que Price n’est âgé que de 24 ans, contrairement à Pekka Rinne qui est âgé de 29 ans. À la fin de son contrat de 7 ans, le gardien des Predators soufflera alors ses 37 chandelles. Pour la même durée de contrat, Price attendrait son apogée pour un gardien de but à l’âge de 32 ans. Donc, il serait peut-être plus profitable pour le tricolore de dépasser la durée de 7ans. Serait-ce une bonne affaire pour le Canadien de  signer leur gardien pour 10 ans ? Peut-être bien que oui ! Contrairement à Roberto Luongo (il aura 42 ans lorsque son contrat viendra à échéance), à la fin d’un contrat de 10 ans, Price serait à la mi-trentaine.

Un autre point positif, le tricolore aurait à payer un montant fixe sur une longue période à l’abri des hausses de salaires futurs. Lorsque les Islanders ont fait signer une entente de 15 ans à Rick Dipietro en 2006, son salaire de 4 600 000$ par saison semblait énorme. À l’heure actuelle, il s’agirait presque d’une aubaine si seulement Dipietro n’était pas tout le temps blessé et qu’il pouvait se rendre justice. Bref, dans ce cas précis, il faut regarder le principe et non les performances du joueur !

Donc, à la lumière de ces chiffres et des arguments qu’amènera l’agent de Price comme la pression de jouer à Montréal, ainsi que les journalistes, il serait envisageable de penser que le futur salaire de Price pourrait se rapprocher ou être supérieur à celui de Pekka Rinne.  

Au sein de l’organisation montréalaise, le salaire de Price deviendrait équivalent ou supérieur à celui de Scott Gomez sur la masse salariale. Le Canadien pourra difficilement garder ces 2 gros salaires et il devra donc faire de la place sous son plafond salarial. De plus, il n’est pas difficile d’imaginer les futures comparaisons sur les tribunes médiatiques entre les 2 hommes concernant leur salaire et leur rendement! Il n’y aura vraisemblablement plus de place sur l’alignement du Canadien tant sur la patinoire qu’au niveau administratif pour le joueur de centre originaire de l’Alaska.

La question à se poser est la suivante : Carey Price vaut-il plus de 7 millions $ ?

PLUS DE NOUVELLES