Pierre LeBrun croit que le Canadien sera agressif pour utiliser ses dollars de surplus

Plusieurs affirmations sont sorties des multiples entrevues que Marc Bergevin a offertes aux médias, hier, dans le cadre du tournoi de golf de l’équipe et de son entretien avec Bob McKenzie.

Entre autres, parmi les réflexions farfelues qui ont soulevé les critiques chez les partisans québécois, Bergevin n’a pas semblé trop être préoccupé par les 8.5 millions de dollars supplémentaires auxquels il a accès. Il se disait heureux de pouvoir compter sur tant d’espace, puisque ce n’était pas initialement son plan, mais qu’il comptait attendre la bonne opportunité avant de sortir son portefeuille.

Pierre LeBrun, lui, ne semblait pas avoir la même vision des choses. Il croit que Marc Bergevin tentera par tous les moyens de dépenser d’ici la date limite des transactions.

La réflexion de LeBrun tourne autour du fait que Marc Bergevin a des trous à combler, mais aussi l’argent nécessaire à la correction de ces derniers : « Donc le Canadien, qui avait de la difficulté à inscrire des buts contre les Rangers en première ronde, ont encore des problèmes à l’attaque. Ils ont aussi de l’espace sous le cap salarial puisqu’ils n’ont pas réussi à rapatrier Markov et Radulov. Le point positif dans tout ça, c’est qu’ils possèdent quelque chose que peu d’équipes prétendantes n’ont pas en ce moment, et c’est une tonne d’argent. »

LeBrun a aussi fait un lien entre Tavares et le CH, en mentionnant que c’est extrêmement impossible de ne pas associer les deux clans, alors que Marc Bergevin a tout ce qu’il faut pour accueillir le #91 à Montréal : une bonne équipe ainsi que le capital nécessaire à son arrivée.

Pour prolonger la théorie de conspiration, il mentionne que Pat Brisson, l’agent de Tavares, est un ami proche de Bergevin.

Sauf que rendu là, on n’apprend rien.

Disons qu’entre l’analyste et Bergevin, quant à savoir s’il utilisera ou non l’espace bientôt, j’ai beaucoup plus tendance à mettre mon argent sur la réflexion de LeBrun, et ce n’est rien de méchant. Au contraire, le directeur-général du Canadien a réussi à nous prouver, par le passé, que son travail était imprévisible et qu’il pouvait toujours nous surprendre avec une grosse annonce. Il nous l’a montré avec l’échange de Sergachev et Subban, qui dans les deux cas avaient précédemment été assurés de ne pas être échangé, selon les dires du DG.

Je crois que Bergevin a programmé mon cerveau pour douter de certains de ses commentaires quant aux rumeurs d’échange, alors je serai toujours sceptique, mais tout en étant confiant.

En Rafale

– Les nouvelles jambières de Carey Price ont été révélées.

– La belle vie…

– Plekanec encourage les athlètes de son pays.

– Malgré des saisons exceptionnelles, Scheifele demeure dans l’ombre.

 

PLUS DE NOUVELLES