Les UFA sont découragés | Le cas de DSP

Dans sa chronique 44 Thoughts il y a quelques jours, Elliotte Friedman citait un DG anonyme affirmant que certains agents libres devront se contenter d’une invitation à un camp d’entrainement.

Cela est spécial et assez perturbant, étant donné la qualité des joueurs encore disponibles sur le marché. Pourquoi Cody Franson, Christian Ehrhoff, Jiri Tlusty, Eric Fehr, Johnny Oduya, Brad Boyes, Curtis Glencross, Tomas Fleischmann, Lubomir Visnovsky et Marek Zidlicky, pour ne nommer que ceux-là, n’ont toujours pas trouvé preneur?

Friedman a fourni trois raisons.
1) Cette classe d’agents libres est mince.
2) Il y a toujours cette incertitude autour du plafond salarial, même si expansion il y a (un processus qui remplit les poches de la LNH).
3) Les longs contrats donnés aux jeunes joueurs réduisent la marge de manoeuvre à court terme.

James Mirtle du Globe and Mail s’est penché sur la situation à son tour.

« Ils (les UFA) devraient être désespérés. L’argent n’est plus là. » – un employé de la LNH anonyme

Théoriquement, plusieurs équipes ont assez d’espace sous le plafond pour s’entendre avec un des joueurs mentionnés plus haut. Ça pourrait se faire du jour au lendemain, il suffit d’un appel, d’un terrain d’entente.

Le hic, c’est que la plupart d’entre elles doivent également mettre sous contrat leurs agents libres avec restriction. Par exemple, on pourrait penser que les Capitals ont énormément de latitude avec plus de 10 millions de dollars encore disponibles, mais ce serait oublier qu’ils doivent renouveler Marcus Johansson et Braden Holtby.

Sinon, c’est simplement que certaines équipes n’ont aucun intérêt à dépenser jusqu’à la limite du plafond. Ils ont a) un budget interne à respecter ou b) ils veulent sauter sur l’occasion quand les autres équipes seront coincées dans l’enfer salarial. On n’a qu’à penser à Garth Snow qui a pu repeindre sa ligne bleue grâce aux acquisitions de Nick Leddy et Johnny Boychuk. Règle générale, aucune formation de la LNH jouissant d’une certaine flexibilité sous le plafond n’aurait échangé un défenseur de cette trempe.

Je crois que les mêmes principes s’appliquent sur le marché des transactions. Marc Bergevin a essayé d’améliorer son équipe, mais il sera réticent à effectuer une manoeuvre importante tant qu’il n’aura pas signé Alex Galchenyuk. S’il obtient un attaquant traînant un lourd contrat et ne peut plus satisfaire les exigences du clan Brisson, ce sera une claque au visage de son jeune joueur; un non-respect et une entorse à la mentalité de bâtir à travers le repêchage.

Le cas de DSP

La situation de Devante-Smith Pelly sera intéressante à suivre. Le gros attaquant a inscrit 6 points en 32 matchs depuis son acquisition par le Canadien et l’an prochain, il ne pourra pas être renvoyé dans les mineures sans passer par le ballotage.

Certains pensent que son poste dans l’équipe est déjà acquis. Peut-être, mais ça ne devrait pas être le cas.

Flynn, Weise, DSP et Kassian peuvent tous les quatre combler un poste à l’aile droite des 3e et 4e trios, sans oublier les tâches de « dépanneur » de certains. DSP et Weise ont été employés sur la 1re ligne d’attaque à l’occasion, alors on imagine que Kassian pourra lui aussi jouer ce rôle à un moment ou un autre. S’il y a une chose, ce n’est pas l’acquisition d’un attaquant top-6 qui ralentirait le développement des jeunes. C’est en donnant des minutes importantes à un attaquant qui ne produit pas, mais qui conserve son poste dans l’alignement en raison d’une dimension de robustesse surestimée qu’on peut barrer la route à de jeunes talents.  Il faut rendre à César ce qui est à César, Weise a produit à certains moments avec Desharnais et Pacioretty. Kassian est un joueur de finesse qui ne doit pas être forcé de frapper tout ce qui bouge, il mérite à tout le moins sa chance. Mais, jusqu’à preuve du contraire, DSP n’a pas mis des points en banque durant son audition.

Encore là, c’est bien pour la compétition à l’interne qu’il y ait congestion pourvu que la méritocratie soit respectée.

Smith-Pelly a 23 ans et il a joué 149 matchs dans la LNH, il devra donc progresser rapidement sans quoi l’excuse de la jeunesse et du développement ne sera plus valable. Il a un beau potentiel et peut atteindre une décente vitesse en ligne droite, mais devra travailler sur son endurance pour constamment garder ses pieds actifs durant le match, car il a tendance à s’épuiser en fin de présence. S’il peut maintenir la cadence de jeu inconfortable que le CH tente d’imposer à l’adversaire – ce que l’équipe a réussi à faire en séries –, il sera utile. Son été d’entrainement sera déterminant.

En rafale
– Marc Crawford croit que St. John’s sera une bonne ville de hockey pour l’organisation du Canadien. LIEN

– Patrick Sharp imite Milan Lucic. #Classe

– Le UFC 189 a été spectaculaire! LIEN

– Les meilleurs Suédois dans l’histoire des Wings:

– L’impact a rossé le Crew de Columbus, hier soir. LIEN

– Aujourd’hui, Jacob de la Rose est l’ailier gauche #1 du CH.

Mais bon, on ne s’inventera pas de problèmes! Pacioretty devrait revenir à temps et Galchenyuk signera un contrat d’ici là. 

– Anthony Duclair épate la galerie au camp de perfectionnement des Coyotes: LIEN

PLUS DE NOUVELLES