L’organisation du Canadien en 2017-2018 : un désastre de A à Z

Inutile de vous dire que le Tricolore connaît présentement une saison à oublier. Je crois que tout le monde est au courant. Par contre, s’il y a bien une chose qui est surprenante, c’est à quel point il s’agit d’un désastre, mais pas seulement sur la patinoire. Cette saison de misère se transpose dans les bureaux du directeur général, du propriétaire, de l’entraîneur, dans la Ligue Américaine et chez certains joueurs en particulier.

Voulez-vous savoir le pire dans tout ça?

C’est qu’on ne s’enligne pas pour une conclusion plus attrayante, lorsque viendra la fin de la prochaine saison.

Même si l’équipe est présentement la pire qui a été présentée au Centre Bell depuis quelques années et que Marc Bergevin en est à la sixième année d’un plan de 5 ans, ce dernier conservera son emploi et c’est encore lui qui aura la tâche de faire du Canadien une équipe meilleure.

Et on aura beau dire toutes sortes de choses : défendre certaines de ses transactions, des signatures qu’il a fait…

Regardons le portrait général.

Est-ce que le Canadien est aujourd’hui une équipe meilleure?

La réponse est simple : non.

La réalité, c’est que normalement, le Tricolore est une équipe respectable qui réussit à se tailler un poste en séries même s’il manque un morceau au casse-tête. Cette saison, par contre, l’équipe est tout simplement mauvaise. Ce n’est plus une question de chance, mais bien une question de médiocrité. Cette saison, on peut s’asseoir et nommer tour à tour les problèmes et manques du Canadien, sur la patinoire, que ce soit relié à un joueur, au système de jeu ou à un poste de centre à combler externement.

Mais bon. Bergevin y sera encore, la saison prochaine.

Dans la Ligue Américaine, c’est le même débat. Pour une cinquième fois en six saisons, Sylvain Lefebvre n’aura pas réussi à transporter son équipe en séries éliminatoires. C’est désastreux.

Pourtant… Il s’enligne pour une autre saison à la barre du club-école. C’est inacceptable.

«Oui, mais la majorité de ses joueurs sont à Montréal. »

C’est la même chose partout… Ce n’est pas qu’à Montréal que des joueurs se blessent et que des rappels se font.

On se dirige vers un désastre à saveur encore plus décevante, l’an prochain.

Pas de centre #1… Pas de défenseur mobile/offensif… Des signatures qui deviennent des busts… Des choix au repêchage qui n’aboutissent pas… Du talent qu’on a laissé partir… Une mentalité qui semble être passée date…

Ça ne regarde pas bien. Vraiment pas.

En Rafale

– Massacre à venir?

– Ce n’est pas sa place. Galchenyuk devrait être un centre, lui.

– Une victoire du Canada aux paralympiques.

– Ça dépend des circonstances…

PLUS DE NOUVELLES