Pourquoi y a-t-il autant de joueurs blessés chez le Canadien?

Bon matin à tous! Que se passe-t-il dans le giron du Canadien présentement?

Andrei Markov a pris l’avion en direction de Miami, dimanche dernier.

On suppose (hypothèse) que c’était pour y rencontrer le Docteur James Andrews, celui-là même qu’il l’a opéré 2 fois en 1 an… Et qui lui a retiré de l’eau dans le genou droit, en août dernier.

Mais qu’en est-il de Ryan White, qui lui non plus ne patine pas depuis plusieurs jours, voire semaines?

Le courage de Ryan White aiderait certes le Canadien présentement

Selon un informateur régulier (qui nous a refilé 2 bons scoops depuis septembre), White est blessé à l’aine et en a encore pour au moins 2 mois sur la liste des blessés. Le best case scenario veut qu’il prenne part à une rencontre avant Noël. Inutile de vous parler du pire scénario, hein?

Chris Campoli pourrait être de retour au mois de décembre également.

Mike Cammalleri espère affronter les Penguins le 20 octobre alors que Jaroslav Spacek, lui, a encerclé la date du 24 octobre sur son calendrier… Sachant qu’il risque de ne revenir que le 26.

Ajoutez à ceci les douleurs chroniques de Subban (dos), le genou de Desharnais qui tarde à guérir complètement et l’épaule de Eller qui subira un bon premier test jeudi et vous avez une équation garnie!

Un lecteur me posait la question suivante, hier : « Se peut-il que le Canadien ait autant de joueurs blessés parce que l’équipe aligne autant de petits joueurs? »

Bob Gainey et Pierre Gauthier n’avaient-ils pas, ironiquement, décidé de laisser partir Koivu, Kovalev, Komisarek et Tanguay parce qu’ils voulaient avoir une équipe qui visiterait moins l’infirmerie?

À priori, je serais tenté de vous dire qu’il n’y a aucun lien entre la stature des joueurs de l’équipe et les nombreux gars blessés présentement.

Pourquoi?

Parce que les blessures à Cammalleri, Markov, Campoli, Subban et White sont le résultat de malchances ou d’erreurs d’entraînement.

Spacek, lui, a tout simplement mal encaissé un petite mise en échec…

Mais si l’on regarde un peu plus loin, on se rend compte que les joueurs du Canadien se font souvent battre à un contre un, encaissant beaucoup plus de mises en échec le long des rampes qu’ils n’en donnent à leurs adversaires. À court terme, ça n’a peut-être pas d’incidence, mais à long terme, ça laisse des traces.

Le gars qui domine le club présentement au niveau des mises en échec est… Raphaël Diaz, avec 2!

On est loin des 9 hits de Colin Greening et des 8 de Philip Larsen…

La meilleure défensive se voudra toujours l’attaque. Pour éviter les coups et les blessures, il faut en donner, des coups…

Pour éviter d’avoir peur, il faut la créer chez son adversaire, non?

Mais bon… Ça ne semble pas fonctionner comme ça dans la tête de certains dirigeants montréalais.

Pour palier à un manque sur le 4e trio, on rappelle Aaron Palushaj!

Espérons, partisans du Canadien, que d’autres joueurs de la Sainte-Flanelle de tomberont pas au combat lors des prochaines rencontres!

Prolongation :
– Puisqu’il est question de blessures… Michaël Bournival devra rater au moins un mois d’activité à cause d’une blessure au haut du corps. Dommage car il connaissait tout un début de saison!

Merci à Junior-Majeur pour l’info.

 

PLUS DE NOUVELLES