Marc Bergevin démontre TRÈS peu de coopération avec les journalistes montréalais

La communication revient toujours faire les manchettes, pour ce qui est du Canadien. Trop souvent, de nouvelles informations sortent concernant cette fâcheuse habitude qu’ils ont de ne pas parler et de garder le silence… Et aujourd’hui ne fait pas exception.

Dans un texte rafraîchissant qui amène des arguments nouveaux, Réjean Tremblay raconte que les journalistes montréalais réussissent à obtenir des entrevues téléphoniques avec plusieurs directeurs généraux à travers la Ligue Nationale… Mais n’ont jamais réussi à le faire une seule fois avec le directeur général de l’équipe qu’ils suivent.

Ce n’est pas normal.

Au total, Jonathan Bernier a raconté à Tremblay qu’ils avaient réussi à parler à 9 DG, au courant des dernières années.

John Chayka, George McPhee, Jim Nill, Doug Wilson, Dale Tallon, Doug Armstrong…

Mais surtout, Lou Lamoriello (qui avait rappelé Bernier dix minutes après avoir reçu son message) et Jim Rutherford (qui avait offert un long et intéressant entretien pendant les séries éliminatoires).

Ce ne sont pas des deux de pique.

Peut-être même que s’ils se creusaient la tête, ils en trouveraient plus…

Reste qu’il n’est pas normal de réussir à parler à autant de directeurs généraux, mais de ne pas être en mesure de discuter avec celui du Canadien.

Réjean continue en disant que selon lui, l’organisation se fout complètement de ses partisans, tant qu’ils paient.

« Comme tous les billets sont vendus et qu’ils contrôlent leurs réseaux de télévision et de radio, les propriétaires se sacrent totalement et complètement des fans. Pourvu que vous payez et consommez leurs produits dérivés. Envoyez fort les tuques ! »

C’est triste, honnêtement, puisque les journalistes et les partisans sont ceux qui font vivre l’équipe… Un peu de reconnaissance, de respect et de coopération seraient les bienvenus, non?

En Rafale

– J’adore.

He’s back!

– Erik Gudbranson discute.

PLUS DE NOUVELLES