L’échange de Lapierre : Une erreur de Martin et de Gauthier

Place au moment éditorial, avec Ken Platenpouich!

Maxim Lapierre n’était pas l’homme le plus heureux en ville dans les mois qui ont suivi l’échange de son bon ami Guillaume Latendresse.

Comme ce dernier, Lapierre a dû se plier aux nouveaux rôles que voulait lui donner Jacques Martin. Fini le poste de centre du 3e trio. Fini le désavantage numérique. Adieu les matchs de 14 minutes.

On rajoute à ça, la blessure à la cheville qui l’a empêché d’être à l’aise jusqu’aux séries l’an dernier et on comprend que Lapierre ne l’a pas eu facile en 2009-2010.

Lapierre avait eu du plaisir durant l’émission La maison de Maxim Lapierre.
Malheureusement, Saku, Steve, Mathieu et lui ont quitté par la suite!

Mais justement, ces mêmes séries de 2010 laissaient présager de belles choses pour l’attaquant de Repentigny. Après tout, n’avait-il pas marqué de gros buts et fait de gros jeux en séries, particulièrement  contre les Capitals et les Penguins?

Avec le départ de Dominic Moore et le peu de profondeur de l’équipe sur les 3e et 4e trios ainsi qu’à Hamilton, Lapierre était en droit de s’attendre à une offre honnête de quelques saisons de la part de ses employeurs.

Résultat des courses : 1 an, 900 000$.

Lapierre savait que son temps était compté à Montréal. Pas grand’ plan pour lui ici.

Puis avec Jeff Halpern qui s’est amené en septembre, la place qu’on voulait absolument faire à Eller et Desharnais qui figurait dans les plans, s’en était fait.

Jamais a-t-on vraiment essayé de rendre Lapierre heureux et de lui redonner toute sa confiance.

C’est d’ailleurs un peu la pointe qu’il a lancé à l’organisation la semaine dernière.

Suite à l’échange, je me disais que Lapierre n’avait plus d’avenir à Montréal de toute façon et que des joueurs dans son style ou capable de remplir ses différents mandats dans l’immédiat et dans le futur, l’organisation en avait en masse en haut (Darche, Desharnais, White, Eller, Halpern, Moen, Pyatt) et en bas (Dumont, Leblanc, Kristo).

Donc, pas une grosse perte, pensait-on.

Comprenez-moi bien ici, le départ de Lapierre n’est pas la fin du monde. L’échange de Gretzky peut dormir tranquille!

Mais Lapierre, 25 ans, rapide et fougueux, pouvait encore donner du bon hockey aux Canadiens et il a cette qualité unique d’être capable de mieux performer sous-pression. On n’en a pas eu pour notre argent en retour avec un choix de 5e ronde et le déjà-parti Brett Festerling!

Bref, je ne suis vraiment pas certain qu’on lui a trouvé le bon casting à Montréal et si ça se trouve, on l’a même pas mal tassé des plans.

J’aime bien White et je ne déteste pas Pyatt. Mais qu’ont-ils de plus que Lapierre? Ils sont plus jeunes et coûtent moins cher?

Puis, j’aime beaucoup Eller et Desharnais et j’ai bien apprécié Halpern (malgré des petits passages à vide), mais tout ce beau monde pouvait cohabiter avec Lapierre, anytime!

Ensuite, en séries, auriez-vous aimé plus voir Lapierre ou Pouliot? Une petite question juste de même…

Si Lapierre a presqu’été donné… Que recevra le Canadien s’il se départit de Benoit Pouliot?

Au bout du compte, l’échange de Lapierre aura permis au CH de remettre la main sur Paul Mara. Celui-ci est venu, un peu, réparer le toit qui coulait. Il n’a pas mal fait. Mais qui nous dit que Nash, Weber, Picard ou Carle n’aurait pas pu prendre plus de responsabilités?

Bref, on a perdu un athlète fier qui n’avait seulement que 25 ans… Un gars qui dérange dans la LNH et de surcroît, un rare francophone dans l’équipe! Et tout ça, pour pas grand chose.

On est loin de l’échange Ribeiro-Niinimaa, mais disons que dans les deux dernières années, Lapierre a su se faire un nom lorsque ça compte le plus, en séries.

Il y a des DG qui vont considérer cela cet été…

PLUS DE NOUVELLES