Lou Lamoriello devient le vétéran des Maple Leafs

Deux bombes qui s’enchaînent en l’espace de quelques minutes. La fin d’une ère, suivie par le début d’une nouvelle. La planète hockey ne pouvait pas en supporter autant.

Lou Lamoriello quitte son poste à la présidence des Devils, pour se joindre aux Leafs de Toronto à titre de directeur général. Ça semble surréel.

Brendan Shanahan fait donc cohabiter deux écoles de pensée. D’un côté, il y a Lamoriello, le dictateur qui dirige son équipe avec une poigne de fer et qui oeuvre dans le milieu depuis des lunes. De l’autre, on retrouve Kyle Dubas et toute son équipe analytique qui s’affairent à donner un second regard au hockey en étudiant une avalanche de données.

C’est une brillante idée si le pouvoir de Lamoriello est balisé. Toutes les équipes ont avantage à se munir d’une opinion externe, d’une différente façon de penser. C’est ce qui alimente les discussions, fait avancer les débats et permet d’explorer tous les points de vue jusqu’à la dernière virgule. Mais si Lamoriello décide d’en faire à sa tête et de façonner les Leafs avec son autorité caractéristique, l’équipe fera des bonds à reculons.

Les partisans pourraient voir cette embauche d’un mauvais oeil, car les Devils n’ont fait rien qui vaille lors des cinq dernières années.  Soit, on peut difficilement le nier, mais ce serait oublier qu’en 28 ans de travail, son équipe a remporté trois Coupes Stanley, a atteint cinq fois la grande finale, a accédé 21 fois aux séries éliminatoires et a décroché neuf titres de division. Des succès assez modestes pour pardonner un certain creux de vague…

Mais a-t-il perdu la touche? Sans être en accord, je trouve la réflexion intéressante. Ce qui a coulé les Devils, ce sont leurs insuccès à la table du repêchage lors de la dernière décennie et surtout, le dossier Ilya Kovalchuk. Malgré lui, Lamoriello a dû maladroitement combler cette brèche béante à l’attaque, en plus d’essuyer une pénalité coûteuse durant l’encan de 2014. C’est aussi ce qui a, en quelque sorte, forcé cette équipe à inlassablement miser sur des vétérans pour rester compétitive.  Encore là, si les balises adéquates sont mises en place, ça ne devrait pas poser problème. Shanahan voue une grande confiance en Mark Hunter – le travailleur acharné qui tire les ficelles du repêchage  des Leafs – et il suit un plan de reconstruction bien précis depuis son arrivée en poste.

On peut critiquer sa gestion du dossier de Zach Parise, mais la décision du principal intéressé joue un grand rôle.

Pour finir, une anecdote intéressante qui en dit long sur sa réputation dans les cercles de la LNH…

En rafale
– Mike Babcock a déjà collaboré avec un directeur général d’expérience.

– Les Coyotes en sont finalement venus à une entente avec la ville de Glendale. Problème réglé… pour le moment. LIEN

– Retenez votre souffle: Didier Drogba prendra une décision dans les 48 prochaines heures! LIEN

– Ayoye!

– Haha!

– Les Devils seront compensés pour le départ de Lamoriello.

– Steve Bernier et Éric Gélinas n’ont jamais vu venir la bombe d’aujourd’hui! LIEN

– Anthony Beauvillier redonne aux jeunes de la région. LIEN

PLUS DE NOUVELLES