Les Leafs auraient déposé la même offre que les Flames pour obtenir Travis Hamonic

La série opposant les Bruins aux Leafs a probablement été le duel le plus excitant du premier tour éliminatoire. Au final, il n’aura manqué qu’une bonne dernière période aux Torontois pour surmonter les puissants oursons, et atteindre la demi-finale de l’Est.

Il n’en reste pas moins que les Leafs ne seront jamais considérés comme de sérieux prétendants, jusqu’au jour où leur brigade défensive sera formée des mêmes arrières. À gauche, tout va bien, alors que Morgan Reilly, Jake Gardiner et Travis Dermott sont trois jeunes arrières fluides sur patins qui évoluent à une position de l’alignement qui leur convient. C’est à droite que ça se gâte…

Nikita Zaitsev n’a pas les qualités défensives pour accumuler une tonne de minutes sur une première paire…Ron Hainsey ne rajeunit pas… Et ne me parlez surtout pas de Roman Polak!

Tout ça pour dire qu’un arrière gaucher est demandé à Toronto. Les dirigeants sont bien conscients de cette immense lacune, au point où les Leafs auraient égalé l’offre accepté par les Islanders pour acquérir Travis Hamonic.

On imagine que les Islanders ont finalement préféré transiger avec les Flames afin d’expédier Hamonic dans l’Ouest… et parce qu’ils croyaient que la sélection des Leafs serait moins avantageuse au repêchage, puisqu’il s’agit d’une meilleure équipe! Hamonic préférait également évoluer pour une formation de l’Ouest canadien pour être près de sa famille…

Plusieurs personnes ont critiqué les Flames suite à cette transaction dans laquelle trois sélections, dont un choix de premier tour a été cédé. À ce moment, c’est la loi de l’offre et de la demande qui a parlé : plusieurs formations tentaient de mettre la main sur cet arrière droitier au contrat avantageux, ce qui a forcé Brian Burke et Brad Treliving à surpayer.

Un an plus tard, les Leafs doivent composer avec la même lacune. Dougie Hamilton, un arrière droitier des Flames, pourrait bien être dans leur mire.

Pour acquérir un joueur aussi talentueux, un joueur comme Wiliam Nylander devrait toutefois être sacrifié. Ça se résumerait à déshabiller Pierre pour habiller Paul…

Une solution miracle du nom de John Carlson se trouvera sur le marché des agents libres. L’américain pourrait-il accepter un pacte pour jouer au Canada? Pour l’instant, on en doute.

Avec un peu de chance et de patience, les Leafs pourraient tenter Drew Doughty ou Erik Karlsson, qui risquent de devenir agents libres lors de l’été 2019…

On doute toutefois qu’une équipe évoluant dans un marché comme Toronto puisse se permettre cette patience…

En Rafale

– Wow…

– Quelques joueurs du CH participent au Championnat du monde…

– Ces segments sont un peu malaisants…

– Êtes-vous d’accord avec cette affirmation?

– À mon avis: une sélection du deuxième tiers du premier tour, un espoir potable et un joueur pouvant évoluer dans le milieu de l’alignement.

PLUS DE NOUVELLES