Marc Bergevin a refusé l’aide de Marc Bureau

Parfois, j’ai l’impression que Marc Bergevin ne veut pas s’aider… Est-ce que j’suis dans le champ gauche? Je n’ai pas l’impression puisqu’il a refusé de l’aide de Marc Bureau. Bureau, c’est un enseignant hors pair pour ce qui est de remporter les mises en jeu. Richard Labbé et Michel Langevin en ont d’ailleurs jasé en ondes ce matin, sur le 91.9 Sports, et cette séquence vaut la peine d’être écoutée.

En gros, Bureau a le CH tatoué sur le cœur et trouvait qu’il y avait un travail à faire avec la ligne de centre au chapitre des mises en jeu. Un aspect négligé chez les équipes de la LNH. Bref, il a donc pris son téléphone pour appeler son bon ami Marc Bergevin, qui a joué avec lui à Tampa, afin d’offrir ses services dans le but d’enseigner la bonne technique pour s’imposer dans cette facette. Mais le Canadien a décliné la proposition de Bureau… Le Tricolore n’est toutefois pas le seul à négliger cet aspect.

Ça allait assez bien dans les cercles, selon Bergevin… #Sarcasme

Pourtant, Patrice Bergeron a appris à gagner ses mises en jeu de… Marc Bureau. Puis, il ne se gène pas pour le mentionner. À la place d’embaucher un spécialiste, le Canadien préfère prendre une chaudière de rondelles pendant cinq minutes pour dropper la rondelle et s’exercer aux cercles de mises en jeu. Le Canadien est 28e à ce chapitre cette saison… Oui. C’est pitoyable!

En terminant, je vous rappelle que Bureau a joué pour le Canadien et que pendant sa carrière de 13 saisons, il était un spécialiste des mises en jeu. Un troisième centre parfait. Un joueur qui excellait en défensive et qui était très gossant, tout en amenant quelques points au compteur. Cependant, sa spécialité était les mises en jeu.

En rafale

– Eh ben. Bonne fête, Marian!

– Charlie Lindgren a déjà la tête à l’an prochain?

Cela dit, le Rocket affrontera les B-Sens ce soir, à la Place Bell.

– Stefan Matteau semblait fier de son combat.

– Quelques petites amendes pour des coups salauds.

– Il faut croire que les Canucks tenaient réellement à Jim Benning…

– Une autre preuve du grand talent de Nikita Scherbak.

PLUS DE NOUVELLES