Le moment est venu de se débarrasser du lourd contrat de Karl Alzner

En 2017, Brendan Smith est débarqué à New York avec l’imposant mandat de sauver la brigade défensive des Rangers, ébranlée par le vieillissement prématuré de Marc Staal et de Dan Girardi.

Il faut dire qu’il n’a pas déçu. En douze joutes éliminatoires, il a été le troisième arrière le plus utilisé au sein des Blue Shirts, passant en moyenne 19 :41 minutes sur la surface glacée par partie. À ce moment, le prix déboursé pour Brendan Smith, soit une sélection de deuxième et de troisième tour, semblait totalement justifiable…

Tout comme sa lucrative prolongation de contrat! Sa vitesse et ses habiletés avec la rondelle ont facilement convaincu Jeff Gorton de lui consentir une prolongation de contrat de quatre saisons moyennant un salaire de 4,35 millions par année…

Moins de 8 mois plus tard, Smith s’est retrouvé au ballotage… et n’a pas été réclamé. Son talent n’a pourtant pas été jeté à la fenêtre au cours de ce mince laps de temps : son inconstance majeure a simplement été mise à découvert. Aujourd’hui, il semble évident que son jeu sur la patinoire ne justifie pas son salaire…

Ce qui effraie les autres équipes, même si plusieurs d’entre elles pourraient jouir d’une telle présence en défensive de temps à autre. Aucun doute : si le contrat de Smith prenait fin à l’issu de la campagne, il trouverait facilement preneur. Par contre, les circonstances actuelles le rendent quasi inéchangeable…

Présentement dans une situation également vulnérable, Marc Bergevin ne doit pas tarder, et tenter de se dissocier de l’effroyable contrat de Karl Alzner.

À long terme, il faut considérer que le contrat du nouveau défenseur du Canadien est probablement pire que celui de Smith, puisque celui-ci comporte une année supplémentaire.

Pourtant, Karl Alzner n’est pas un vilain défenseur. Il y a de cela quelques années, il se voulait une des pierres d’assises de la puissante brigade défensive des Capitals de Washington, excellant à forces égales et en désavantage numérique…

Les années ont malheureusement affecté ses qualités sur la patinoire. Se démarquant par un style de jeu caractérisé par le sacrifice de son corps, le gaucher ne parvient plus à se déplacer à une vitesse lui permettant de contenir les meilleurs éléments adverses. Plus les années passeront, plus cette lacune deviendra évidente, et plus le Canadien se retrouvera avec un fardeau entre les mains…

Heureusement, il n’est pas trop tard. Il y a une raison pour laquelle Marc Bergevin a été forcé de consentir un salaire imposant à Alzner: il n’était pas seul dans la course pour obtenir ses services.

Contrairement au cas de Smith, il s’avère que le défenseur du Canadien détient toujours une valeur, selon certains recruteurs. Si c’est sincèrement le cas, son départ d’ici le 26 février est nécessaire.

L’important dans une transaction mettant en vedette Karl Alzner n’est pas de mettre la main sur un joueur pouvant aider l’équipe dès maintenant : c’est de s’en débarrasser!

En liquidant ce contrat, Marc Bergevin obtiendrait une marge de manœuvre supplémentaire au cours des années à venir afin de tenter sa chance à nouveau, et d’obtenir un défenseur gaucher qui viendra bien compléter son top 4. Un mulligan gratuit en gros!

Dans un monde idéal, une sélection lointaine au repêchage serait obtenue…

Par contre, le Canadien risque de se retrouver dans l’obligation d’accueillir un salaire énorme, dont l’échéance serait plus rapprochée que celle de Karl Alzner…

Le jeu en vaut tout de même la chandelle.

Seul bémol : Marc Bergevin acceptera-t-il de piler sur son orgueil, et de réparer sa bévue effectuée il y a moins d’un an de cela?

Il y était parvenu, en expédiant Travis Moen à Dallas en retour de Sergei Gonchar, il y a de cela quelques années. Espérons qu’il détienne toujours cette aptitude…

Car une chose est certaine. Bergevin ne parviendra pas à conserver son emploi en conservant sa mentalité vieux-jeu, qui explique la position actuelle du Canadien dans le classement. Désormais, s’il souhaite demeurer à Montréal, il devra faire preuve d’ouverture d’esprit, de créativité et d’audace.

Possède-t-il vraiment ces qualités? Ça reste à voir…

En Rafale

– Excellente analyse ici, même si je doute fortement de l’explosion sur patins de Jake Evans, qui se démarque dans la NCAA malgré sa lenteur…

– Un gros combat à Shawinigan pour Simon Kean!

– On en doute…

– Au moins, Max Pacioretty n’est pas un joueur de location…

– Prendront-ils vraiment la peine de regarder ça?

– Vrai!

PLUS DE NOUVELLES