Nicolas Deslauriers a été laissé de côté pour une frasque hors-glace

Avouons-le, d’entrée de jeu : il est très weird de voir un joueur être nommé joueur du mois lorsqu’il a été laissé dans les estrades lors du dernier match de l’équipe. Pourtant, c’est ce qui est arrivé aujourd’hui, alors que Nicolas Deslauriers a été annoncé gagnant de la Coupe Molson pour le mois de décembre.

L’exploit du Québécois a rapidement été surpassé par la réaction des partisans, qui est exagérée, mais normale.

En effet, il y a plusieurs choses qui sont à ne rien comprendre, dans ce dossier. Que ton meilleur joueur évolue sur le quatrième trio démontre à quel point ton équipe est pathétique. Mais d’avoir laissé de côté ton meilleur joueur alors que l’équipe ne gagne pas est également extrêmement invraisemblable.

La décision de Claude Julien avait déjà été largement critiquée, mais maintenant que l’ancien des Sabres a été nommé joueur du mois, les critiques ont passé à un tout autre niveau.

TOUTEFOIS. Ce que les partisans ne savent pas…

C’est que la raison derrière le «healthy scratch» de Deslauriers n’avait aucun rapport avec ses performances sur la patinoire. En fait, selon les informations que nous avons obtenues aujourd’hui, il s’agirait plutôt d’une frasque hors glace qui a tenu le Québécois à l’écart du jeu, contre les Panthers.

Nous ne pouvons pas affirmer avec certitude de quel évènement il est question, mais de nombreux indices nous pointent un meeting d’équipe/couvre-feu raté. Avant de lancer des roches à Claude Julien, sachez que c’était une décision disciplinaire qu’il était obligé de prendre avant de donner une leçon.

Michel Bergeron aurait soi-disant dit quelque chose de semblable, en ondes. 

Attention : ça ne veut pas dire que Deslauriers ne mérite pas l’honneur : au contraire, il a été exceptionnel au courant du dernier mois. Les 7 points qu’il a accumulés en 11 rencontres sont assez impressionnants pour un joueur dont l’utilisation n’est pas parmi les meilleures.

Il s’est vu attribuer une étoile à trois reprises, après un match, et possède le différentiel le plus élevé de l’équipe (+10).

Au niveau physique, il a également dominé le Tricolore… et la Ligue Nationale.

Difficile de trouver une preuve plus crédible qui témoigne des insuccès offensifs des hommes de Claude Julien.

Ce que je retiens, là-dedans, c’est que Galchenyuk a été LE meilleur joueur du Canadien n’évoluant pas sur le quatrième trio. Peut-on arrêter de le critiquer et l’utiliser un peu plus, par pitié?

En Rafale

– Pathétique.

– Zach Parise est de retour.

– Une autre chance à Toronto pour le Québécois.

PLUS DE NOUVELLES