L’Impact amorce la saison comme négligé

Si plusieurs étaient nerveux du manque de profondeur de l’Impact de Montréal à l’approche du début de la saison, la terrible blessure subie par Zakaria Diallo permet d’appuyer sur le bouton panique sans trop se poser de questions. À quelques 24h du premier match de la saison, l’Impact ne compte que sur un seul défenseur central dans son alignement. Un seul.

Au-delà du plan de 5 ans, c’est en lien avec cette saison-ci et le manque de profondeur que Joey Saputo a parlé de plan en conférence de presse. En demandant aux partisans d’être patients, il indiquait que le problème de profondeur serait réglé tôt ou tard. Parlait-il surtout de cet été? Possible, mais il reste qu’avec un seul défenseur central en santé, il demeure probable que l’équipe soit déjà trop loin pour rêver aux séries, une fois au mois de juillet. Loin de moi l’envie d’être pessimiste, mais il faut demeurer réaliste.

Tout cela fait en sorte que l’Impact amorce la saison en tant que négligé. Classé entre la 7 et la 9ème place par la grande majorité des observateurs, personne ne croit vraiment aux chances de l’Impact de faire les séries. Et même si les Whitecaps de Vancouver ne font pas non plus saliver les experts en vue de la prochaine saison, ils sont presque unanimement désignés comme favoris pour l’emporter ce dimanche.

Même si on parle d’une toute nouvelle équipe d’entraîneurs, le rôle de négligé a toujours servi l’Impact de belle façon. C’est lorsqu’ils n’ont aucune pression, que tout le monde s’attend à les voir échouer, que l’Impact a historiquement sorti ses meilleures performances. C’est toujours plus complexe dans un match d’ouverture à l’extérieur alors que les Whitecaps voudront tout faire pour bien amorcer la saison devant leurs partisans, mais l’Impact a un coup à jouer.

On a surtout hâte de voir si les principes défensifs mis en valeur par Rémi Garde durant la pré-saison sauront tenir le coup durant un vrai match MLS de 90 minutes. Si les joueurs croient profondément au système de leur entraîneur et qu’ils y demeurent fidèles du début à la fin, ils ont une réelle chance de surprendre les Whitecaps.

Est-ce que les joueurs suivront à la lettre le plan de Rémi Garde? | Crédit photo : TSN

Après une belle saison et un effondrement en demi-finale de l’Ouest, les Whitecaps ont été une équipe active durant l’entre-saison, et du début à la fin. Ils ont même été actifs hier en échangeant leur défenseur central Tim Parker aux Red Bulls de New York contre 500k en TAM sur deux saisons, une place internationale et le milieu de terrain Felipe. Il vaut cher, ce Tim Parker, surtout que j’ai bien l’impression que Felipe sera très utile au milieu de terrain vancouverois.

Les Whitecaps n’ont pas eu peur de se défaire de visages connus, eux qui ont notamment perdu les David Ousted, Christian Bolanos et autres Mattias Laba qui faisaient partie de l’image de l’équipe depuis quelques années. Le mexicain Freddy Montero a quant à lui déjà quitter la MLS. Leur attaque a ainsi été complètement revampée, amenant le bourreau montréalais Kei Kamara et le Vénézuélien Anthony Blondell, jeune #9 de 23 ans. Ils ont également ajoutés le milieu Jordan Mutch qui débarque directement de la Premier League depuis Crystal Palace, ainsi que le vétéran mexicain Efrain Juarez. Une reconstruction un peu à l’image de l’Impact, donc, mais toujours sous les ordres de l’entraîneur Carl Robinson. L’entraîneur doit obtenir des résultats plus tôt que tard, et un mauvais début de saison pourrait lui coûter son emploi.

Une nouvelle équipe, un entraîneur qui doit gagner, une partie à domicile… Ce ne sera pas simple pour l’Impact.

Mon XI partant

Pas trop de surprises dans ce onze partant, mis à part la présence inusitée de Jukka Raitala comme défenseur central. Jeisson Vargas a été quelque peu incommodé durant la pré-saison, mais ses quelques minutes disputées lors du dernier match devraient lui permettre de faire partie de l’alignement de départ. Espérons, car les remplaçants ne se bousculent pas aux portes. On parle de Shamit Shome ou de Ken Krolicki…

En fait, l’Impact manque tellement de profondeur et a tellement de blessés qu’on a pratiquement de la difficulté à remplir le banc des remplaçants. Clément Diop, Ken Krolicki, Marco Donadel, Chris Duvall, Shamit Shome, David Choinière et… Dominic Oduro?

Celui qui a été mis de côté durant le camp d’entraînement réapparaît tranquillement dans les plans de Rémi Garde, faute d’autres choix. Oduro a géré le tout comme un professionnel, et tant mieux pour lui, mais saura-t-il être à la hauteur s’il obtient quelques minutes de jeu? C’est là qu’il devra gagner la confiance de son entraîneur.

Une déconfiture de l’Impact demain pourrait faire mal aux partisans, et surtout à la vente de billets pour le match d’ouverture face au Toronto FC. Simplement pour ne pas que le premier match de Rémi Garde et de Saphir Taïder à Montréal soit marqué par une grosse coquille en béton qui sonne vide, espérons que l’Impact saura maintenir sa tête hors de l’eau durant les deux premiers matchs de la saison.

Une victoire à Vancouver serait inespérée, mais un Impact négligé est toujours plus dangereux qu’un Impact favori? Croyez-vous à une victoire demain?

Vivement le début de cette saison!

Commentez, partagez, et suivez-moi sur Facebook et Twitter.

ALLONS!

PLUS DE NOUVELLES