Les puces électroniques : positif ou négatif pour les joueurs ?

La LNH recherche sans cesse à allier les nouvelles technologies à notre sport national.

Gary Bettman a profité des festivités entourant le Match des étoiles pour faire de nombreuses annonces, dont la suivante : l’implantation de puces électroniques dans les rondelles et dans les chandails des joueurs dans le simple but d’extraire des statistiques encore plus précises.

Évidemment, c’est une excellente nouvelle pour les amateurs, les analystes et même les équipes, puisque cela permettra une évaluation encore plus pointilleuse de tous les joueurs évoluant dans le circuit.

Ceci étant dit, la mise en place de ce nouveau procédé n’est peut-être pas une si bonne chose pour les athlètes.

Comme énoncé au préalable, ce système de traçage permettra aux équipes de mieux évaluer leur effectif – et ceux des formations adverses.

Par contre, les équipes ne pourront pas utiliser ces statistiques dans les négociations de contrats, ce qui était la peur principale des joueurs.

Or, et comme le mentionne Renaud Lavoie dans son texte, nous serions un peu naïf de penser que les directeurs généraux n’utiliseront pas ces données lorsqu’il viendra le temps de signer un joueur, que cela soit le cas dans le cadre d’une prolongation de contrat, ou lors de la journée des agents libres.

Et c’est encore plus le cas considérant le fait que nous sommes dans une ère où le cap salarial est roi : chaque centime compte.

Notons cependant que l’entente en ce qui a trait à cette nouvelle technologie devra être renouvelée à chaque convention collective. Il est donc possible que cette méthode de traçabilité ne soit plus employée d’ici quelques années…

En rafale

– C’est aussi ça, le week-end des étoiles.

– Il est d’une importance capitale.

– Un bon résultat.

– Spectaculaire.

PLUS DE NOUVELLES