Le meilleur quatrième trio de la LNH fait de Claude Julien un génie

J’ai discuté avec vous, ce matin, du négatif qui entoure le Canadien. Évidemment, cette ombre sera toujours présente, d’ici la fin de saison, puisque les chances de voir le Tricolore en séries sont extrêmement faibles.

Maintenant, c’est le temps de rendre à César ce qui revient à César.

César, dans ce cas-ci, est incarné par Claude Julien.

On parle beaucoup du quatrième trio qu’il a formé et qui a sauvé les fesses à son équipe à maintes reprises, au courant des derniers matchs. On sait qu’ils sont bons, on sait qu’ils produisent. Mais examinons ensemble la beauté de la vue d’ensemble de ce trio typique de Julien qui avait pourtant été si controversé lorsqu’il avait été formé. Le modèle de quatrième trio du coach en a fait douter plus d’un, mais aujourd’hui, personne n’a le droit de critiquer le travail de Nicolas Deslauriers, Byron Froese et Daniel Carr.

Car à défaut que ses trios offensifs produisent, le Canadien compte probablement sur le meilleur quatrième trio de la Ligue Nationale.

Les trois joueurs sont respectivement les 21e, 22e et 23e joueurs les plus utilisés, en moyenne, cette saison. Pourtant, la manière dont ils se démarquent est tout simplement exceptionnelle.

Daniel Carr

La petite voiture domine, depuis son rappel. Ses 10 points en 9 matchs font de lui le joueur le plus productif (par match) du Tricolore.

À chaque 60 minutes qu’il passe sur la patinoire, il inscrit environ 5.5 points. C’est énorme.

Il joue aussi de façon exceptionnelle, défensivement, comme le démontre son différentiel de +6.

Byron Froese

Froese n’est peut-être pas aussi explosif et populaire que Carr, il n’en reste pas moins qu’il excelle sur toutes les facettes du jeu. Il nous a prouvé qu’il avait sa place à Montréal (du moins pour l’instant) hier soir, lorsqu’il a fait mentir tous ceux qui voulaient le sortir de l’alignement, à la place de Charles Hudon.

S’il a été blanchi à ses 10 premiers matchs à Montréal, il est incroyable depuis 8 matchs. Il a inscrit 7 points, au courant de cette période, tout en montrant un différentiel de +7.

Lors des 8 dernières rencontres, il a inscrit environ 4,1 points par 60 minutes de jeu.

Nicolas Deslauriers

Le Québécois est tout simplement incroyable.

Ses 8 premiers matchs et ses 8 derniers sont des antithèses en tant que telles. Lui aussi blanchi au cours de sa première période à Montréal, il a explosé au courant des derniers, inscrivant 7 points.

Le gros bonhomme domine physiquement et montre le meilleur différentiel de l’équipe, avec +10.

Lui inscrit 4.21 points par 60 minutes.

Une production effrayante

Comme vous avez pu remarquer, c’est surtout lors des 8 dernières rencontres que ça s’est passé. Depuis, les trois attaquants sont les plus productifs du Tricolore.

Pour un quatrième trio…

Il y a de quoi être fier.

Chapeau.

En Rafale

– Ça fait mal, surtout lorsque tu es en quête d’un nouveau contrat.

– Disponible sur tablettes!

– Le mystère plane.

PLUS DE NOUVELLES