Michel Therrien a éloigné Vincent Lecavalier de Montréal

Le 3 juillet 2013, Vincent Lecavalier paraphait un accord de cinq ans et 22.5 millions de dollars avec les Flyers de Philadelphie. Le 7 février 2018, Lecavalier a fait une apparition sur les ondes du 91.9 Sports afin de jaser de son chandail numéro 4, qui sera retiré par le Lightning de Tampa Bay le weekend prochain. Au passage, il est revenu sur sa décision de « choisir » les Flyers au lieu du Canadien et des Stars. Parce que OUI, le Canadien était réellement dans les équipes finalistes de ce petit derby Lecavalier.

Vinny l’a répété à maintes reprises : il a choisi l’entraîneur chez les Flyers, c’était son critère numéro un. Lors de ses rencontres avec Peter Laviolette, le courant a passé instantanément. C’était clair dans la tête du grand numéro 4 : à ce moment précis, il voulait enfiler un chandail des Flyers de Philadelphie. En plus de ça, son souhait était de demeurer dans l’Est, donc les Stars ont pris rapidement la route des oubliettes.

Les deux finalistes étaient donc les Flyers et le bleu-blanc-rouge. Puis, au final, il a opté pour le côté « hockey » et non le côté « émotif ». Son feeling de cette époque lui indiquait que Peter Laviolette était dessiné pour lui. Mais… Une fois la saison amorcée, Laviolette a été limogé après seulement trois rencontres. Pendant ces trois matchs-là, Vinny a récolté un but et une mention d’aide. Son séjour s’est bien amorcé, mais il a rapidement tourné au vinaigre…

Lecavalier n’enlève rien à Michel Therrien, mais lors de ce moment précis, il a pris une décision… et c’est une preuve qu’il n’y a pas juste l’impôt du Québec qui peut changer la donne.  

En terminant, pour ceux qui l’ignoraient, voici les raisons pour lesquelles il portait le numéro 4 : Bobby Orr était le joueur préféré de son père… et Jean Béliveau de son grand-père, donc pour lui, c’était un no-brainer d’arborer le numéro 4.

En rafale

– Toujours aucun changement chez le Canadien. On conserve la même recette.

– Le lancer de Joe Morrow est puissant grâce à la ferme.

– P.K. Subban était le meneur des étirements matinaux.

– Qui veut réellement jouer pour perdre…

– On ne peut pas parler du même effet chez le Canadien…

PLUS DE NOUVELLES