Prédictions : les positions 5 à 8 dans l’Ouest | Du nouveau sur Patrick Kane | En rafale

Chaque année, on a droit à des surprises au niveau des équipes qui prennent part aux séries éliminatoires dans la LNH. Cette année ne devrait évidemment pas faire exception à la règle. S’il est facile d’analyser, de chiffrer et d’argumenter, il est beaucoup plus difficile de prédire correctement un classement, si ce n’était pas le cas, il serait interdit de parier.

Comme la saison est déjà à nos portes, il est temps de se mouiller et d’y aller de prédictions. Voici donc la prédiction des huit équipes qui prendront part aux séries éliminatoires dans L’Association de l’Ouest, selon Harrison Kingsley. *Une mise à jour a été effectuée au lendemain de la publication, compte-tenu du règlement octroyant une place à au moins trois équipes de chaque division. Si au total des points, l’auteur de ces lignes estime que l’Avalanche du Colorado aura davantage de points que les Jets de Winnipeg, ce sont les Jets qui se faufileront finalement en séries, compte-tenu du règlement.

5- Wild du Minnesota

La saison dernière, le Wild est parvenu à se faufiler jusqu’en séries éliminatoires grâce aux prouesses d’un gardien sorti de nulle part : Devan Dubnyk. Dubnyk était le gardien substitut en Arizona et sa carrière était en train de prendre une trajectoire descendante depuis quelques années déjà. Après quelques bons moments avec les Coyotes, ces derniers l’ont échangé au Wild, là où il a modifié la destinée de la saison de l’équipe. À l’attaque, le Wild possède beaucoup de profondeur et marquer des buts ne devrait pas représenter un problème. L’équipe est composée de deux groupes distincts en offensive, soit un quatuor de vétérans aguerris en Parisé, Koivu, Vanek, Pominville et un quatuor de jeunes loups talentueux en Coyle, Granlund, Niederreiter et Zucker. En défensive, on peut compter sur le pilier Ryan Suter, sur deux arrières fiables en Spurgeon et Scandella, ainsi que sur les jeunes Dumba, Brodin et Folin. Petit plus : Le Wild peut compter sur une demi-douzaine de jeunes joueurs qui sont de toute évidence sur le point d’éclore.

6- Stars de Dallas

En plus d’aligner le plus récent champion marqueur de la LNH en Jamie Benn, les Stars de Dallas possèdent une richesse importante que bien peu d’équipes peuvent se targuer d’avoir : deux centres numéro un. Rares sont les formations qui peuvent compter sur la présence de deux pivots aussi solides que Tyler Seguin et Jason Spezza, elles se comptent sur les doigts d’une main. Pour compléter le travail offensif des trois meneurs des Stars, on a fait l’acquisition de l’ailier Patrick Sharp, de Chicago, qui vient s’ajouter au retour en santé du jeune Valeri Nichushkin. On dispose cependant de peu de profondeur à Dallas, même si les Hemsky, Eakin et Roussel peuvent tirer leur épingle du jeu. En défensive, l’équipe a deux quarts-arrières assez prolifiques en Klingberg et Goligoski, un bon vétéran défensif en Oduya, mais s’en remettra aux jeunes pour compléter la brigade. Petit plus : Avec l’acquisition d’Antti Niemi devant le filet, on n’aura pas à dépendre autant des performances de Kari Lehtonen.

7- Oilers d’Edmonton

On remonte enfin à la surface à Edmonton, après de nombreuses années passées dans le creux de la vague. La bouée de sauvetage a plusieurs noms : Chiarelli, McLellan, Sekera… Toutefois, la corde qui tient cette bouée au bateau a pour nom Connor McDavid. Avec un joueur de concession de ce type, une équipe n’a d’autre choix que de faire un bond prodigieux en avant, et c’est ce qui arrivera avec McDavid. Le noyau offensif des Oilers est impressionnant car, outre McDavid, on y décompte les Hall, Nugent-Hopkins, Eberle, Yakupov, Draisaitl, Pouliot et Purcell. Si la défensive était un gros problème l’an dernier, elle risque d’en demeurer un dans une moindre mesure, toutefois, un peu de structure de jeu et l’ajout des Sekera, Reinhart et Gryba ne nuira assurément pas, tout comme l’arrivée d’un gardien ayant l’étoffe d’un numéro un, Cam Talbot. Petit plus : Cette année on assistera à l’éclosion de Nail Yakupov.

8- Les Jets de Winnipeg

Les Jets de Winnipeg ne regorgent pas de profondeur en attaque, mais ils disposent d’une unité offensive très robuste et fougueuse. Les ailiers sont notamment puissants avec les Wheeler et Ladd, surtout quand on utilise le polyvalent Dustin Byfuglien à la position de joueur offensif. En défensive, on peut se fier sur la présence d’arrières mobiles et en mesure de bien relancer l’attaque. Si la position de gardien de but a de quoi soulever des doutes, c’est en tandem que les cerbères Ondrej Pavelec et Michael Hutchinson ont effectué un boulot acceptable en se partageant le filet pour conduire les Jets vers une participation aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley. Avec des joueurs de centre comme Perreault, Little et Scheifele, l’équipe a les outils nécessaires pour se rendre au rendez-vous du printemps, mais risque de manquer de profondeur rendu dans la vraie saison, c’est pourquoi le retour dans la LNH d’Alexander Burmistrov pourrait s’avérer un atout précieux, lui qui pourrait forcer en repositionnement de Little vers l’aile, sa position naturelle. Petit plus: Jacob Trouba a tout ce qu’il faut pour rapidement s’établir à titre de premier défenseur des Jets.

Ont raté leur qualification de peu :

Trois équipes ont raté le top-8 de peu : L’Avalanche du Colorado, à cause d’un léger manque de profondeur et du fait que trois équipes de la section Pacifique sont assurées de prendre part aux séries éliminatoires, les Kings de Los Angeles, qui semblent manquer un peu de rapidité en attaque et dont les distractions hors glace font les manchettes, et les Flames de Calgary, qui ont peut-être vécu une année Cendrillon l’an dernier, eux qui sont encore au milieu d’un processus de reconstruction.

Les équipes qui ne participeront pas aux séries :

Les Sharks de San Jose sont difficiles à évaluer, mais comme ils n’ont pratiquement pas changé le noyau de leur formation, qu’ils n’ont pas eu cet électrochoc qui semble nécessaire là-bas, ils ont été exclus. Pour ce qui est des Canucks, ils sont au tout début d’un processus de reconstruction qui pourrait traîner en longueur, et pour ce qui est des Coyotes de l’Arizona, ils devraient logiquement terminer la saison au tout dernier rang du classement général.

*Les prédictions de Harrison Kingsley sur le classement des équipes 1 à 4 dans l’Ouest peuvent être consultées ICI

Chez les Canadiens

– Tel qu’anticipé l’embauche de Craig Ramsay au sein du personnel d’entraîneurs des Canadiens avait entre autres comme objectif d’améliorer le jeu de puissance. D’ailleurs, Dan Lacroix a perdu cette phase du jeu au profit de Ramsay et de Jean-Jacques Daigneault. Rien de bien étonnant compte tenu des résultats plus que décevants des dernières saisons. LIEN

– On a inversé les responsabilités derrière le banc :

– Le portrait du CH se précise de plus en plus, même si les premières coupures n’auront lieu que dimanche. Lorsqu’un joueur se retrouve au sein du groupe B à ce stade, les chances sont excellentes pour qu’il n’amorce pas la saison à Montréal.

– Les stats avancées laissent entendre que les Canadiens ont un personnel d’entraîneurs parmi les meilleurs de l’Association de l’Est de la LNH. #Çaditpastoutlesanalytics LIEN

– Michael McCarron a réussi sa rentrée montréalaise. LIEN

– David Desharnais est catégorique : il désire jouer au poste de centre.

En rafale

– Plus on en apprend et plus ça devient laid l’histoire de Patrick Kane. Voilà que l’avocat de la victime affirme que les preuves ont été falsifiées. LIEN

« En 30 ans d’expérience, je n’ai jamais vu un sac contenant des preuves à l’extérieur d’un poste de police et encore moins devant la maison d’une victime »

– Le commissaire du service de police impliqué dans l’histoire des preuves réitère que tout a été fait dans le respect de la procédure.

– Pour l’instant, on maintient le statu quo à Chicago, Kane pourra rester dans l’entourage de l’équipe.

– L’arrivée des prolongations à trois contre fera-t-elle en sorte qu’il y aura dorénavant plus de marqueur de 40 buts dans la LNH?

– Un nouveau masque pour Anton Khudobin, qui s’apprête à vivre un ménage à trois devant le filet des Ducks en compagnie de Frederik Andersen et John Gibson.

– Steven Stamkos dans l’uniforme des Maple Leafs de Toronto, fictif ou réel? LIEN

– L’Impact est en action ce soir.

– On a salué le passage de Wayne « GretSky » à Tottenham #Oupz

– Le diable a l’air d’être aux vaches à Boston, suite à la blessure de Seidenberg, le seul défenseur ayant déjà joué plus de 20 minutes par match sur une base régulière dans la LNH au sein de l’équipe est âgé de 38 ans. #Vieilleexpression

– Certains se demandent si Jarred Tinordi ne pourrait pas venir prêter main forte aux Bruins. LIEN

– Tout n’est pas sombre au camp des Oursons, le jeune Joonas Kemppainen impressionne. LIEN

– Tant qu’à gaffer, on le fait en grand!

– Avec ses « Perronismes » Jean Perron n’est pas du calibre de Yogi Berra avec ses « Yogismes ».

– Un but pour le moins spectaculaire

 

PLUS DE NOUVELLES