Les Penguins ont changé d’idée concernant Max Pacioretty

Mon collègue Éric Martel s’est empressé de sauter à pieds joints sur Max Pacioretty et son futur contrat. Un dossier certes nébuleux, mais encore? Oui. Parce que le mot « encore des trucs au sujet de Pacioretty » est de mise pour ce nouveau billet. Ça semble de plus en plus clair, logique et limpide : Pacioretty n’a plus d’avenir à moyen et long terme du côté de Montréal.

Faisons un petit retour en arrière. Pendant le dernier repêchage de la Ligue nationale, les Penguins n’avaient pas un gros intérêt envers Max Pacioretty, mais les choses auraient changé depuis. Par contre, la seule façon qu’un accord se concrétise, c’est que Phil Kessel passe dans le deal ou qu’il soit transigé ailleurs avant qu’une transaction impliquant Max Pacioretty devienne officielle. Évidemment, le salaire moyen de Kessel limite les Penguins…et lui, tout comme Pacioretty chez le Canadien, ne semble plus avoir la cote au sein de son environnement.

Si le Canadien obtient Kessel dans une transaction avec les Penguins, je crois qu’il fera davantage du surplace. Dans un premier temps, Kessel ne semble pas être doté de l’attitude recherchée par Geoff Molson et Marc Bergevin. En second lieu, si le Canadien est en reconstruction, même s’il ne le dévoilera pas au grand jour, pourquoi transiger Kessel contre Pacioretty? Idéalement, Kessel doit passer dans une autre transaction avant que Jim Rutherford et Bergevin s’assoient à la table des négociations.

Disons-nous les vraies choses : si l’offre des Penguins implique Phil Kessel, je préfère que Marc Bergevin conserve les services de Max Pacioretty. La moyenne de but par match de Pacioretty et de 0.36 (226 en 626) et celle de Kessel, de 0.36 également (330 en 914). En plus de ça, Kessel a un an de plus que Pacioretty. Tout ça pour dire que ce n’est pas d’un Kessel que le Canadien a besoin, surtout s’il sort Max Pacioretty.

En rafale

– Pour les fanatiques de baseball, voici ma dernière chronique via le 91.9 Sports. Merci à tous d’encourager ce magnifique sport, ça me permet de présenter une multitude de chroniques.

– Après plusieurs heures de réflexions, j’ai enfin décidé de me confier sur ma maladie mentale.

– Une solution parfaite pour ne pas oublier sa mission.

– J’adore ce type de reportage. Ici, Kevin Garnett enseigne les rudiments d’un big man à la jeune sensation Mo Bamba.

PLUS DE NOUVELLES