Le docteur prescrit Cam Atkinson | Greg Pateryn joue silencieusement du bon hockey

Pour le Canadien de Montréal, la santé va plutôt bien. Le pouls de la ligne bleue est bon. Le rythme cardiaque se stabilise avec le retour de Carey Price. L’énergie coule dans les veines des premier, troisième et quatrième trios.

Après quelques visites à la clinique, le docteur a toutefois établi un diagnostic négatif: une partie bien spécifique du flanc droit est endolorie. On a beau prescrire Semin, Mitchell, Byron, Smith-Pelly, même Flynn: rien n’y fait. Certaines éprouvettes à St.John’s pourraient soulager ce vilain malaise, mais celles-ci sont encore testées en laboratoire, et elles ne sont pas des valeurs sûres.

Les ingrédients de l’antidote sont bien connus. Ce qui est demandé est un attaquant droitier au style énergique avec des habiletés en harmonie avec le système de jeu que prône le Canadien, qui consiste à imposer une cadence insoutenable à l’adversaire. Celui-ci doit déranger en échec avant avec un bâton actif, bricoler de l’espace et des chances de marquer grâce à ses capacités d’évasion et jouer, par son dynamisme, le rôle de bougie d’allumage.

Il est impossible de cloner Brendan Gallagher, ou encore de le déplacer dans l’alignement, malgré ses atomes crochus avec Galchenyuk et Eller. Son apport est indispensable à la première unité, réputée pour être l’une des plus efficaces en récupération de rondelle depuis le début de la saison.

Le docteur prescrit donc Cam Atkinson, un ailier droit de 5’8 et 174 livres qui fonce agressivement dans les espaces libres et étourdit les défenseurs adverses. Un américain avec deux saisons de 20 buts au compteur, livrant les meilleures saisons de sa carrière, à 26 ans.

Voilà un candidat intéressant, qui bougerait constamment ses pieds pour s’offrir en cible à Alex Galchenyuk. Atkinson, à l’instar de Gallagher, n’enfilera jamais 30 buts, mais il se veut un catalyseur souvent campé au bon endroit et au bon moment pour menacer le gardien adverse. Depuis 2011-2012, la campagne correspondant à son baptême dans la LNH, il appartient à un groupe sélect en ce qui a trait à la création de chances de marquer.

Les chances en or désignent les tirs en provenance du bas de l’enclave, soit la section en vert foncé dans l’image ci-basse. Atkinson en obtient près de cinq par heure de jeu. Vous aurez deviné quel joueur du Canadien a percé le top-5 de cette catégorie…

Il n’est pas Simmonds, Vrbata ou Iginla, mais il représente une option réaliste dont le prix pourrait fort bien être abordable. Sans compter que ses habiletés sont mises en valeur au sein du système de Michel Therrien. Il reste à savoir si les Blue Jackets sont prêts à troquer la prescription du médecin…


Greg Pateryn sera difficile à rayer de la formation

Qu’arrivera-t-il à Greg Pateryn lorsque Alexei Emelin reviendra au jeu? Il devrait, en théorie, être écarté de la formation, mais pour le moment, il donne d’excellents services au Canadien en pratiquant le même style simple, musclé et sans fioritures qui lui a valu une audition en séries éliminatoires l’an dernier.

Contrairement à bien des défenseurs de son gabarit, Pateryn a un QI hockey qui n’est pas à dédaigner. Ses mises en échec visent à déloger le porteur du disque, et non qu’à intimider. Il facilite le jeu de transition en faisant sa loi le long des rampes et en effectuant des passes vives, mais précises. Le grand numéro 6 fait également bonne utilisation de son long bâton.

À preuve, le CH a contrôlé 66% des tentatives tirs en sa présence, en plus d’afficher un différentiel des chances de marquer de +5 (+17,-12). Le défenseur a lui-même généré quatre chances en trois matchs, à l’aide son puissant lancer de la pointe. Si Tom Gilbert ne veut pas perdre sa place dans la hiérarchie, il devra continuer d’élever son jeu d’un cran comme il le fait récemment.

En rafale
– Alex Ovechkin est un joueur spécial qui aurait marqué encore plus de buts à l’époque de Gretzky et de Lemieux…

– Quels sont les meilleurs joueurs russes de tous les temps? Gonchar se mouille. LIEN

– Le plan de match de Dany Dubé face aux Islanders.

– Inutile de vous dire que je partage l’opinion de Mathias Brunet.

– Kobe Bryant prendra-t-il bientôt sa retraite? Il semble que oui. LIEN

– Regarder Artemi Panarin à l’oeuvre lors d’un match des Blackhawks est un divertissement unique. Dire que le Canadien était dans la course pour ses services (parmi bien d’autres équipes, certes) l’an dernier… LIEN

– Des changements mineurs au sein d’un club affilié au Canadien.

– Wow!

– L’avant-match Canadien-Islanders du Journal de Montréal. LIEN

– Apprenez en plus sur la fameuse tradition des morning skates! LIEN

Ne rayons pas les morning skates, une tradition!

PLUS DE NOUVELLES