Où se classe Marc Bergevin parmi les 31 DG du circuit Bettman?

Tout est relatif dans la vie et le hockey ne fait pas exception. Nous comparons sans cesse les équipes et les joueurs entre eux afin de les classer via divers critères. Le classement des divisions ou encore le tableau des marqueurs en sont de bons exemples. Mais comment pouvons-nous évaluer réellement le travail des directeurs généraux de la LNH? Greg Wyshynski d’ESPN s’est penché sur la question. Bien au-delà des transactions réalisées, des sélections au repêchage et des signatures de contrat, l’analyste hockey regroupe tous les 31 DG de la grande ligue sous quelques catégories plutôt intéressantes.

Mais où se classe Marc Bergevin dans ce classement hors du commun? Dans la première catégorie The Golden Boy, c’est-à-dire les directeurs de l’heure? Assurément pas. Steve Yzerman, Jim Rutherford et Lou Lamoriello forment le trio de tête selon le journaliste. Sept DG se classent dans la catégorie de ceux qui aspirent aux grands honneurs à court terme grâce à leur bon boulot, dont George McPhee des surprenants Golden Knights.

Par la suite, Don Sweeney et Jim Nill et cinq de leurs homologues se retrouvent sous le titre de ceux qui tentent ardemment de donner toutes les chances de gagner à leur club respectif, y allant de coups de maître, mais aussi d’erreurs importantes à la fois. Finalement, MB se cache-t-il dans les jeunes DG à qui on doit donner du temps? Bien sûr que non, après tant d’années. Il n’est pas non plus parmi ceux qui connaissent plus ou moins de succès, mais qui ont un solide plan pour le futur, tel que Jeff Gorton et sa fameuse lettre afin de rassurer les fans des Rangers.

Quelques catégories plus tard, en compagnie de Peter Chiarelli des Oilers, le pilote du CH se retrouve dans les bons derniers, dans la section « Artistes du désastre ». C’est peu dire! Malgré le fait que ce soit l’opinion d’une seule personne, cette pensée devient de plus en plus populaire. L’échange de Subban, les séries de l’an dernier, la composition actuelle de l’équipe et la saison en cours sont les principaux points entourant le jugement de Wyshynski envers Marc Bergevin. Il s’agit d’un résultat très sévère pour ce dernier, mais force est d’admettre que de le voir mieux classé dans ce palmarès aurait été surprenant. Est-ce que la date limite des transactions du 26 février prochain pourrait donner la chance à MB de reprendre la confiance des partisans grâce à de bonnes décisions en lien avec un plan précis?

En Rafale

– Oh shit. Al Montoya a-t-il subi une autre commotion cérébrale?

– Marc-André Fleury, il est gros à Vegas et aux yeux de ses coéquipiers.

– Les joueurs de location ne semblent vraiment pas populaires cette année.

– Incroyable. Le Canadien n’a vraiment plus la cote. Les gens se détachent vraiment de leur équipe.

Hahaha!

PLUS DE NOUVELLES