Les billets se vendent moins! OK, mais pourquoi?

Bon après-midi à tous! Je vais venir jeter un peu d’ombre sur le match de ce soir en parlant de tout… Sauf du match de ce soir.

Monex le fera de toute façon très bien, dans quelques minutes.

Je vais plutôt tenter de trouver des explications à la question que j’ai soulevée, il y a 48 heures : Pourquoi l’enthousiasme semble-t-il en perte de vitesse, au Centre Bell?

Rappelons que le site officiel du Canadien, de même que les 2 plus gros portails de revente de billets sur le Web québécois, vendaient toujours des billets pour le match face aux Sabres, la veille et le jour du match!

Pire encore… Les sites de revente les vendaient à perte!

Pourquoi a-t-on de la difficulté à écouler notre marchandise première, soit le ticket de hockey, chez le Canadien?

1. Le billet se vend à un prix déraisonnable
Un billet pour assister à un match du Canadien se vend entre 40 et 249 $, lors d’un match régulier.

Ça coûte cher, assister à un match optimum

Quand il s’agit d’un match optimum, ça joue entre 60 et 405 $.

On ne parle pas d’une paire de billets, ou encore d’un package deal incluant 2 un chandails, une casquette, 2 hot dogs et un beigne, comme c’est souvent le cas en Floride ou à Columbus!

Non! Le droit de s’asseoir sur un banc qui vous donne des maux de dos durant 2 heures et demie ne coûte que très rarement moins de 100 $.

Et là, je ne parle pas du prix de ces mêmes billets sur le marché de la revente…

Pour 600 ou 700 $ par match, une famille de 4 personnes ne devrait-elle pas plutôt regarder 2 ou 3 rencontres de plus à la maison et se payer des vacances en Floride, par exemple? #elleauraitdeschancesdevoirMarkovouLeblanc

Est-ce normal qu’un père de famille ait à se demander s’il doit rembourser du capital sur son hypothèque ou amener son petit bonhomme au Centre Bell, alors qu’il y a souvent de l’école le lendemain?

2. La stationnement est rare et/ou trop dispendieux
Essayez de trouver une place de parking un jeudi soir, près de Centre Bell…

Les stationnements de la rue Saint-Antoine et de l’Avenue des Candiens, de même que ceux à proximité, chargent 25 $ pour que vous puissiez y laisser votre auto!

25 $…

Pas de nettoyage ni de plein d’essence en prime…

Et je ne vous parle même pas du chaos que vous  devez endurer à la fin du match, en quittant le quadrilatère…

3. Se rendre au centre-ville de Montréal est un casse-tête pour l’amateur
Les gens habitant sur la couronne nord ou sur la rive-sud de l’île  y pensent 2 fois avant de se rendre au centre-ville de Montréal. Les nombreuses réparations rendent l’expérience on ne peut plus désagréable.

Et que dire de ceux qui se tapent 2 ou 3 heures de route… Sur des autoroutes par ici fermées et par là déviées?

4. La bière et la nourriture sont hors de prix, au Centre Bell
10,30 $ pour une bière… Ça, ça fait 20,60 $ si tu veux en payer une à ton chum.

Puisque ce montant est bâtard… Tu laisses 22 $!

Donc, tu as 2 bières pour le prix de 18 canettes, au dépanneur…

Et je n’embarque même pas dans le dossier des chiens chauds et des frites, qui se vendent 3 fois plus cher qu’au Lafleur… Qui les vend déjà beaucoup trop cher par rapport au prix coûtant d’une saucisse et d’un pain!

5. Le spectacle offert sur la patinoire ne justifie pas le prix du billet
Le système de jeu pratiqué par le Canadien, qui nous offre trop souvent de bas pointages, n’est pas le plus excitant que j’ai eu la chance d’observer. Aucun attaquant vedette comme dans les belles années…

L’équipe ne semble plus viser le sommet, mais bien le milieu de la montagne!

De très bons spectacles de musique et de merveilleuses pièces de théâtre sont 4 ou 5 fois moins dispendieux!

Le hockey junior, quoique le niveau de jeu est moins intéressant, coûte 10 fois moins cher qu’une partie de la LNH (et je n’exagère pas).

En a-t-on vraiment pour notre argent lors d’une rencontre du Canadien? Surtout lorsque l’équipe perd par blanchissage?

Outre le fait de se vanter au bureau la journée même et le lendemain, est-ce que ça en vaut le coup?

6. Les télévisions plasma, ACL et DEL n’encouragent pas le partisan à sortir de chez lui
La plupart des amateurs de hockey possèdent un écran de télévision de 40 pouces ou plus désormais. Disons qu’il est plus difficile de les convaincre d’acheter un billet et de dépenser pour tout ce qui vient avec quand ils ont droit au même spectacle, dans leur divan en cuir… Surtout durant la semaine!

D’autant plus que pour la fraction du prix d’un billet, ils ont accès à NHL Center Ice et à des tonnes de parties!

On est loin de la petite famille qui se faisait muette devant la radio AM…

7. Le retour des Nordiques a fait renaître un espoir chez le partisan dit « moyens » ou « par défaut »
Depuis le départ des Nordiques, en 1995, plusieurs amateurs de Québec (et d’ailleurs au Québec) ont appris progressivement à aimer le Canadien. Avec le retour possible des Nordiques, le cœur d’une grande partie de partisans a de nouveau chaviré. Bref, des fans des Nordiques convertis au Canadien retournent à leur premier amour, devant l’espoir de le voir revenir!

8. Le silence, les secrets et les méthodes employées par la direction de l’équipe ne donnent pas envie aux partisans de lui donner son argent
Un coach qui répète toujours la même cassette et qui ne semble jamais vouloir être en compagnie des journaliste, les porte-parole du peuple…

Un DG qui sue à grosses gouttes devant les caméras, prenant donc la décision 9 fois sur 10 de ne rien dire, plutôt que de mettre les choses au clair…

Une entreprise privée doit à tout prix respecter et bien traiter son client, le consommateur… Celui qui lui remplit les poches!

Le peu de relation qui existe entre l’état-major de l’équipe et les partisans forcent certains à ne pas sortir d’argent de leurs poches pour la donner au Club de Hockey Canadien.

9. Il n’y a pas assez de joueurs québécois dans en uniforme.
Ce discours n’a rien de nouveau, mais il existe! Plusieurs partisans se sentent délaissés depuis que le club montréalais n’aligne pratiquement plus de joueurs d’ici.

David Desharnais et Mathieu Darche, des attaquants sur le bottom6, sont les seuls joueurs de l’équipe à avoir le mot Québec d’inscrit sur leur baptistaire.

Parfois, l’équipe semble oublier qu’une grande partie de son fanbase parle le français…

10. La guéguerre Bell-Quebecor écoeure le consommateur, qui ne souhaite plus encourager ces 2 entreprises
La guéguerre dans laquelle se sont lancés Bell Média et Quebecor n’apporte pas son grand lot de positif aux 2 entreprises impliquées.

Des gens sont devenus pro-Bell et d’autres, pro-Quebecor.

Difficile alors pour un pro-Quebecor de sortir quelques billets bruns pour les donner à Bell Média…

11. La crise économique amène les gens à dépenser une moins grande partie de leur budget en loisirs et en sorties.
Plusieurs personnes en bas de 40 ans sont prises à la gorge présentement, surendettées…

Aller au Centre Bell passe donc plus souvent qu’autrement en 2e lors des prises de décision.

Les gens ont moins d’argent… Ils sont plus endettés… Et ils consomment devant leur écran!

Il n’y a pas qu’à Montréal où les billets ne trouvent plus preneurs.

Et je ne parle pas de Dallas, Floride, Phoenix ou Columbus!

Des billets pour le match de ce soir sont toujours en vente, à Pittsburgh. Le Tricolore n’est-il pas censé être l’un des meilleurs vendeurs lorsqu’il se promène à travers les arénas de la LNH?

Source : TicketMaster.com

Les points bleus foncés sont des sièges encore disponibles.

J’aime bien la petite phrase (non-respectée) en haut à gauche…

À Ottawa, c’est la même chose pour le match de ce soir : http://ev9.evenue.net/

Bref, le Canadien profite d’un monopole présentement. Ça lui permet d’éviter le pire! Mais si jamais les Nordiques ressuscitaient de leurs cendres, certains penseurs montréalais devraient se mettre à penser, justement…

Oui, les victoires ramènent les gens au Temple… Mais s’il y a un 2e temple qui ouvre ses portes, une bonne partie des fidèles s’y sentiront certes mieux représentés…

Prolongation :
– Certains d’entre-vous m’écrivez des courriels, affirmant que je suis de mauvaise foi et que le Centre Bell est bel et bien rempli.

Je vous dirais simplement de bien regarder cette photo prise à 5 minutes de la fin de la 3e période mardi soir, alors que le Canadien ne tirait de l’arrière que par un but. On ne parle pas de gens aux toilettes ou de 3-4 détenteurs de billets de saison malades ou ayant quitté avant la fin!

Photo : Amanda Stein

– D’autres tentent de me convaincre qu’il est normal que le Canadien libère quelques billets la journée du match ou encore, la veille de celui-ci.

Oui, il arrive que des billets réservés pour la famille et les proches des joueurs n’aient pas trouvé preneur… Mais comment se fait-il qu’autant de billets soient encore disponibles pour le match de lundi (dans 96 heures), au Centre Bell?

Des billets sont même en vente à perte (encore), sur Billets.ca : LIEN

En terminant, quelqu’un peut-il s’assurer que le Canadien est bel et bien à Pittsburgh présentement, et non à Ottawa?

Source : Version Mobile du Canadien

Merci à Grand Chelem pour l’image.

PLUS DE NOUVELLES